Modifié

Pas d'excuses à l'Algérie mais des "actes symboliques" de la France

L'historien Benjamin Stora a remis mercredi à Emmanuel Macron son rapport sur la colonisation et la guerre d'Algérie (1954-1962) pour une réconciliation mémorielle avec ce pays. [Christian Hartmann/Pool Maxppp out - Keystone/epa]
Pour une réconciliation mémorielle entre la France et l'Algérie / La Matinale / 1 min. / le 21 janvier 2021
Emmanuel Macron va prendre des "actes symboliques" pour apaiser les mémoires sur la guerre d'Algérie et réconcilier les deux pays mais il ne présentera pas les "excuses" attendues par Alger, a annoncé mercredi l'Elysée, en réaction au rapport très attendu de l'historien Benjamin Stora.

Pour l'Elysée, l'important est désormais de "sortir du non-dit et du déni" sur la guerre d'Algérie (1954-1962) qui continue de diviser des deux côtés de la Méditerranée.

C'est "une démarche de reconnaissance" de la vérité mais "il n'est pas question de repentance" et "de présenter des excuses", a insisté l'Elysée, en s'appuyant sur le rapport qui cite en exemple le précédent des excuses présentées par le Japon à la Corée du Sud et à la Chine sur la Seconde Guerre mondiale qui n'ont pas permis de "réconcilier" ces pays.

>> Lire: Le Japon commémore la capitulation du pays prononcée le 15 août 1945

L'Algérie est présente dans les mémoires familiales de millions de personnes en France, rapatriés pieds-noirs, appelés du contingent qui ont fait la guerre – longtemps désignée par la seule expression d'"événements d'Algérie" – harkis, ces supplétifs qui ont combattu pour la France, et immigrés algériens.

En Algérie, la mémoire de la guerre a cimenté le sentiment national après l'indépendance et fourni au pouvoir une légitimité sur laquelle il continue de s'appuyer soixante ans plus tard.

"Regarder l'histoire en face"

Emmanuel Macron, en plus de trois journées commémoratives (lire encadré), va étudier plusieurs propositions du rapport Stora, notamment la reconnaissance de l'assassinat par l'armée française de l'avocat et dirigeant nationaliste algérien Ali Boumendjel en 1957 et l'entrée de l'avocate anticolonialiste Gisèle Halimi, décédée le 28 juillet 2020, au Panthéon qui accueille les héros de l'Histoire de France.

Benjamin Stora, spécialiste reconnu de l'histoire contemporaine de l'Algérie, a remis formellement mercredi au président le rapport dont ce dernier l'avait chargé en juillet. L'historien né en 1950 à Constantine, en Algérie, est notamment l'auteur des essais "La gangrène et l'oubli, la mémoire de la guerre d'Algérie", "Appelés en guerre d'Algérie" ou "Algérie, la guerre invisible".

Le document de quelque 150 pages est destiné à "dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie"; il sera rendu public dans la foulée.

Premier président français né après cette guerre, Emmanuel Macron affiche sa volonté de dépassionner et débloquer ce dossier brûlant et tenter d'apaiser des relations bilatérales volatiles depuis des décennies entre les deux pays, intimement liés par l'Histoire, de la conquête et la colonisation de 1830 à la Guerre d'indépendance.

Il a fait couler beaucoup d'encre sur le sujet avant même d'être élu en dénonçant en 2017 à Alger la colonisation comme "un crime contre l'humanité", des propos vivement rejetés par les rapatriés et l'extrême-droite mais qu'il "ne regrette pas", a souligné l'Elysée.

Il s'agit de "regarder l'histoire en face" d'une "façon sereine et apaisée" afin de "construire une mémoire de l'intégration", d'une "démarche de temps long" et pas forcément de gestes diplomatiques immédiats, a résumé l'Elysée.

>> Lire: Emmanuel Macron lève le tabou de la torture pendant la guerre d'Algérie

Du concret

"Il y aura des mots" et "des actes" dans "les prochains mois", a assuré la présidence, en précisant que s'ouvrait "une période de consultations".

L'historien explique avoir tenté d'œuvrer à un "décloisonnement des mémoires", souvent multiples et conflictuelles entre rapatriés, soldats du contingent et indépendantistes algériens. Il a plaidé pour "des actes, c'est-à-dire ouvrir des archives, identifier des lieux, chercher des disparus, entretenir des cimetières" (lire encadré).

"Ce sont des choses qui sont très simples, très pratiques, très évidentes mais qui sont autant de contentieux, de problèmes très lourds entre la France et l'Algérie", a-t-il ajouté.

afp/sjaq

Publié Modifié

Un travail mémoriel conjoint

En Algérie, le président Abdelmadjid Tebboune a chargé le directeur des archives nationales, Abdelmadjid Chikhi, de travailler sur la question mémorielle, de concert avec Benjamin Stora, dans une démarche commune et concertée des deux chefs d'Etat.

Le président Tebboune a souhaité que Benjamin Stora et Abdelmadjid Chikhi accomplissent "leur travail dans la vérité, la sérénité et l'apaisement pour régler ces problèmes qui enveniment nos relations politiques, le climat des affaires et la bonne entente".

Alger attend de Paris qu'on lui remette "la totalité" des archives de la période coloniale (1830-1962) la concernant.

La France a restitué à l'Algérie une partie des archives qu'elle conservait, mais elle a gardé la partie concernant l'histoire coloniale et qui relève, selon elle, de la souveraineté de l'État français.

Trois commémorations symboliques

Emmanuel Macron participera à trois journées de commémoration hautement symboliques des divisions mémorielles dans le cadre du 60e anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie en 1962: la journée nationale des harkis le 25 septembre, la répression d'une manifestation d'Algériens le 17 octobre 1961 à Paris et les Accords d'Evian du 19 mars 1962 qui aboutirent au cessez-le-feu en Algérie, a précisé la présidence.