Modifié

Les Balkans sont-ils devenus la poubelle de l'Europe?

Les cours d'eau de plusieurs pays des Balkans, comme ici en Bosnie-Herzégovine, se sont dernièrement retrouvés submergés par des ordures, au point de menacer le fonctionnement de plusieurs barrages de centrales hydroélectriques. [Elvis Barukcic - AFP]
Les Balkans sont-ils devenus la poubelle de l'Europe? / La Matinale / 1 min. / le 22 janvier 2021
Les cours d'eau de plusieurs pays des Balkans sont régulièrement envahis de déchets. Une catastrophe qui en dit long sur le recyclage dans cette région, devenue le point noir de l'Europe en matière de pollution. Mais une Europe qui, dans le même temps, y exporte ses détritus.

Le spectacle est apocalyptique: des bouteilles en plastique, des sacs-poubelles, des pneus, des réfrigérateurs et même un cercueil à la dérive.

Il y a quelques jours un phénomène régulièrement observé dans plusieurs pays des Balkans a atteint des proportions inédites. Des cours d'eau du Monténégro, de Serbie et de Bosnie-Herzégovine se sont en effet retrouvés submergés par des ordures, au point de menacer le fonctionnement de plusieurs barrages de centrales hydroélectriques.

Seul 1% des déchets recyclé

Il faut dire que dans les Balkans, où il n'existe presque pas de solutions de traitement des déchets, c'est à peine 1% des détritus qui sont recyclés, contre 44% dans l'Union européenne en moyenne.

Certes, l'Union européenne essaie de stimuler la création d'une filière de retraitement dans cette région. Mais comme l'explique au micro de La Matinale Jean-Arnault Dérens, corédacteur en chef du courrier des Balkans, elle y exporte dans le même temps ses poubelles.

"On aboutit à des situations totalement kafkaïennes. Je pense par exemple à l'Albanie où l'on a une importation de déchets venus notamment d'Italie, alors que le pays n'a pas d'infrastructures lui permettant de traiter ses propres déchets", raconte-t-il.

Pour lui, les organisations criminelles telles que la mafia y jouent un rôle crucial. "On sait que l'importation de déchets à l'échelle européenne est très largement contrôlée par les structures criminelles, notamment par la Camorra napolitaine", poursuit-il.

La crise sanitaire n'y arrange rien

Et à cela s'ajoutent aussi, depuis le début de la pandémie, les poubelles européennes de la crise sanitaire.

"Il y a effectivement des problèmes spécifiques liés aux exportations de déchets sanitaires ou hospitaliers, notamment les masques, vers les pays des Balkans. Il y a notamment une affaire de déchets hospitaliers italiens importés en Bosnie-Herzégovine. Mais on ne peut pas affirmer l'implication des réseaux criminels dans ce dossier."

Et l’alternative pour ces ordures se résume à finir dans une décharge sauvage, dans les cours d'eau ou à être brûlées, venant alors dans ce cas alourdir l’air déjà saturé. Une pollution qui, elle, ne se dissipe pas aux frontières de l’Union européenne.

Foued Boukari/fgn

Publié Modifié