Modifié

L'opposant russe Alexeï Navalny rentrera en Russie dimanche

La clinique berlinoise a apporté les preuves médicales de l'empoisonnement d'Alexeï Navalny. [Pavel Golovkin - AP]
Alexeï Navalny annonce son retour imminent en Russie / Forum / 2 min. / le 13 janvier 2021
Alexeï Navalny a annoncé qu’il s’apprêtait à rentrer en Russie dimanche. Un retour qui suscite de nombreuses interrogations, car l'opposant fait l’objet de poursuites de la part de la justice et pourrait même être incarcéré.

Si l'opposant russe a décidé de rentrer maintenant, c'est parce que, visiblement, il estime avoir pleinement récupéré. Il a twitté qu’à ses yeux la question de son retour au pays ne se posait pas car il n’avait pas quitté la Russie. Il a précisé que par la force des choses, il était arrivé en Allemagne dans un box de soins intensifs.

Il accuse le président russe Vladimir Poutine d’avoir personnellement ordonné son empoisonnement en août dernier. Mais Alexeï Navalny risque aussi de se débattre avec la justice. Il y a quelques semaines, il aurait dû se présenter à un contrôle judiciaire suite à sa condamnation à 3 ans et demi de prison avec sursis dans une affaire de fraude.

Mardi, le service d’application des peines a demandé la révocation de ce sursis. Pourra-t-il convaincre la justice qu’il se soignait en Allemagne, avec l’autorisation de Vladimir Poutine, pour justifier son absence?

Deux autres affaires

Dans une autre affaire, il a été condamné à une forte amende pécuniaire pour diffamation d’un proche du président russe. Lors de sa convalescence, une partie de ses biens, et notamment son appartement moscovite, ont été saisis. Et enfin, il y a quelques semaines, il a été accusé d’avoir utilisé à des fins personnelles un peu plus de 4 millions de francs qu’il aurait prélevés dans son fonds de lutte contre la corruption. S’il est reconnu coupable de cette infraction, il risque jusqu’à 10 ans de prison.

Reprendre la main en année électorale

Ce retour maintenant n'est pourtant pas forcément un suicide politique, en cette année électorale où les Russes renouvelleront le Parlement. Certains observateurs estiment qu’il commet une erreur car les élections qui auront lieu en septembre sont encore loin.

Mais d’un autre côté, ce scrutin s’annonce difficile pour Russie unie, le parti majoritaire. Dès lors, en annonçant son retour et en invitant ses partisans à venir l’accueillir dimanche à l’aéroport, Alexeï Navalny tente de prendre la main.

Faire parler de lui

Son incarcération ne ferait que prouver que la crainte qu’il inspire au pouvoir russe est justifiée. Après avoir frôlé la mort, et au vu de l’émoi international que cela a suscité, il table aussi sur la fait que les autorités ne tenteront plus de le faire taire.

Dès lors, son retour lui permettra de faire parler de lui car on oublie souvent que s’il est connu dans des grandes villes, comme Moscou, Saint Pétersbourg ou Tomsk en Sibérie, au plan national, il ne recueille guère plus de 5% à 10% des intentions de vote.

Cette stratégie sera-t-elle payante? Premiers éléments de réponse dimanche. Il a invité ses partisans à venir l’accueillir à l’aéroport. On aura alors un aperçu de sa popularité.

Jean-Didier Revoin/jpr

Publié Modifié

Débat sur la date de retour choisie

"La situation en ce qui concerne Navalny ressemble à deux trains qui foncent l'un vers l'autre et vont inévitablement se percuter", a écrit sur le réseau social Telegram l'analyste Tatiana Stanovaya: "Il va y avoir beaucoup de victimes".

Un autre analyste, Abbas Galliamov, estime que l'opposant a mal choisi sa date de retour: "S'il est arrêté maintenant (et il le sera certainement), la vague d'indignation associée à cet événement se sera sûrement dissipée" d'ici aux élections législatives d'automne prochain.

Largement ignoré des médias nationaux, non représenté au Parlement et inéligible, Alexeï Navalny reste la principale voix de l'opposition, en partie grâce à sa chaîne YouTube aux 4,8 millions d'abonnés. Ses vidéos dénonçant la corruption des élites cumulent à chaque fois des millions de vues. Conséquence, les bureaux de son organisation sont régulièrement perquisitionnés et lui comme ses alliés multiplient les courts séjours en prison.

afp/jpr