Modifié

La rencontre entre Alexandre Loukachenko et René Fasel suscite la polémique

Biélorussie : la visite controversée du président de la Fédération internationale de hockey sur glace René Fasel [RTS]
Biélorussie : la visite controversée du président de la Fédération internationale de hockey sur glace René Fasel / Forum (vidéo) / 3 min. / le 12 janvier 2021
Les réactions sont très vives après la visite de René Fasel lundi en Biélorussie. Le Fribourgeois, patron de la Fédération internationale de hockey, a été très chaleureusement accueilli par le président Alexandre Loukachenko.

L'enjeu de cette rencontre avec le dirigeant biélorusse, qui est accusé de répression sanglante dans son pays, était la tenue des mondiaux de hockey sur glace à Minsk à la fin mai-début juin. La Fédération internationale n’a toujours pas décidé d’y renoncer, mais les opposants en Biélorussie le demandent depuis plusieurs mois.

Le problème, c’est que serrer la main d'Alexandre Loukachenko aujourd’hui n’est pas du tout la même chose qu’il y a une année. En l’espace de six mois, il est passé du statut de dictateur ou autocrate presque fréquentable aux yeux de la communauté internationale à celui de paria, à cause de la répression extrêmement violente qui a suivi sa réélection. Il n’est d’ailleurs plus reconnu comme président légitime aux yeux de l’Union européenne et la persécution des opposants se poursuit de manière acharnée.

Visite mal vue par les manifestants

Les manifestants ont donc vu d’un très mauvais œil la visite de René Fasel, son embrassade avec Loukachenko - surprenante en période de Covid, même s’ils ont tous deux déjà contracté le virus. Dans la soirée, René Fasel aurait assisté à un match à Minsk, notent des médias d'opposition.

Joint par la RTS, René Fasel a avoué que ce voyage a mal tourné, qu'il a été surpris par les réactions et qu'il a compris un peu tard la force des images tournées par la télévision biélorusse et de cette accolade effectuée par le président. "J'ai fait preuve d'un peu de naïveté et je suis désolé si cela a pu choquer", a-t-il expliqué.

Une image "déplacée"

Pour Nicolas Bancel, professeur à l'Institut des sciences du sport de l'Université de Lausanne, interrogé dans Forum, cette image de Loukachenko qui embrasse Fasel est "déplacée et elle choque" en raison de la situation politique en Biélorussie.

>> L'interview de Nicolas Bancel dans Forum:

La visite de René Fasel à Viktor Loukachenko est-elle déplacée ? Interview de Nicolas Bancel [RTS]
La visite de René Fasel à Viktor Loukachenko est-elle déplacée ? Interview de Nicolas Bancel / Forum (vidéo) / 6 min. / le 12 janvier 2021

Mais la rencontre avec Alexandre Loukachenko n'est pas l'unique élément qui a choqué. C'est le cas également de photos, qui circulent sur les réseaux sociaux, montrant René Fasel aux côtés du président de la Fédération biélorusse de hockey sur glace. Or cet homme, Dmitri Baskov, est soupçonné d’être impliqué dans une violente attaque contre un manifestant, mort à la suite de ses blessures.

L'annulation des Mondiaux en question

Mais annuler ces Mondiaux de hockey, disent certains, ce serait mêler sport et politique. C’est d’ailleurs l’argument de plusieurs fédérations nationales de hockey, qui préfèrent ne pas se mouiller et qui n’ont pas demandé l’annulation de ces Mondiaux à Minsk.

Alexandre Loukachenko, lui, a appelé René Fasel à ne pas "céder à la pression", a promis que son pays serait plus sûr que le Capitole aux Etats-Unis. Mais les opposant biélorusses, eux, rappellent que leur président utilise le sport, et ces grands événements, à des fins politiques, pour légitimer son régime.

Le CIO prend ses distances

D’autres instances sportives ont pris leurs distances avec Alexandre Loukachenko. A l'image du CIO, et c’est assez inédit: en décembre, Alexandre Loukachenko et le président de la Fédération biélorusse de hockey sur glace notamment ont été suspendus de toutes les manifestations, y compris les Jeux olympiques, en raison des discriminations politiques envers les athlètes du pays.

C’est que les sportifs biélorusses sont très actifs dans les manifestations contre Loukachenko. Certains ont été détenus ou battus, ou contraints de quitter le pays, et ils se mobilisent contre la tenue de ces Mondiaux. Une joueuse de hockey biélorusse a lancé une pétition qui a récolté près de 45’000 signatures.

René Fasel sous pression

René Fasel est donc sous pression. Elle vient aussi de députés européens: une cinquantaine d’entre eux lui ont adressé une lettre. Du côté des fédérations, le Danemark s’est dit contre la tenue de ces Mondiaux, et surtout la Lettonie, qui doit accueillir une partie des matches, ne veut pas le faire si Minsk est de la partie.

La Suisse est directement concernée par les violences en Biélorussie, puisque une binationale suisso-biélorusse, Natallia Hersche, a été condamné à deux ans et demi de prison pour avoir manifesté contre Loukachenko.

Sujet radio: Isabelle Cornaz, Bernardin Allemann, Mehmet Gultas

Adaptation web: Jean-Philippe Rutz

Publié Modifié