Modifié

L'Ukraine et cinq ex-républiques soviétiques appellent l'UE à l'aide – Le suivi du Covid-19 dans le monde

Un prêtre en tenue de protection après avoir visité des patients atteint par le Covid-19 dans un hôpital de Lviv, en Ukraine, le 9 janvier 2021. [Evgeniy Maloletka - Keystone/AP photo]
Un prêtre en tenue de protection après avoir visité des patients atteint par le Covid-19 dans un hôpital de Lviv, en Ukraine, le 9 janvier 2021. [Evgeniy Maloletka - Keystone/AP photo]
L'Ukraine, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Bélarus, la Géorgie et la Moldavie demandent de l'aide à l'Union européenne pour vacciner leurs populations. Kiev n'a pour l'heure obtenu aucune dose de vaccin contre le Covid-19.

La pandémie de SARS-CoV-2 a fait au moins 1'945'437 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'afp mardi à la mi-journée.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 376'283 décès, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Les autres pays les plus frappés sont le Brésil avec 203'580 morts, l'Inde (151'327 morts), le Mexique (134'368) et le Royaume-Uni (81'960).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS

UKRAINE – Appel à l'aide de six ex-républiques soviétiques

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky – dont le pays n'a jusqu'à présent obtenu aucune dose de vaccin contre le Covid-19 – a appelé l'Union européenne à aider Kiev et cinq autres ex-républiques soviétiques à vacciner leurs populations.

"Les Etats membres de l'UE doivent porter une attention particulière aux pays du Partenariat oriental dans les questions de l'achat conjoint et de l'accélération de la livraison des vaccins", a-t-il déclaré.

"Recevoir le vaccin est extrêmement important pour tous les pays de l'initiative de l'UE du Partenariat oriental", qui implique l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Bélarus, la Géorgie, la Moldavie et l'Ukraine, a-t-il encore souligné.

Plus tôt dans la journée, le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a rejeté toute livraison du vaccin contre le coronavirus développé par la Russie, le Spoutnik V, qui est selon lui un outil de "propagande". "En tant que membre du gouvernement, je m'opposerais" à l'achat du vaccin russe, "même s'il était efficace", a-t-il déclaré. "La Russie ne se préoccupe pas de la santé des Ukrainiens, elle se préoccupe d'imposer sa propagande et son idéologie" en offrant son vaccin, a estimé le ministre.

L'Ukraine, qui compte 40 millions d'habitants, espère recevoir fin mars huit millions de doses de vaccins via le mécanisme onusien Covax visant à aider les pays pauvres. Fin décembre, Kiev a également annoncé son intention d'acheter deux millions de doses du vaccin chinois CoronaVac, mais aucune date de sa livraison n'a été annoncée.

ETATS-UNIS – Test obligatoire pour les voyageurs arrivant par avion

Tous les voyageurs souhaitant se rendre aux Etats-Unis par avion devront présenter, à partir du 26 janvier, un test négatif au Covid-19 afin d'être autorisés à voyager, ont annoncé mardi les autorités sanitaires américaines.

Ce test devra être réalisé dans les trois jours précédant le départ pour les Etats-Unis. Les compagnies aériennes seront chargées de vérifier qu'un test a bien été réalisé avant l'embarquement.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies, la principale agence fédérale de santé publique aux Etats-Unis, ont justifié ce changement de politique sanitaire par l'émergence de variants du coronavirus, dont certains se révèlent plus contagieux.

Même décision en Irlande

L'Irlande va exiger à partir de samedi un test PCR négatif au coronavirus pour tous les voyageurs arrivant sur son sol, a annoncé mardi soir le gouvernement.

Le test devra avoir été effectué dans les 72 heures avant l'arrivée, a précisé le gouvernement irlandais dans un communiqué, instaurant à son tour une mesure déjà en vigueur dans plusieurs pays.

PAYS-BAS – Le confinement prolongé

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé la prolongation jusqu'au 9 février des restrictions en place dans son pays. "Je ne pense pas vous étonner beaucoup ce soir, le confinement est prolongé de trois semaines", a-t-il annoncé alors que les restrictions auraient du être levées le 19 janvier.

Le gouvernement envisage également d'imposer un couvre-feu et a interrogé les autorités de santé publique à ce sujet, a ajouté Mark Rutte.

Selon les conditions actuelles de confinement, les plus sévères jamais imposées dans le pays, les écoles ont été fermées, de même que les commerce non-essentiels et il est interdit de recevoir plus de deux personnes à son domicile.

FRANCE – Inquiétudes autour des variants anglais et sud-africain

Environ 1% des tests positifs en France correspondent au variant anglais, vraisemblablement plus contagieux, selon les résultats préliminaires d'une enquête menée sur deux jours la semaine passée, a indiqué mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique français a refusé mardi de se prononcer sur le bien fondé d'un éventuel reconfinement pour faire face à la progression de l'épidémie due au coronavirus et à sa variante apparue en Angleterre. Mais il a jugé que des "mesures plus strictes" étaient probablement nécessaires: "Si on ne fait rien, on verra plusieurs dizaines de milliers de cas liés à ce virus anglais en avril", a-t-il dit sur le plateau du journal de 20h de TF1.

"Il n'y a pas que le virus anglais, il y a aussi un virus dit sud-africain probablement encore un peu plus toxique que ce virus anglais. Le virus anglais se transmet plus facilement mais il n'est pas plus pathogène. Le virus sud-africain pourrait peut-être échapper au vaccin", a-t-il poursuivi.

Selon la Direction générale française de la santé, près de 190'000 personnes ont été vaccinées à ce stade. Le bilan français se porte à 68'802 morts depuis le début de l'épidémie.

PORTUGAL – Le président testé positif

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa a testé positif au nouveau coronavirus et a dû annuler tout son agenda public à deux semaines de l'élection présidentielle du 24 janvier, a annoncé la présidence. Marcelo de Sousa est donné largement favori pour ce scrutin.

Le chef de l'Etat, âgé de 72 ans, était "asymptomatique" et s'est isolé dans la partie résidentielle du palais présidentiel, à Lisbonne, ont précisé ses services dans un communiqué.

La campagne électorale des sept candidats en lice, qui a officiellement débuté dimanche, était déjà réduite au strict minimum et suspendue, à l'annonce d'un nouveau confinement pour freiner la recrudescence du nombre de nouveaux cas.

Avec 122 morts en 24 heures et près de 4000 personnes hospitalisées, la pandémie de Covid-19 a atteint de nouveaux records lundi au Portugal (pour 10 millions d'habitants). Lors d'un conseil des ministres prévu mercredi, le gouvernement "décrétera quelque chose de très semblable au premier confinement de mars", a déclaré le Premier ministre Antonio Costa.

Ecouter le sujet dans La Matinale:

Le Portugal est suspendu à l'annonce d'un nouveau confinement pour freiner la recrudescence du nombre de nouveaux cas. [MARIO CRUZ - KEYSTONE]MARIO CRUZ - KEYSTONE
Le Portugal se prépare à un nouveau confinement / La Matinale / 1 min. / le 12 janvier 2021

GRÈCE – Proposition d'un passeport vaccinal européen

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a plaidé en faveur de la création d'un passeport vaccinal à l'échelle européenne afin de relancer le trafic aérien transfrontalier qui a particulièrement souffert des effets de la crise du Covid-19.

La Grèce a déjà mis au point son propre certificat sanitaire destiné à prouver que l'on a été vacciné contre le SARS-CoV-2.

Dans une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, Kyriakos Mitsotakis propose d'étendre ce programme à l'ensemble des 27 pays de l'Union. Le certificat pourrait alors être utilisé lors de l'embarquement, quel que soit le mode de transport.

"Même si nous n'allons pas rendre la vaccination obligatoire ou en faire une condition préalable en cas de déplacement, les personnes vaccinées devraient être libres de voyager", écrit le Premier ministre grec dans sa lettre.

"Pour des pays comme la Grèce, qui dépendent du tourisme, il est impératif que ce problème soit résolu avant la saison estivale", insiste le Premier ministre grec. Le tourisme représente un cinquième du produit intérieur brut grec.

ROYAUME-UNI – Sans aides, 250'000 faillites de PME sont attendues

Au moins 250'000 PME pourraient faire faillite au Royaume-Uni cette année sans aides supplémentaires. Ce chiffre record reflète le double choc de la pandémie de Covid-19 et du Brexit, affirme lundi la Fédération des petites entreprises. Près de 5% des 1400 entreprises sondées pour cette étude prévoient de fermer cette année, sur environ 5,9 millions de PME au Royaume-Uni. Quelque 16,8 millions de personnes travaillent pour des PME.

Ecouter le sujet de La Matinale:

Au moins 250'000 PME sont parties pour faire faillite au Royaume-Uni cette année sans aides supplémentaires.  [NEIL HALL - KEYSTONE]NEIL HALL - KEYSTONE
Plus de 250'000 PME britanniques pourraient faire faillite à cause du Covid / La Matinale / 1 min. / le 12 janvier 2021

Installé sur une pelouse d'Epsom, dans le sud de l'Angleterre, un chapiteau blanc accueille des dizaines de corps: cette morgue provisoire doit soulager des hôpitaux submergés par la vague actuelle de décès dus au nouveau coronavirus.

Les préparatifs ont aussi commencé pour installer une nouvelle morgue temporaire près du crématorium de Breakspear dans le nord-ouest de Londres pour compléter la capacité existante.

Le Royaume-Uni subit de plein fouet les effets d'un variant considéré comme plus contagieux du Covid-19, qui a entraîné une flambée des contaminations et une hausse de la mortalité, culminant vendredi à 1325 morts enregistrés en 24 heures, du jamais vu depuis le début de la crise.

RUSSIE – Les vols avec le Royaume-Uni toujours suspendus

La Russie a annoncé qu'elle prolongeait la suspension de ses liaisons aériennes avec le Royaume-Uni, deux jours après la découverte du nouveau variant du Covid-19 chez un patient russe de retour de ce pays.

La suspension des vols, en place depuis fin décembre, a été prolongée jusqu'au 1er février, selon un décret gouvernemental qui précise que la mesure doit "empêcher l'importation et la propagation de la nouvelle infection du coronavirus".

La Russie avait rétabli ses liaisons aériennes vers le Royaume-Uni quatre mois après leur suspension au début de l'épidémie de coronavirus. Contrairement à l'Union européenne, Londres avait rouvert ses frontières à la Russie en juillet.

CHINE – Cinq millions de personnes confinées par précaution

La Chine a décidé mardi de confiner par précaution cinq millions d'habitants d'une ville limitrophe de Pékin après un cas de coronavirus, les autorités tentant d'endiguer rapidement de petits foyers apparus près de la capitale.

Le pays a largement contenu le Covid-19 sur son sol, avec zéro mort officiellement depuis mai. Régulièrement confrontée à de petits "clusters", elle les traite rapidement avec des confinements, des dépistages massifs et des restrictions aux déplacements.

Mais la province du Hebei (nord), qui entoure la capitale Pékin, a fait état ces dernières semaines de 560 personnes positives au nouveau coronavirus (dont 234 asymptomatiques), entraînant une vague de restrictions et de confinements préventifs.

Les habitants de Langfang, une ville manufacturière de 4,9 millions d'habitants limitrophe de Pékin, ne peuvent ainsi plus quitter depuis mardi les frontières de leur commune, sauf nécessité absolue. La mesure est en place pour sept jours.

MEXIQUE – 500 restaurants de Mexico bravent l'interdiction d'ouvrir

Plus de 500 restaurants ont rouvert leurs portes lundi à Mexico, désobéissant aux autorités de la capitale mexicaine qui avaient ordonné la suspension de leurs activités, face à l'augmentation des hospitalisations pour Covid-19.

Le 18 décembre, les autorités de la capitale, une ville de neuf millions d'habitants, avaient décrété l'état d'alerte sanitaire maximale et décidé de suspendre les activités non essentielles. Le 8 janvier, ces mesures avaient été prolongées face à l'augmentation du nombre d'hospitalisations dus à l'épidémie de nouveau coronavirus.

Le secrétaire du gouvernement de la capitale a déclaré que les autorités appliqueraient des sanctions après ces réouvertures de restaurants.

AFRIQUE DU SUD – Le variant sud-africain plus transmissible, mutation inquiétante

Le nouveau variant du coronavirus identifié en octobre par des chercheurs en Afrique du Sud alimente une recrudescence sans précédent de contaminations dans le pays le plus touché d'Afrique, compliquant les efforts des autorités pour contenir sa progression.

Connu sous le nom de 501Y.V2, le variant sud-africain ne semble pas causer de formes plus graves de la maladie, mais les scientifiques s'inquiètent qu'il soit plus contagieux et moins facile à combattre. Il pourrait aussi présenter un plus fort risque de ré-infection.

"Il existe en Afrique du Sud un fort pourcentage de personnes immuno-déprimées, en particulier dans le sud-est du pays où ce variant a émergé, portant la deuxième vague. Au début, il représentait 20% des échantillons, ensuite 30, puis 40. Aujourd'hui, il représente 60 à 75% des cas positifs. C'est une courbe rapide", explique la bio-informaticienne Houriiyah Tegally, qui mène des travaux de surveillance en génomie, au sein de l'équipe de pointe qui a identifié le variant sud-africain.

"Au plus haut, nous étions à 80% mais nous poursuivons nos analyses sur plus de cas en janvier et ne serions pas surpris si nous nous approchions de 90% ou même plus", ajoute-t-elle.

MALAWI – Décès de deux ministres

Deux ministres du Malawi, en charge des Transports et des Administrations locales, sont décédés mardi du Covid-19.

Le pays est confronté à une recrudescence des cas de SARS-CoV-2, attribuée par le pouvoir au mauvais respect des gestes barrières, en particulier le port du masque, qui n'est pas obligatoire mais fortement recommandé.

Le pays a officiellement enregistré plus de 9000 cas, dont au moins 235 morts.

Un confinement déclaré début avril par le gouvernement avait été aussitôt bloqué en justice parce qu'il ne comportait pas de mesures compensatoires en faveur des plus pauvres.

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié

AstraZeneca soumet à l'UE une demande d'autorisation de son vaccin

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi avoir reçu une demande d'autorisation pour le vaccin AstraZeneca/Oxford contre le nouveau coronavirus, précisant qu'elle pourrait prendre sa décision le 29 janvier.

L'EMA a déjà autorisé le 21 décembre le vaccin contre le Covid-19 Pfizer/BioNTech et le 6 janvier celui de Moderna, pour lesquels la Commission européenne a aussitôt donné son feu vert.

L'agence a précisé qu'elle procéderait à un examen accéléré, avec une décision qui pourrait être rendue le 29 janvier, si les données communiquées sont suffisamment "robustes et complètes".

L'Union européenne et l'EMA sont sous pression pour accélérer l'approbation de nouveaux vaccins contre le virus, qui a déjà fait plus de 620'000 victimes à travers le continent.

Pas d'immunité collective garantie en 2021

Les campagnes de vaccination massives, face à la progression galopante du Covid-19, ne suffiront pas à garantir une immunité collective en 2021, a averti l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dont une équipe est attendue jeudi à Wuhan, au centre de la Chine, un an après l'annonce du premier des près de deux millions de morts de la pandémie.

La visite de ces dix experts de l'OMS est ultra-sensible pour Pékin, soucieux d'écarter toute responsabilité dans l'épidémie, pratiquement éradiquée en Chine mais qui continue de faire rage ailleurs.