Des partisans de Trump au Capitole. [AFP/Keystone]
Publié Modifié

Envahi par des partisans de Donald Trump, le Capitole a finalement été sécurisé

- Le Congrès des Etats-Unis a suspendu en urgence mercredi une session destinée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle après l'irruption de partisans de Donald Trump dans le Capitole. Les autorités ont indiqué vers 18h (minuit en Suisse) que le Capitole était désormais sécurisé et la session devrait reprendre dans la nuit.

- Les deux chambres, Sénat et Chambre des représentants, avaient été placées en confinement et les parlementaires avaient reçu la consigne d'enfiler des masques à gaz et de s'allonger au sol, selon des élus. Des manifestants sont parvenus à pénétrer dans les deux chambres ainsi que dans la rotonde du Capitole, où du gaz lacrymogène a été utilisé.

- Une femme est décédée après avoir été touchée par balle à l'intérieur du Capitole, a indiqué la police. De nombreux policiers auraient aussi été blessés, et l'un d'entre eux, au moins, a été hospitalisé.

- "Notre démocratie subit une attaque inédite. Les scènes de chaos au Capitole ne reflètent pas l'Amérique. Il s'agit de sédition, cela doit cesser. Je demande au président Trump d'intervenir pour défendre la démocratie", a dénoncé le futur président américain Joe Biden dans un discours.

- Donald Trump, qui avait appelé un peu plus tôt ses sympathisants à se diriger vers le Congrès pour faire pression sur les élus républicains afin qu'ils s'opposent à la certification de la victoire de Joe Biden, leur a ensuite demandé de "rentrer à la maison" malgré "le vol" de son élection.

Suivi assuré par Vincent Cherpillod, Eric Butticaz et Victorien Kissling

00h10

La suite des événements

>> Lire la suite des événements dès jeudi: Envahi par des partisans de Donald Trump, le Capitole a finalement été sécurisé

>> Revoir l'intégralité de l'émission spéciale:

L'intégrale de l'émission spéciale consacrée aux événements à Washington [RTS]
L'intégrale de l'émission spéciale consacrée aux événements à Washington / L'actu en vidéo / 58 min. / le 7 janvier 2021

00h00

Le Capitole sécurisé

Le Capitole américain est de nouveau sécurisé après quatre heures de situation quasi insurrectionnelle, a indiqué le "sergent en armes", qui dirige le protocole à la Chambre, cité par les médias américains.

23h50

"Un dégât d'image pour la démocratie américaine"

"Ce qui est surtout frappant, c'est le dégât d'image pour la démocratie américaine", analyse le journaliste de la RTS Jordan Davis qui avait couvert l'élection présidentielle. "L'Amérique se croyait un modèle pour les autres démocraties et voulait se croire en mesure d'exporter la démocratie. Mais cette idée est mise à mal."

>> Voir son analyse complète dans l'émission spéciale de la RTS:

Jordan Davis analyse l'impact des événements sur la démocratie américaine [RTS]
Jordan Davis analyse l'impact des événements sur la démocratie américaine / L'actu en vidéo / 1 min. / le 6 janvier 2021

23h45

Les images à l'intérieur du Capitole

Des affrontements ont eu lieu au sein même du Capitole, comme en témoignent des vidéos tournées sur place et transmises via les réseaux sociaux.

>> Voir la vidéo:

Les images des confrontations à l'intérieur du Capitole [RTS]
Les images des confrontations à l'intérieur du Capitole / L'actu en vidéo / 54 sec. / le 6 janvier 2021

23h40

L'UE dénonce un assaut contre la démocratie américaine

Les responsables de l'Union européenne ont appelé mercredi à une transition "pacifique" aux Etats-Unis, dénonçant "un assaut inédit contre la démocratie américaine" après l'irruption de manifestants pro-Trump au Congrès.

"Je crois dans la force des institutions et de la démocratie américaines. Une transition pacifique en est le coeur", a tweeté la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. "Joe Biden a gagné l'élection. Je me réjouis de travailler avec lui en tant que prochain président des Etats-Unis".

"Nous comptons sur les Etats-Unis pour permettre un transfert de pouvoir pacifique à Joe Biden", a déclaré pour sa part le président du Conseil européen Charles Michel. "Le Congrès des Etats-Unis est un temple de la démocratie. Assister aux scènes de ce soir à Washington est un choc", a-t-il réagi.

23h18

Twitter empêche le retweet des messages en faveur des manifestants

La plateforme Twitter a indiqué mercredi qu'elle avait réduit la portée des messages encourageant les actes violents en cours au Capitole.

Ces tweets "ne pourront pas être retweetés ou 'aimés', et on ne pourra pas y répondre", a précisé le réseau social, qui avait déjà pris de nombreuses mesures pour encadrer les échanges pendant une élection sous tension.

Une telle mesure a déjà été appliquée à la vidéo dans laquelle Donald Trump invite ses partisans à rentrer chez eux. Dans cette même vidéo, il dit partager leur douleur d'avoir vu l'élection être "volée".

23h10

"Est-ce la fin du trumpisme?"

"D'un point de vue optimiste, il y a eu la victoire des deux démocrates à l'élection sénatoriale en Géorgie, qui fait basculer le Sénat du côté démocrate. Alors est-ce la fin du trumpisme?", s'interroge le politologue Daniel Warner.

A propos de l'irruption de partisans pro-Trump au Capitole, "les républicains vont se demander comment on a pu en arriver là. Ils vont réaliser que ces gens sont des terroristes..."

>> Ecouter la réaction de Daniel Warner:

Le politologue Daniel Warner. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Irruption au Congrès américain: la réaction de Daniel Warner / Le Journal de 22h30 / 1 min. / le 6 janvier 2021

23h03

Le décryptage de notre correspondant

"On parle d'insurrection, certains évoquent un coup d'Etat. Les gens venus sur place étaient fatigués, désabusés, énervés et convaincus que l'élection leur a été volée, qu'il y a un complot", relate le correspondant de la RTS aux Etats-Unis Raphaël Grand.

"Ils attendaient un feu vert de leur président. Et Donald Trump a tenu un discours très cash, indiquant qu'il n'allait jamais reconnaître sa défaite. Ses mots ont été surinterprétés par sa base et ça a dégénéré."

>> Voir le décryptage de Raphaël Grand:

Le décryptage du correspondant de la RTS aux Etats-Unis Raphaël Grand [RTS]
Le décryptage du correspondant de la RTS aux Etats-Unis Raphaël Grand / L'actu en vidéo / 1 min. / le 6 janvier 2021

22h56

De grandes entreprises appellent Donald Trump à mettre fin au chaos

Le lobby Business Roundtable, qui représente les plus grandes entreprises américaines, a appelé mercredi Donald Trump à intervenir pour mettre fin aux violences en cours au Capitole.

"Le chaos dans la capitale de la nation est la conséquence d'efforts illégaux pour changer les résultats légitimes d'une élection démocratique. Le pays mérite mieux", a fustigé le groupe, qui réclame une transition politique pacifique.

22h45

"C'est la logique de la contradiction de la présidence de Donald Trump"

"Donald Trump a été débordé, ce n'était pas prévisible. Sinon les autorités auraient pris des dispositions différentes", estime la politologue Nicole Bacharan dans l'émission spéciale de la RTS mercredi soir.

"On voit que les paroles d'un président comptent. Il répète depuis deux mois que l'élection a été volée et il appelle ses partisans à marcher sur Washington. Et maintenant, il leur demande de rentrer chez eux. C'est la logique de la contradiction de la présidence de Donald Trump, qui arrive à son terme."

>> Ecouter son interview complète dans l'émission spéciale de la RTS:

Le soutien familial de Donald Trump vacille: interview de Nicole Bacharan [RTS]RTS
Heurts au Capitole: l'analyse de la politologue Nicole Bacharan / Le Journal de 22h30 / 3 min. / le 6 janvier 2021

22h30

Les images des manifestants pro-Trump investissant le Capitole

Encouragés par les appels à la contestation lancés par la présidence américaine, des centaines de partisans de Donald Trump sont entrés de force dans le Capitole pour empêcher le Sénat et la Chambre des représentants de certifier la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle de novembre dernier.

>> Les images des manifestants dans le Capitole:

Des partisans pro-Trump entrent dans le Capitole [RTS]
Des partisans pro-Trump entrent dans le Capitole / L'actu en vidéo / 52 sec. / le 6 janvier 2021

22h25

Donald Trump appelle ses partisans à rentrer à la maison

Dans une vidéo postée sur son compte Twitter, Donald Trump appelle ses partisans à rentrer à la maison et à respecter la loi et l'ordre.

"Je comprends votre douleur. Je sais que vous êtes blessés. Le résultat de l'élection est frauduleux, mais nous devons retrouver la paix", a-t-il avancé.

22h17

"Une attaque inédite" contre la démocratie, dénonce Joe Biden

"Notre démocratie subit une attaque inédite. Les scènes de chaos au Capitole ne reflètent pas l'Amérique. Il s'agit de sédition, cela doit cesser. Je demande au président Trump d'intervenir pour défendre la démocratie", a dénoncé le futur président américain Joe Biden dans un discours.

"Les événements d'aujourd'hui nous rappellent à quel point la démocratie est fragile", a-t-il aussi relevé. Qualifiant l'irruption des manifestants pro-Trump dans le Capitole d'insurrection, il a appelé le président républicain à se rendre devant les caméras pour demander "la fin de ce siège".

22h09

Berlin, Londres et l'OTAN évoquent des scènes "honteuses" et "choquantes"

Le chef de l'OTAN Jens Stoltenberg a dénoncé mercredi des "scènes choquantes" à Washington après l'irruption de manifestants pro-Trump dans le Congrès américain, et appelé au respect du résultat de la présidentielle remportée par Joe Biden.

"Le résultat de cette élection démocratique doit être respecté", a tweeté le secrétaire général de l'Alliance.

Par la voix de son ministre des Affaires étrangères Heiko Maas, Berlin a appelé de son côté les pro-Trump à cesser de piétiner la démocratie. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a lui parlé de scènes honteuses. "Les Etats-Unis sont les défenseurs de la démocratie dans le monde entier. Il est vital que le transfert de pouvoir se fasse de manière pacifique et ordonnée", a-t-il réagi.

"Les violences contre les institutions américaines sont une atteinte grave contre la démocratie. Je les condamne. La volonté et le vote du peuple américain doivent être respectés", a tweeté le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

22h02

Militaires de la Garde nationale envoyés à Washington

Des militaires de la Garde nationale de l'Etat de Virginie se dirigeaient mercredi vers Washington pour tenter de rétablir l'ordre autour du Capitole.

Ce déploiement de renforts armés a été annoncé par la Maison Blanche ainsi que par Ralph Northam, le gouverneur démocrate de la Virginie, Etat qui jouxte la capitale fédérale.

21h58

Un blessé par balle à l'intérieur du Capitole

Une personne a été blessée par balle par les forces de l'ordre à l'intérieur du Capitole, indiquent plusieurs médias américains.

La victime est une femme qui a reçu une balle dans l'épaule, a précisé un agent cité par le Washington Post. Elle a été évacuée sur un brancard. D'après CNN, elle se trouve dans un état critique.

Toujours selon CNN, de nombreux policiers auraient été blessés, et l'un d'entre eux, au moins, a été hospitalisé.

21h45

Mike Pence demande aux manifestants de quitter les lieux

Le vice-président Mike Pence, lui-même évacué du Capitole un peu plus tôt, appelle les manifestants à quitter les lieux tout de suite dans un tweet.

21h40

Tentative de coup d'Etat dénoncée par des élus démocrates

Plusieurs élus du Congrès des Etats-Unis ont dénoncé mercredi une tentative de "coup d'Etat" menée par des partisans de Donald Trump, qui sont parvenus à faire irruption dans le Capitole, ces mêmes élus avertissant que cette action était vouée à l'échec.

"Nous assistons à une tentative de coup d'Etat encouragée par le criminel de la Maison Blanche. C'est voué à l'échec", a tweeté le représentant démocrate William Pascrell, faisant ainsi référence à Donald Trump.

"Il ne s'agit pas d'une manifestation. C'est une tentative de coup d'Etat", a de son côté estimé l'élue Diana DeGette, en dénonçant "l'anarchie fomentée par notre propre président".

21h30

Appel à rester pacifique de Donald Trump

Donald Trump, qui avait appelé un peu plus tôt ses sympathisants à se diriger vers le Congrès pour faire pression sur les élus républicains afin qu'ils s'opposent à la certification de la victoire de Joe Biden, les a depuis appelés à éviter toute violence.

"Soutenez la police du Capitole et les forces de l'ordre. Ils sont du côté de notre pays. Restez pacifiques!", a-t-il tweeté.

"Je demande à tout le monde au Capitole de rester pacifique", a-t-il ajouté un peu plus tard dans un autre tweet.

"Pas de violence! Souvenez-vous, NOUS sommes le parti de la loi et l'ordre", a-t-il encore écrit, sans pour autant demander aux manifestants d'évacuer les lieux.

21h00

Confinement et gaz lacrymogènes

Les deux chambres, Sénat et Chambre des représentants, ont été placées en confinement et les parlementaires ont reçu la consigne de d'enfiler des masques à gaz et de s'allonger au sol, selon des élus.

"Je viens juste d'évacuer mon bureau à Cannon à cause d'une menace proche. Maintenant, nous voyons des manifestants attaquer la police du Capitole", a tweeté l'élue républicaine à la Chambre des représentants Nancy Mace.

Gaz lacrymogènes

Des manifestants ont pénétré dans les deux chambres, selon les médias américains, ainsi que dans la rotonde du Capitole, où du gaz lacrymogène a été utilisé.

Des agents de la police du Capitole ont dégainé leurs armes, rapporte l'élu démocrate Dan Kildee qui dénonce une "attaque contre l'Amérique". "La police nous a demandé de prendre des masques à gaz parce qu'il y a eu des tirs de gaz lacrymogène dans la Rotonde", a écrit de son côté le représentant démocrate Jim Himes. "On nous a dit de nous coucher sur le sol et d'enfiler nos masque à gaz", a ajouté son confrère Dan Kildee.

20h15

Couvre-feu à Washington cette nuit

La maire de Washington a ordonné mercredi un couvre-feu à 18h00 locales (minuit en Suisse) dans la capitale fédérale, confrontée à de violentes manifestations de partisans du président républicain Donald Trump, le jour où devait être certifiée au Congrès la victoire de son opposant démocrate Joe Biden.

Le couvre-feu doit durer jusqu'à jeudi matin 06h00 locales (midi jeudi en Suisse), a annoncé la maire Muriel Bowser dans un communiqué publié sur Twitter, en précisant que les travailleurs essentiels ainsi que les journalistes en étaient exemptés.

20h00

Colline du Capitole envahie

Des milliers de manifestants favorables au président non réélu Donald Trump ont envahi mercredi la colline du Capitole à Washington, plongeant dans la confusion la session du Congrès qui devait confirmer mercredi la victoire du démocrate à l'élection présidentielle du 3 novembre.

Les manifestants ont fait irruption lors des débats de la Chambre des représentants, ont investi les terrasses du capitole et provoqué l'évacuation des bâtiments du Congrès, peu après que le vice-président Mike Pence eut annoncé qu'il ne pourrait pas s'opposer à la certification de la victoire de Joe Biden. "Nous reprenons la Chambre", "c'est notre parlement", a déclaré à l'AFP un manifestant anonyme.

>> Les images des manifestants dans la salle des statues du Capitole:

19h30

Mike Pence avait ouvert les débats

Avant que les débats ne sombrent dans la confusion, Mike Pence avait bien commencé à présider la session conjointe de la Chambre des représentants et du Sénat qui doit officialiser le vote de 306 grands électeurs en faveur de Joe Biden contre 232 pour Donald Trump.

Selon la Constitution, son rôle consiste à "ouvrir" les certificats envoyés par chacun des 50 Etats pour transmettre les votes de leurs grands électeurs. Seuls les élus peuvent contester les résultats dans certains Etats.

Dès le début de la session, des républicains ont émis des objections aux résultats de l'élection dans l'Etat d'Arizona. Les deux chambres se sont alors séparées pour en débattre.

>> Regarder aussi le 19h30 revenir, peu avant que la manifestation ne dégénère, sur le rôle difficile de Mike Pence:

Gaspard Kühn "C'est un test de loyauté grandeur nature. Le vice-président Mike Pence est dans une situation impossible." [RTS]
Gaspard Kühn "C'est un test de loyauté grandeur nature. Le vice-président Mike Pence est dans une situation impossible." / 19h30 / 2 min. / le 6 janvier 2021

17h30

Discours virulent du président sortant

Dans un discours particulièrement virulent, le locataire de la Maison Blanche avait appelé un peu plus tôt ses sympathisants à se diriger vers le Congrès pour faire pression sur les élus républicains afin qu'ils s'opposent à la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

Le président sortant, qui continue de nier la victoire de son rival, encourage depuis des jours ses supporters à défiler à Washington pour cette journée qui sera "folle", a-t-il prévenu. Lors de son discours devant la foule en fin de matinée, il a affirmé qu'il ne concéderait pas sa défaite à la présidentielle. "Nous n'abandonnerons jamais. Nous ne la concéderons jamais", a lancé le président républicain.

Il a également appelé son vice-président Mike Pence à ne pas entériner la victoire de Joe Biden lors d'une session extraordinaire au Congrès, même si celui-ci a fait savoir qu'il ne s'opposera pas à la Constitution, et a qualifié les élus républicains de "faibles" et "pathétiques".

17h00

Des milliers de partisans de Donald Trump rassemblés à Washington

"On veut Trump", "Stop au vol": des milliers de partisans de Donald Trump se sont retrouvés mercredi dans le centre de Washington pour une démonstration de force au moment où le Congrès devait certifier sa défaite à la présidentielle.

Ces hommes et femmes venus de tous les Etats-Unis ont fait résonner dans la capitale fédérale les accusations d'élection "volée" martelée sans preuve par le président sortant depuis des semaines.

Une "folle" journée

Le président sortant, qui continue de nier la victoire de son rival démocrate Joe Biden, encourage depuis des jours ses supporteurs à défiler à Washington pour cette journée qui sera "folle", a-t-il prévenu.

Défiant les consignes sanitaires, ses fans attendaient le visage démasqué, qu'il s'adresse à eux en fin de matinée, depuis l'Ellipse, esplanade située au sud de la Maison Blanche.