Publié

SOS Méditerranée reprend sa campagne en mer pour sauver les migrants

Bloqué pendant cinq mois en Sicile par les autorités italiennes, l'Ocean Viking, le navire de l'organisation, est en ce moment à Marseille pour y être ravitaillé.  [NICOLAS TUCAT - AFP]
SOS Méditerranée reprend opérations / La Matinale / 1 min. / le 30 décembre 2020
SOS Méditerranée a présenté mardi ses nouveaux équipements et ses objectifs pour 2021. L'ONG, basée à Marseille et à Genève, a annoncé la reprise de ses opérations de sauvetage de migrants dès le 10 janvier.

Bloqué pendant cinq mois en Sicile par les autorités italiennes, l'Ocean Viking, le navire de l'organisation, est en ce moment à Marseille pour y être ravitaillé. Après d'importants travaux, allant de l'ajout de radeaux de survie à l'installation d'équipement sanitaires liés au Covid-19, il est désormais jugé conforme aux règles de sécurité.

"Toute l'équipe est protégée par des combinaisons, des masques, des visières, des gants et les rescapés sont eux-aussi protégés. On a mis en place une zone de quarantaine au cas où quelqu'un aurait des symptômes. Pour nous, il est extrêmement important que tout soit le plus sûr possible", explique Caroline Abu Saada, directrice de SOS Méditerranée Suisse.

"Il y a urgence humanitaire"

Avant de reprendre leurs opérations le 10 janvier, les membres de l'équipe de sauvetage et le personnel médical se soumettent à une quarantaine de 10 jours accompagnée de plusieurs tests de dépistage.

D'après Caroline Abu Saada, le temps presse, car on assiste à une véritable "urgence humanitaire".

"Il n'y absolument aucune corrélation entre le nombre de départs et la présence de bateaux d'ONG en mer. La seule différence, c'est le taux de mortalité qui explose, ce qui a été le cas cette année. Il y a eu énormément de départs depuis la Libye et l'on se trouve dans une situation catastrophique. C'est la raison pour laquelle il faut vraiment qu'on puisse repartir le plus rapidement possible en mer", détaille-t-elle.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations, plus de 1100 migrants ont péri en mer en 2020. Un chiffre qui ne rend pas compte de la réalité selon SOS Méditerranée. L'ONG estime en effet que les naufrages invisibles, et donc non-documentés, sont fréquents et meurtriers.

Xavier Alonso/ther

Publié