2020, l'année où le coronavirus a tout bousculé

Grand Format Rétrospective

DR - RTS

Introduction

De Wuhan, en Chine, aux stations de sports d'hiver suisses, le SRAS-CoV-2 a imposé son tempo à 2020. Mais que faut-il retenir des douze derniers mois, au moment du bilan? Le 19h30 a remonté le fil des événements qui ont ponctué cette année sans nulle autre pareille.

Chapitre 01
Janvier - février: souvenez-vous, c'était le monde d'avant...

Gabriel Monnet - Keystone

Au début 2020, il y avait bien un mystérieux coronavirus qui faisait déjà un peu parler de lui du côté de Wuhan. Mais pas de quoi préoccuper grand monde au-delà des frontières chinoises. En Suisse, heureux et en bonne santé, on s'amusait même un peu des voeux de Simonetta Sommaruga enregistrés dans une boulangerie. Une bonne année, une année où rien ne nous arrive? Que cela paraissait naïf! Et pourtant...

>> Le premier épisode de #2020, la revue du 19h30:

Rétrospective 2020: janvier et février [RTS]
19h30 - Publié le 26 décembre 2020

En ce début d'année, des incendies gigantesques détruisent tout sur leur passage en Australie. Ils n'épargnent rien, pas même les célèbres koalas. De quoi entretenir la flamme d'une jeunesse mondiale vent debout pour le climat.

A Lausanne, quelque 10'000 personnes se rassemblent autour de Greta Thunberg pour appeler à davantage de conscience écologique à l'occasion du premier anniversaire des grèves du climat.

Des athlètes suisses lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de la Jeunesse à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Des athlètes suisses lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de la Jeunesse à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]

L'heure est encore aux grands rassemblements avec les Jeux olympiques de la Jeunesse, en janvier, et le Forum de Davos, la grand'messe mondiale de l'économie où se rend le président américain Donald Trump, malmené par une procédure d'impeachment dans son pays.

>> Lire: Un Forum de Davos marqué par la question climatique, mais les mesures tardent

Wuhan en quarantaine

Alors que la Chine met en quarantaine 20 millions de personnes à Wuhan et dans sa région, fin janvier, l'attention se concentre surtout sur la capacité de Pékin à bâtir un hôpital géant en à peine 10 jours.

La propagande tourne à plein régime, mais à travers le monde on préfère encore croire le virus circonscrit aux frontières nationales.

>> Revoir les images

hopital chine [RTS]
L'actu en vidéo - Publié le 25 janvier 2020

Le 31 janvier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare le coronavirus "urgence de santé mondiale". Trois semaines plus tard, un premier mort est enregistré dans le nord de l'Italie, mais en Suisse, les experts se veulent rassurants.

 Daniel Koch, à gauche, et le conseiller fédéral Alain Berset. [Peter Klaunzer - Keystone]Daniel Koch, à gauche, et le conseiller fédéral Alain Berset. [Peter Klaunzer - Keystone]

Même le 25 février, alors que le premier cas de coronavirus est repéré au Tessin, Daniel Koch - celui qui deviendra notre "Monsieur Coronavirus" national - paraît peu inquiet. "Le risque de s'infecter en Suisse est encore modéré", estime-t-il.

Par mesure de précaution, les autorités décident cependant d'annuler tous les événements importants, à commencer par le Salon de l'auto de Genève...

Chapitre 02
Mars - avril: "S'il vous plaît, restez chez vous"

Jean-Christophe Bott - Keystone

Ne plus se faire la bise, se laver les mains, travailler à domicile, rester à distance... Peu à peu, les gestes dits barrières s'installent dans le quotidien de millions d'individus à travers le monde. La Suisse ne fait pas exception à la règle: écoles, magasins et restaurants ferment alors que le coronavirus se propage à vitesse grand V en Europe.

>> Le deuxième épisode de #2020, la revue du 19h30:

Rétrospective 2020 : mars et avril [RTS]
19h30 - Publié le 27 décembre 2020

Epicentre de la pandémie, la Lombardie, où le coronavirus a été détecté pour la première fois en Europe, essuie les plâtres face au Covid-19, ce virus que personne ne connaît encore bien.

Dans cette région aisée du nord de l'Italie, le système sanitaire est au bord de rupture, les équipes soignantes épuisées et on ne sait plus que faire des (trop) nombreux morts...

>> Le reportage à Bergame de notre correspondante en Italie Valérie Dupont:

Morts à Bergame [RTS]
Mise au point - Publié le 22 mars 2020

L'Europe en alerte

En Suisse, le Conseil fédéral décrète la situation "extraordinaire" le 16 mars. "Il faut une réaction forte dans tout le pays. Et il la faut maintenant, c'est le seul moyen de parvenir à surmonter cette crise", annonce Simonetta Sommaruga, cinq jours après l'annonce d'un confinement total en Italie.

Cela veut dire concrètement que les groupes de jass au restaurant, c'est fini dès à présent

Simonetta Sommaruga lors de la conférence de presse du Conseil fédéral du 18 décembre 2020. [Anthony Anex - Keystone]
Simonetta Sommaruga, présidente de la Confédération, le 16 mars 2020

Côté français, Emmanuel Macron choisit lui aussi la manière forte et déclare: "Nous sommes en guerre". Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, les frontières sont fermées et l'armée suisse mobilisée. Les avions sont cloués au sol.

>> Lire: Le monde en mode pause face au coronavirus

Un nouveau quotidien

Alors que la moitié de la population mondiale est confinée, un nouveau quotidien s'invente peu à peu. Travail, apéro, shopping, sport: tout se fait en ligne. En Suisse, on profite du beau temps pour se balader et se consacrer... au jardinage.

Des réseaux de solidarité inédits se mettent en place pour aider celles et ceux qui sont isolés. Et, chaque soir, on applaudit le personnel soignant à sa fenêtre.

Les Romands applaudissent le personnel soignant et les agent.e.s de nettoyage [RTS]
19h30 - Publié le 16 mars 2020

Vers la fin avril, les sourires réapparaissent en entendant cette autre phrase devenue culte, celle qui amorce le déconfinement. "Nous souhaitons donc agir aussi vite que possible mais aussi lentement que nécessaire", explique Alain Berset, ministre de la Santé.

Le 27, c'est la réouverture des salons de coiffure, des jardineries et des magasins de bricolage. Il y a comme une lueur au bout du tunnel...

Chapitre 03
Mai - juin: l'espoir d'un "retour à la normale"

Johannes Eisele - AFP

Progressif, le déconfinement se déroule sur l'Europe. Les lieux publics rouvrent, les écoles aussi et, le 15 juin, c'est même au tour des frontières. Avant l'été, la Suisse a l'humeur légère: le virus appartient au passé.

>> Le troisième épisode de #2020, la revue du 19h30:

Retour sur les mois de mai et juin 2020 en Suisse et dans le monde. [RTS]
19h30 - Publié le 28 décembre 2020

Alors que la pandémie peu à peu s'efface, commencent à apparaître les dégâts causés par cette première vague que personne n'avait vraiment vu venir. Même en Suisse, l'un des pays les plus riches du monde, de longues files d'attentes se forment pour recevoir des produits de première nécessité.

>> Lire: La faim, effet secondaire de la crise du coronavirus en Europe

Après les salons de coiffure et les magasins, l'école reprend le 11 mai, puis les bars et restaurants. La première vague s'éloigne et notre Monsieur Coronavirus national, Daniel Koch, prend sa retraite.

Actuellement, il n'y a pas de problème. Il faut être clair, ça peut revenir, on n'en sait rien, on l’espère pas

Alain Berset lors de l'annonce des nouvelles mesures sanitaires du 11 décembre 2020. [Anthony Anex - Keystone]
Alain Berset, conseiller fédéral, le 27 mai 2020

>> Voir aussi le grand format: De la Chine à la Suisse, six mois de vie avec le virus

Des températures records

Avec le beau temps, les terrasses se remplissent, les piscines aussi, en Suisse et jusqu'en Sibérie, où on enregistre jusqu'à 38 degrés. Des records de température sont battus, et cela n'est pas sans conséquence. Avec la fonte du permafrost, un réservoir s'écroule et 20'000 tonnes de carburant sont déversés dans une rivière. C'est la plus grave pollution jamais connue dans cette région.

>> Les explications de Célia Sapart, climatologue à l'Université libre de Bruxelles:

Record de chaleur en Sibérie. [Olga Burtseva - AP/Keystone]Olga Burtseva - AP/Keystone
Forum - Publié le 22 juin 2020

Mais il n'y a pas qu'en Sibérie qu'il fait chaud. A Hong Kong, après un an de contestation pour plus de démocratie, la Chine siffle la fin de la partie pour les manifestants et impose sa loi sur la sécurité nationale.

Tensions raciales

Aux Etats-Unis aussi le torchon brûle à la suite du décès d'un Afro-Américain de 46 ans, George Floyd, lors de son interpellation par la police. Ces mots "I can't breathe" ("Je ne peux pas respirer") réveillent la colère contre les violences policières. Partout dans le monde, des manifestations demandent que cessent les violences policières. [Alessandro Bremec - AFP]Partout dans le monde, des manifestations demandent que cessent les violences policières. [Alessandro Bremec - AFP]

Des émeutes ont lieu dans plusieurs villes américaines où des couvre-feux sont instaurés et la garde nationale est déployée. Mais l'onde de choc dépasse cependant largement les frontières des Etats-Unis et des manifestations Black Lives Matter sont organisées un peu partout, des statues sont déboulonnées et même en Suisse, on s'interroge sur les violences policières et les discriminations à l'égard des noirs.

>> Le débat d'Infrarouge: "La Suisse est-elle raciste?"

La Suisse est-elle raciste? [RTS]
Infrarouge - Publié le 10 juin 2020

Chapitre 04
Juillet - août: parenthèse estivale

epa/telenews - Keystone

C'est l'heure des vacances! Mais pour profiter de l'été, le Conseil fédéral appelle la population à rester "dans notre beau pays". Le Tessin et les régions alpines sont prises d'assaut. Quant à la piscine de Porrentruy, dans le Jura, elle n'accepte que les Suisses.

>> Le quatrième épisode de #2020, la revue du 19h30:

Rétrospective: retour sur les mois de juillet et août [RTS]
19h30 - Publié le 29 décembre 2020

Grands absents jusqu'ici, les masques fleurissent avec l'été dans les rues suisses. Dès le 6 juillet, il faut être masqué pour se déplacer en transports publics, puis dans les supermarchés au gré des cantons. Une liste rouge voit aussi le jour, celle des pays à risques, au retour desquels une quarantaine s'impose.

Tout n'est donc pas tout à fait revenu à la normale avec la belle saison. Les aéroports sont vides, les festivals et grands rendez-vous sportifs - dont les JO de Tokyo et l'Euro de football - annulés.

>> Voir aussi nos grands formats sur les vacances en Suisse Home Suisse Home et en Europe Mes vacances déconfinées

Passés au deuxième plan avec la pandémie, certains drames reviennent au premier plan. Ainsi, le sauvetage de centaines de migrants en Méditerranée par plusieurs navires humanitaires vient rappeler cette dure réalité à la face du monde.

>> Lire: Huitante millions de déplacés, un "chiffre angoissant" pour Filippo Grandi

A la fin juillet, la figure féministe française Gisèle Halimi s'éteint à l'âge de 93 ans. Elle avait consacré sa vie aux droits des femmes et à la défense de l'avortement. A Gênes, un nouveau pont est inauguré sur fond d'arc-en-ciel porteur d'espoir pour remplacer le pont Morandi, deux ans après l'effondrement qui a coûté la vie à 43 personnes.

Explosions à Beyrouth

Mais soudain, deux explosions secoue le port de Beyrouth. La capitale libanaise est touchée le 4 août en son coeur, la faute à une cargaison de 2700 tonnes de nitrate d'ammonium stockées au port depuis six ans et sans protection. Bilan: 200 morts et 6500 blessés.

>> L'émission Géopolitis sur la situation au Liban

Geopolitis [RTS]
Geopolitis - Publié le 13 septembre 2020

Pendant ce temps-là, en Biélorussie, trois femmes défient Alexandre Loukachenko, l'autocrate au pouvoir depuis 26 ans, à l'élection présidentielle du 9 août. Après l'annonce de sa réélection, jugée frauduleuse, des centaines de milliers de personnes descendent dans la rue pour protester, se heurtant à une répression brutale. La principale opposante, Svetlana Tikhanovskaïa s'enfuit en Lituanie.

Chapitre 05
Septembre - octobre: le virus fait sa rentrée, la lassitude aussi

Jean-Christophe Bott - Keystone

A peine le gong de la rentrée des classes a-t-il retenti que le nombre de cas de Covid-19 diagnostiqués repart à la hausse. Les appels à la prudence reviennent telle une ritournelle désormais connue, mais que plus personne ne veut entendre...

>> Le cinquième épisode de #2020, la revue du 19h30 sur les mois de septembre et octobre:

2020 a été marquée par le Covid. Retour aux mois de septembre-octobre: période de protestations, d'attentats et de la 2ème vague. [RTS]
19h30 - Publié le 30 décembre 2020

En Suisse, ce n'est pas tout de suite que l'on réalise l'ampleur de la deuxième vague qui approche. Au Parlement, on parle climat et, en réponse à l'appel des militants écologistes, la loi CO2 est mise sous toit, qui doit permettre à la Confédération de réduire d'ici 2030 ses émissions de CO2 de 50% par rapport à 1990 et de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré.

Dans les collèges, un autre combat se profile: mettre au placard les t-shirts de la honte, imposés aux élèves - surtout aux filles - dont la tenue est jugée inappropriée.

>> "Foutons la paix aux filles", l'appel de Leïla Slimani dans le 19h30:

Leïla Slimani : "Foutons la paix aux filles... laissons-les s'habiller comme elles en ont envie" [RTS]
19h30 - Publié le 30 septembre 2020

En France, trois attaques terroristes en un mois

En plein procès des attentats de janvier 2015 à Charlie Hebdo, la France est quant à elle à nouveau frappée par des attaques terroristes. La décapitation d'un enseignant, Samuel Paty, le 16 octobre, pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet entraîne un nouveau débat sur la liberté d'expression et la laïcité.

Mais les propos du président Emmanuel Macron qui assure que la France ne "renoncera pas aux caricatures" ne passent pas dans une partie du monde musulman. Le président turc Erdogan hausse notamment le ton, s'en prenant même à la "santé mentale" du chef de l'Etat français.

>> Lire: L'éternel regain de tensions entre France, Turquie et pays musulmans

Donald Trump positif au Covid-19

Pendant que le terrorisme frappe l'Europe, la campagne présidentielle bat son plein aux Etats-Unis entre un Joe Biden, partisan de davantage de précautions sanitaires face à la pandémie, et un Donald Trump qui continue à nier la gravité de la situation. Mais le SRAS-CoV-2 atteint bientôt le président en exercice. De quoi changer la donne?

>> Lire: Aux Etats-Unis, la folle semaine où le Covid-19 a rattrapé la Maison Blanche

Hospitalité pendant trois jours, Donald Trump reçoit un traitement expérimental et revient bien vite à la Maison Blanche, assurant être "au mieux de sa forme".

La pandémie s'installe en Europe

La très redoutée deuxième vague déferle pourtant sur l'Europe et surprend par son ampleur comme par sa précocité.

Il a trois semaines, nous avions une situation qui était l'une des meilleures sur le continent européen et trois semaines plus tard, nous avons une des situations les plus mauvaises

Le ministre socialiste ne pense pas que l'on sera débarrassé de sitôt de ce virus. Selon lui, il va rester, malgré les vaccins et les médicaments.  [Anthony Anex - Keystone]
Alain Berset, conseiller fédéral, le 21 octobre 2020

La Suisse, citée en exemple au printemps, se révèle plutôt mal préparée. Il faut parfois attendre plusieurs jours pour se faire tester et les hôpitaux sont sous tension. Pire, entre les cantons, c'est la cacophonie.

Chapitre 06
Novembre - décembre : un monde plus divisé ?

Valentin Flauraud - Keystone

Le 4 novembre, la Suisse passe la barre des 10'000 nouvelles contaminations par jour et la Suisse romande devient même l'une des régions les plus touchées d'Europe. Face à la gravité de la situation, un retour au confinement partiel est imposé à Genève, puis selon diverses modalités dans les cantons voisins. Côté alémanique, on regarde...

>> Le sixième épisode de #2020, la revue du 19h30 sur les mois de novembre et décembre:

Dernier épisode de notre série rétrospective de l'année 2020. Retour sur novembre et décembre [RTS]
19h30 - Publié le 31 décembre 2020

Le "Coronagraben" est désigné mot de l'année 2020 en Suisse et le fossé entre les régions linguistiques se creuse au fur et à mesure que la pandémie flambe. "Tous les soins intensifs de Suisse romande sont en train d'être saturés. C'est maintenant qu'on a besoin de cette solidarité intercantonale. J'allais dire 'nom d'un chien' qu'ils le fassent maintenant", s'énerve le conseiller fédéral chargé de la Santé, Alain Berset, alors que des hôpitaux alémaniques se font tirer l'oreille afin d'accueillir des malades romands.

Et tandis que la mortalité des seniors s'envole, certains survivants de la première vague peinent à se remettre.

>> Le témoignage du Valaisan Daniel Bertin:

Pourtant en parfaite santé, Daniel Bertin a passé près de trois mois dans le coma après avoir contracté le Covid-19. Témoignage. [RTS]
Couleurs locales - Publié le 7 décembre 2020

Mais si la Suisse est un pays divisé, elle n'est pas la seule. Aux Etats-Unis, l'élection présidentielle révèle elle aussi une Amérique divisée entre les républicains, pro-Trump, et les démocrates. Après plusieurs jours de suspense, Joe Biden, 77 ans, l'emporte, avec à ses côtés la Californienne Kamala Harris, qui devient la première femme vice-présidente des Etats-Unis.

>> Voir le portrait de Kamala Harris:

La nouvelle vice-présidente est Kamala Harris, d'origine jamaïcaine et indienne [RTS]
19h30 - Publié le 8 novembre 2020

Leur victoire est arrachée après une participation record, mais dans un pays frappé de plein fouet par la pandémie. Le président sortant Donald Trump dénonce des fraudes massives, réclame des recomptages et multiplie les recours juridiques. En vain: le démocrate est confirmé par le collège des grands électeurs et sera investi en janvier.

Des morts encore...

Avec l'automne, d'autres personnalités s'en vont. L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing décède à l'âge de 94 ans. Avec de grandes réussites industrielles comme le TGV et des réformes sociales comme le droit à l'avortement et le divorce par consentement mutuel, son septennat reste comme celui qui a "modernisé" la France.

La planète sport pleure elle la mort d'un dieu du football, Diego Maradona. Un héros national en Argentine qui déclare trois jours de deuil.

Dans le Haut-Karabakh, on pleure, mais ici c'est les victimes du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, victorieux du cessez-le-feu signé sous l'égide de la Russie.

>> Le reportage de Tristan Dessert, envoyé spécial en Arménie:

Haut-Karabakh: La région commence sa reconstruction [RTS]
19h30 - Publié le 23 novembre 2020

Un souffle d'optimisme

L'année se termine cependant sur une bonne nouvelle pour les couples homosexuels suisses, avec l'acceptation du mariage pour tous par le Parlement lors de la session d'automne.

Et si on s'écharpe par-delà les frontières européennes sur la question de l'ouverture des stations de ski, un semblant d'optimisme règne sur la fin 2020 avec la conclusion d'un accord sur le Brexit, la veille de Noël, au terme de quatre ans de négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, et surtout avec l'arrivée des premiers vaccins contre le Covid-19. Des piqûres qui feraient presque espérer une année 2021 où "il ne se passe rien pour nous et nos proches", à l'abri du virus.

>> Lire aussi: Sean Connery, Juliette Gréco, Giscard ou Maradona, les disparus de 2020