Modifié

Les protections périodiques gratuites en Ecosse, une première mondiale

Première mondiale: le Parlement écossais vote en faveur d'un accès gratuit aux protections périodiques [RTS]
Première mondiale: le Parlement écossais vote en faveur d'un accès gratuit aux protections périodiques / 12h45 / 1 min. / le 26 novembre 2020
Les députés écossais ont voté mardi en faveur d'un accès gratuit aux protections périodiques afin de lutter contre la précarité menstruelle. Il s'agit d'une première dans le monde à cette échelle.

La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a fait part mercredi de sa "fierté d'avoir voté pour cette loi révolutionnaire, qui fait de l'Ecosse le premier pays au monde à fournir des protections périodiques gratuites à toutes celles qui en ont besoin".

A l'unanimité, les 121 députés du parlement écossais ont approuvé cette loi qui rend donc ces protections disponibles gratuitement dans tous les bâtiments publics. Les écoles, lycées et universités devront mettre à disposition gratuitement une gamme de protections périodiques dans leurs toilettes.

La députée Monica Lennon, qui a présenté la proposition de loi, s'est félicitée du rôle "pionnier" de l'Ecosse, louant aussi l'action de "Lady Business" dans son discours au parlement.

Une initiative lancée par quatre adolescentes

 "Lady Business" est un groupe formé par quatre adolescentes qui ont mené campagne sans relâche en faveur de la gratuité des tampons et des serviettes périodiques et qui espèrent voir de nombreux pays suivre cet exemple.

Ces quatre adolescentes se sont donné pour mission de sensibiliser l'opinion, s'exprimant dans les écoles et organisant même un rassemblement devant le parlement écossais.

"Nous avons toutes été ravies d'avoir contribué à un si grand changement pour le monde", se félicite l'une d'entre elles, Elle-Rose Fotheringham Des militantes qui soulignent que la précarité menstruelle a un impact direct sur l'éducation des filles, creusant les inégalités.

Cette loi adoptée en Ecosse va plus loin que des initiatives existantes dans les écoles en Angleterre et au Pays de Galles, ou que la baisse de la TVA sur ces produits en France et aux États-Unis.

afp/ddup

Publié Modifié