Modifié

La jeune génération lance sa COP-26 pour rappeler l'urgence climatique

Une manifestation pour le climat, le 24 avril 2020 à Zurich. [Alexandra Wey - Keystone]
350 jeunes participent à une conférence climatique virtuelle. / La Matinale / 2 min. / le 24 novembre 2020
Jusqu'au 1er décembre prochain, 350 jeunes, dont 3 Suisses, prennent part à une COP 26 - conférence annuelle de l'ONU sur le climat - virtuelle. Un sommet qu'ils ont organisé en remplacement de la conférence officielle, annulée, cette année, en raison de la pandémie.

Que se passerait-il pour le climat si les jeunes étaient aux commandes? En période de pandémie, où les préoccupations sanitaires tendent à éclipser nombre d'autres problèmes à résoudre, les participants veulent notamment rappeler que le coronavirus n'empêche pas la Terre de se réchauffer.

Depuis la fin de la semaine dernière, des délégués du monde entier, issus notamment du mouvement Friday For Future fondé par Greta Thunberg, avancent leurs solutions pour lutter contre le réchauffement climatique. Ateliers, conférences, invités, leur sommet virtuel s'inspire du fonctionnement des COP officielles.

"La pandémie n'arrête pas le réchauffement"

"On voit que de nombreux pays ne respectent pas leurs objectifs climatiques", affirme Marie-Claire Graf, 24 ans, membre de la délégation suisse. "C'est clair, nous vivons une pandémie, mais la crise climatique est toujours là et elle va empirer, comme vient de le prévoir l'Organisation météorologique mondiale", souligne l'activiste. "Les émissions de CO2 vont continuer d'augmenter, la pandémie ne peut pas être une excuse pour ne rien faire. Et c'est justement sur ce point que nous voulons intervenir", affirme la jeune femme.

>> Lire aussi: Quelle place pour le climat dans les politiques de relance après la crise?

Au cours de ce sommet, chaque délégation partage aussi la vision de l'action climatique de son pays. "On a souligné que la Suisse est sur la bonne voie mais doit montrer davantage d'ambitions", indique Marie-Claire Graf. "Parce qu'on a la capacité de faire beaucoup plus, notamment dans le domaine de la formation: les gens en Suisse ont un très bon niveau de formation, mais ne sont pas suffisamment bien informés sur la crise climatique et sur leurs moyens d'action", fait-elle valoir.

A l'issue de ce rendez-vous inédit, les 350 délégués voteront une déclaration finale. Le texte esquissera ce que, du point de vue de la jeune génération, les dirigeants devraient décider lors de la prochaine COP. Les jeunes demanderont également à être mieux intégrés aux délégations nationales afin de peser dans les prochaines décisions, en novembre 2021.

Céline Fontannaz/kkub

Publié Modifié