Modifié

Levée de boucliers dans la rue en France contre la loi "sécurité globale"

Des manifestants à Nice contre la loi sur la "sécurité gobale". [Eric Gaillard - Reuters]
Mobilisation dans la rue en France contre la loi "sécurité globale" / Le Journal horaire / 25 sec. / samedi à 16:00
Au lendemain de l'adoption en première lecture par l'Assemblée d'un texte pénalisant la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre, des manifestations ont débuté samedi. Des syndicats de journalistes notamment avaient appelé à manifester.

Ces syndicats souhaitent le retrait de ce qu'ils jugent être une "atteinte à la liberté d'expression" et à "l'Etat de droit". Des mobilisations étaient prévues dans une vingtaine de villes, la principale d'entre elles au Trocadéro à Paris en début d'après-midi.

>> Lire aussi : Adoption d'un article limitant la diffusion d'images de policiers français

A Lille, un millier de manifestants se sont rassemblés samedi matin, dénonçant la proposition de loi "sécurité globale", aux cris de "Même pas drone", "Orwell was right", "floutage de gueule". Un autre millier était dans la rue à Rennes, avec des pancartes: "Baissez vos armes, nous baisserons nos téléphones", "L'appareil photo lui n'a jamais tué personne", "Sécurité globale, impunité totale". Un millier de personnes ont également défilé à Montpellier.

Une conférence de presse a été organisée parallèlement au siège de la Ligue des droits de l'Homme, en présence d'Amnesty International, de représentants des syndicats de journalistes et d'un responsable d'un syndicat de policiers minoritaire, la CGT-Intérieur.

Mesure controversée

L'Assemblée nationale a voté vendredi soir, après l'avoir amendée, la mesure la plus controversée de la proposition de loi "Sécurité globale". L'article 24 pénalise la diffusion malveillante de l'image des forces de l'ordre, avec des garanties du gouvernement sur le "droit d'informer".

>> Ecouter le sujet du 12h30 sur l'adoption de loi par l'Assemblée nationale française :

L'Assemblée nationale française a voté vendredi soir la mesure la plus controversée d'une proposition de loi dite de sécurité globale, qui limite la diffusion d'images de policiers en opération. [Gonzalo Fuentes - Reuters]Gonzalo Fuentes - Reuters
L’assemblée nationale française accepte de conserver le droit de filmer les policiers mais sous conditions / Le 12h30 / 1 min. / samedi à 12:34

Cet article, mais aussi la possible utilisation de drones et la crainte de la reconnaissance faciale par les caméras de surveillance, ont suscité une intense émotion dans les médias. Une inquiétude relayée à l'Assemblée nationale à la gauche de l'hémicycle, notamment par La France insoumise (LFI).

Les syndicats de journalistes jugent qu'il n'y a pas besoin d'une nouvelle loi "pour faire peur". Le Code pénal et la loi sur la liberté de la presse de 1881 punissent déjà les infractions d'incitation à la haine.

ats/asch

Publié Modifié