Des laboratoires pharmaceutiques font la course au vaccin anti-Covid. [Mouna Hussain]
Publié Modifié

Onze vaccins dans la phase 3 des essais cliniques. Enjeux et zones d’ombre d’une course planétaire

  • Pour freiner la pandémie de coronavirus, des laboratoires pharmaceutiques des quatre coins du monde se sont lancés dans une course pour créer un vaccin efficace et sûr.
  • Actuellement, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comptabilise 164 projets de vaccins en phase pré-clinique, 48 "candidats vaccins" en essais cliniques, dont 11 entrés dans la phase 3.
  • Pour qu'un vaccin soit homologué, il doit passer des tests pré-cliniques, puis enchaîner des essais cliniques sur l'humain en trois phases.
  • Le développement et la mise sur le marché d'un nouveau vaccin prennent habituellement plusieurs années. Pour le Covid-19, les procédures ont été accélérées de façon inédite.
  • Grâce à des levées de fonds internationales et des accords de pré-réservation, les principaux laboratoires peuvent lancer le processus industriel de fabrication en même temps qu'ils travaillent à l'élaboration du vaccin, deux étapes d'habitude distinctes.

Cette page présente les principaux vaccins en phase 3 des essais cliniques et ne se veut donc pas exaustive.

Dernière mise à jour: 18.11.2020

Mouna Hussain avec agences

Pfizer/BioNTech

Efficacité annoncée à 95%

  • Nom du vaccin: BNT162b2
  • Sociétés: Pfizer (USA) et BioNTech (Allemagne)
  • Avancée des essais: Phase 3 sur 44'000 personnes
  • Efficacité annoncée: 90% d'après des résultats intermédiaires (9.11) puis 95% (18.11)
  • Doses prévues: 50 millions de doses en 2020, puis 1,3 milliard en 2021
  • Fabrication: Etats-Unis / Belgique (Pfizer) et Allemagne (BioNTech)
  • Technologie: ARN messager
  • Précommandes: Etats-Unis (100 mio de doses), Union européenne (300 mio), Canada (56 mio), Japon (120 mio), Royaume-Uni (40 mio)
  • Logistique: Nécessite de rester à -70°C, température bien plus basse que les congélateurs standards. Containers spécifiques développés pour expédier les doses.

Le groupe pharmaceutique américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont demandé vendredi à l'Agence américaine des médicaments (FDA) d'autoriser leur vaccin contre la maladie causée par le virus. Ils sont les premiers fabricants à le faire aux Etats-Unis. L'Europe devrait suivre très prochainement.

>> Lire aussi: Pfizer annonce une efficacité de 95% pour son vaccin contre le Covid

Moderna

Efficacité annoncée à 94,5%

  • Nom du vaccin: ARNm-1273
  • Société: Moderna (USA)
  • Avancée des essais: Phase 3 sur 30'000 personnes (USA)
  • Efficacité annoncée: 95,5% d'après les premières données (16.11)
  • Doses prévues: 20 millions d'ici fin 2020. Entre 500 millions et un milliard en 2021.
  • Fabrication: Usines aux USA et en Suisse (groupe "Lonza"), mise en flacons en Espagne.
  • Technologie: ARN messager
  • Fonds reçus: 2,5 milliards de dollars d'argent public américain.
  • Précommandes: Etats-Unis, Canada, Japon, Israël, Qatar, Royaume-Uni et Suisse (4,5 mio de doses). En négociation avec l'Union européenne et le programme international Covax.
  • Logistique: conservation à -20°C, donc chaîne de froid à maintenir jusqu'aux pharmacies.

>> Voir les explications sur l'annonce d'efficacité du candidat vaccin Moderna:

Moderna annonce une efficacité de 94.5% pour son vaccin contre le Covid-19. [RTS]
Moderna annonce une efficacité de 94.5% pour son vaccin contre le Covid-19. / 19h30 / 2 min. / le 16 novembre 2020

Cette société de biotechnologie américaine fondée en 2010 n'a toujours aucun produit autorisé. Le 16 novembre, elle annonce que son projet de vaccin a montré une efficacité de près de 95% dans des essais cliniques.

Moderna pourrait demander aux autorités américaines, européennes et autres des autorisations de commercialisation dans les prochaines semaines.

>> Voir l'interview de Stéphane Bancel, directeur général de Moderna:

Stéphane Bancel, Directeur général de Moderna estime que la pandémie peut être vaincue en 2021 grâce au vaccin. [RTS]
Stéphane Bancel, Directeur général de Moderna estime que la pandémie peut être vaincue en 2021 grâce au vaccin. / 19h30 / 2 min. / le 16 novembre 2020

Spoutnik V

Efficacité annoncée à 92%

  • Nom du vaccin: Gam-COVID-Vac
  • Société: Institut de recherche russe Gamaleïa et le ministère russe de la Défense
  • Avancée des essais: Phase 3 sur 40'000 personnes (Russie, Inde, Brésil )
  • Efficacité annoncée: 92% d'après les données intermédiaires (11.11)
  • Fabrication: Russie, Venezuela, Inde et Chine
  • Technologie: Vaccin à "vecteur viral"

Le vaccin Spoutnik V injecte en deux fois deux virus très courants, responsables notamment de rhumes, transformés pour y ajouter une partie de celui responsable du Covid-19. Cet adénovirus modifié pénètre dans les cellules et les pousse à fabriquer une protéine typique du Sars-Cov-2, apprenant ainsi à leur système immunitaire à le reconnaître et à le combattre.

Toutefois, l'institut Gamaleïa est accusé de rompre avec les protocoles habituels pour accélérer le processus scientifique. Plusieurs hauts responsables russes ont annoncé avoir déjà été vaccinés au Spoutnik V.

Le président russe Vladimir Poutine a appelé les pays du groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) à s'unir pour produire des vaccins russes en masse, sans détailler les conditions commerciales d'une telle proposition.

>> Lire aussi: Le vaccin russe "Spoutnik V" testé depuis mercredi sur 40'000 Moscovites - Le suivi du Covid-19 dans le monde (début septembre)

AstraZeneca

Vaccin anglo-suédois

  • Nom du vaccin: AZD1222
  • Sociétés: AstraZeneca (anglo-suédois) et Université d'Oxford (Royaume-Uni)
  • Avancée des essais: Phase 3 sur 40'000 personnes
  • Efficacité: résultats attendus pour fin 2020
  • Technologie: vaccin à "vecteur viral"
  • Précommandes: Maroc, Etats-Unis, Union européenne, Suisse (5,3 mio de doses)
  • Logistique: Peut être conservé à une température de 2 à 8°C

Essais cliniques interrompus le 6 septembre après le signalement d'une maladie neurologique grave chez l'un des participants. Reprise après quelques jours au Royaume-Uni et dans d'autres pays, et fin octobre aux Etats-Unis.

Ce candidat vaccin est basé sur un adénovirus de chimpanzé modifié pour introduire dans son génome la partie codante pour la protéine de pointe du SARS-CoV-2 par lequel le virus pénètre les cellules humaines.

Sinovac et Sinopharm

Vaccins déjà inoculés

  • Nom des vaccins: CoronaVac et Inactivated SARS CoV 2 vaccine
  • Société: Sinovac / Sinopharm (Chine)
  • Avancée des essais: Phase 3 sur personnes en Chine, Brésil, Indonésie et Turquie
  • Efficacité annoncée: Résultats préliminaires prévus courant novembre
  • Doses prévues: 610 millions par an
  • Technologie: Virus inactivé

Plusieurs fabricants chinois, dont Sinovac et Sinopharm, tentent de produire plusieurs vaccins simultanément. Sinopharm teste deux vaccins en phase 3, l'un provenant de l'Institut de Wuhan, l'autre de l'Institut de Pékin.

La Chine prévoit d'être en capacité de produire 610 millions de doses par an. Des essais cliniques ont été suspendus deux jours au Brésil suite à la mort d'un volontaire, qui pourrait être un suicide.

La Chine autorise depuis juillet, pour les cas "urgents", les inoculations de vaccins expérimentaux. Les personnes prioritaires sont les soignants, les seniors et les Chinois en partance pour l'étranger. Au moins des centaines de milliers de Chinois ont ainsi déjà reçu l'un des vaccins.

>> Ecouter l'éclairage de notre correspondant sur le début de vaccination en Chine:

Les géants du web se décident d'agir, alors que la vaccination régresse, notamment aux États-Unis. [Hotli Simanjuntak - Keystone]Hotli Simanjuntak - Keystone
La vaccination contre le Covid-19 a déjà commencé en Chine / La Matinale / 3 min. / le 30 octobre 2020

Novavax

Biotech américaine

  • Nom du vaccin: NVX-CoV2373
  • Société: Novavax (USA)
  • Avancée des essais: Phase 3 sur 30'000 personnes (septembre au Royaume-Uni, novembre aux USA)
  • Efficacité annoncée: Données préliminaires attendues au premier trimestre 2021
  • Technologie:  Vaccins dit "sous-unitaire"
  • Fonds reçus: 1,6 milliard de dollars des USA + 388 millions de dollars de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI)
  • Logistique: extension du site de Gaithersburg dans le Maryland (USA) pour augmenter les capacités de production.

La biotech américaine développe un vaccin dit "sous-unitaire" recombinant. Le coronavirus possède à sa surface des pointes (des protéines virales) pour entrer en contact avec les cellules à infecter. Ces protéines peuvent être reproduites et présentées ensuite au système immunitaire pour le faire réagir.

>> Lire aussi: Les Etats-Unis auront bientôt investi dix milliards dans la course au vaccin

Johnson & Johnson

Un vaccin en monodose

  • Nom du vaccin: JNJ-78436735
  • Sociétés: Janssen Pharmaceutical Companies / Johnson & Johnson (USA)
  • Avancée des essais: Deux essais de phase 3 sur 60'000 et 30'000 personnes en Amérique du Sud, Etats-Unis, Europe et Afrique du Sud
  • Efficacité annoncée: résultats prévus au premier trimestre 2021
  • Technologie: Vaccin à "vecteur viral"

Le laboratoire mène deux essais clinique de phase 3 en parallèle, l'un sur un vaccin injecté en deux doses, et le second en monodose. L'avantage du vaccin à une seule dose est de faire gagner trois ou quatre semaines pour l'évaluation.

Les Etats-Unis espèrent que ce candidat-vaccin puisse donner des résultats dans la seconde moitié de janvier, ouvrant la possibilité à une autorisation fin février à l'échelle nationale.

En octobre, Johnson & Johnson avait interrompu temporairement son essai clinique après une maladie contractée par un des participants. La société avait repris après avoir indiqué que le Conseil de surveillance des données et de la sécurité n'avait pas trouvé de preuve reliant la maladie déclenchée chez un volontaire au candidat-vaccin.

Bharat Biotech

Vaccin indien

  • Nom du vaccin: COVAXIN
  • Sociétés: Bharat Biotech (Inde)
  • Avancée des essais: Phase 3 sur 26'000 personnes en Inde (novembre 2020)
  • Technologie: Virus inactivé

CanSino

Vaccin chinois

  • Nom du vaccin: Ad5-nCoV
  • Sociétés: CanSino Biological et armée chinoise
  • Avancée des essais: Phase 3 sur 40'000 personnes au Mexique, en Russie et au Pakistan
  • Technologie: Vaccin à "vecteur viral"

CanSino est le quatrième vaccin chinois en phase 3 d'essais cliniques. Contrairement aux trois autres au virus inactivé (voir SinoVac et SinoPharm), celui-ci est un vaccin à "vecteur viral".

Comment fonctionnent les vaccins?

Plusieurs technologies possibles

  • ARN Messager

Parmi les candidats vaccins les plus avancés, plusieurs utilisent une technologie innovante et qui n'a encore jamais été approuvée pour l'humain. Appelée "ARN Messager", celle-ci consiste à injecter dans nos cellules des brins d'instructions génétiques pour leur faire fabriquer des protéines ou "antigènes" spécifiques du coronavirus. Ces protéines vont être livrées au système immunitaire, qui va alors produire des anticorps.

L'avantage de ces gènes synthétiques est qu'ils peuvent être générés et fabriqués en quelques semaines, et produits à grande échelle plus rapidement que les vaccins classiques.

  • Virus inactivé

Les agents infectieux du SARS-CoV-2 sont traités chimiquement ou par la chaleur pour perdre leur nocivité, tout en gardant leur capacité de provoquer une réponse immunitaire. C'est la forme la plus traditionnelle de vaccination.

  • Vaccins à "vecteur viral"

Les vaccins à "vecteur viral" utilisent comme support un autre virus peu virulent, transformé pour y ajouter une partie du virus responsable du Covid-19. Le virus modifié pénètre dans les cellules des personnes vaccinées, qui fabriquent alors une protéine typique du Sars-Cov-2, éduquant leur système immunitaire à le reconnaître.

>> Voir un exemple d'étude et de création d'un vaccin:

Le processus de la création d'un vaccin illustré avec une étude menée aux HUG [RTS]
Le processus de la création d'un vaccin illustré avec une étude menée aux HUG / 12h45 / 2 min. / le 10 novembre 2020

Surenchère d'annonces

Une efficacité encore à prouver

Qui dit mieux? En dix jours, les annonces sur l'efficacité de projets de vaccin se sont enchaînées, montrant que la vaccination est désormais à portée de main, mais aussi que les enjeux financiers de cette course planétaire sont énormes.

Pfizer/BioNTech a dégainé la première le 9 novembre (efficacité annoncée à 90%). Deux jours plus tard, les Russes de l'institut Gamaleïa ont renchéri de 2% (92%).

Le 16 novembre, c'est la société Moderna qui a assuré que l'efficacité de son vaccin était de 94,5%. Deux jours plus tard, Pfizer/BioNTech revient en annonçant que les résultats complets de son essai clinique étaient encore meilleurs que les intermédiaires, avec une efficacité de 95%.

Des questions encore ouvertes

Pour autant, des détails manquent puisque ces annonces ont été faites par communiqué de presse, sans qu'il y ait encore de publication dans une revue scientifique. Même si ces annonces successives poussent à l'optimisme et boostent les Bourses mondiales, des questions restent en suspens.

D'abord, on ne sait pas si ces vaccins empêchent carrément l'infection par le coronavirus, et donc sa transmission, ou s'ils réduisent seulement la sévérité de la maladie.

Et surtout, on ne sait pas pendant combien de temps ils protègent, car on n'a pas le recul suffisant pour le dire: l'efficacité a été calculée seulement une semaine après l'injection du vaccin Pfizer/BioNTech, et deux semaines pour Moderna.

Et maintenant que la perspective de la vaccination s'approche, le Directeur général de l'OMS a nuancé l'affirmation martelée ces derniers mois selon laquelle le vaccin sera la seule manière de mettre fin à la pandémie: "Un vaccin va compléter les autres outils que nous avons, pas les remplacer".

>> Voir les questions qui restent encore ouvertes:

 

Suite à l'annonce du vaccin expérimental anti-covid-19 de l'entreprise Pfizer beaucoup de questions restent ouvertes [RTS]
Suite à l'annonce du vaccin expérimental anti-covid-19 de l'entreprise Pfizer beaucoup de questions restent ouvertes / 19h30 / 2 min. / le 10 novembre 2020

Vente d'actions

Des patrons de labo s'enrichissent

Pfizer, Moderna, Novavax: les patrons de plusieurs laboratoires américains développant des vaccins contre le Covid-19 avec de l'argent public ont récemment empoché des millions de dollars grâce à la vente d'actions, suscitant des interrogations sur la convenance de telles transactions en temps de crise sanitaire.

Le jour même où le géant pharmaceutique Pfizer a annoncé que son vaccin était efficace à 90%, son directeur général Albert Bourla a vendu pour 5,6 millions de dollars de titres.

Rien d'illégal a priori: cette opération était prévue, d'après Pfizer, selon des règles permettant aux dirigeants d'entreprises de procéder à l'achat ou à la vente de titres en fonction de critères prédéterminés, à une date ou à un prix précis, pour éviter justement tout soupçon de délit d'initié.

En utilisant ces mêmes règles, plusieurs responsables de Moderna ont vendu pour plus d'une centaine de millions de dollars d'actions ces derniers mois. Le titre est passé de 19 dollars en début d'année à plus de 90 dollars actuellement.

Le patron de Novavax a pour sa part vendu 4,2 millions de dollars d'actions le 18 août, un peu plus d'un mois après l'annonce d'un financement public de 1,6 milliard de dollars.

145 millions encaissés en 3 mois

L'organisation de défense des contribuables Accountable US a calculé qu'entre le début de l'opération américaine de coordination du développement des vaccins, le 15 mai, et le 31 août, les dirigeants de cinq compagnies pharmaceutiques avaient encaissé plus de 145 millions de dollars en vendant leurs actions.

Il est tout à fait normal, voire même souhaitable, d'inciter les dirigeants à développer au plus vite un vaccin sûr et efficace, souligne Daniel Taylor, professeur qui étudie de près les laboratoires depuis le début de la pandémie.

"Mais quand ils vendent leurs actions, ils doivent s'assurer qu'ils jouent selon les mêmes règles que les autres investisseurs, en ne profitant pas d'informations qu'ils sont seuls à avoir". Par ailleurs, ajoute-t-il, "je ne pense pas que ces entreprises ont intégré le risque pour leur réputation" en validant la vente d'actions au moment où le monde est encore étouffé par le Covid-19.

>> Voir l'épisode de Géopolitis fin septembre consacré à la course aux vaccins:

Geopolitis [RTS]
Vaccin, la loi du plus fort / Géopolitis / 26 min. / le 20 septembre 2020

Vaccins réservés par la Suisse

Stratégie de la diversification

La Confédération suisse compte sur plusieurs fabricants pour obtenir un vaccin. Berne a signé un contrat avec Moderna (4,5 millions de doses) et Astrazeneca (5,3 millions de doses). La Confédération est également en négociation pour des réservations avec l'américain Pfizer. Le contrat final serait à bout touchant, selon le ministre de la santé Alain Berset.

Swissmedic, l'agence suisse des médicaments, débute l'examen du vaccin Moderna, qui a déposé une demande d'autorisation. L'agence avait déjà reçu en octobre les premières demandes pour examiner les vaccins d'AstraZeneca, puis de Pfizer.

L'OFSP prévoit de pouvoir effectuer les premières vaccinations en Suisse au cours du premier semestre 2021.

>> Voir les défis logistiques pour vacciner à grande échelle:

Vacciner à grande échelle, c'est aussi un défi logistique sans précédent [RTS]
Vacciner à grande échelle, c'est aussi un défi logistique sans précédent / 19h30 / 2 min. / le 17 novembre 2020

Le vaccin Moderna produit en Valais

En août, la Confédération avait signé un contrat avec Moderna portant sur l'achat de 4,5 millions de doses. Lonza, un fournisseur pharmaceutique basé en Valais, est impliqué dans la fabrication de ce vaccin, et devrait produire le principe actif dès son lancement. Une ligne de production est en cours d'installation à Viège (VS), où la production pourrait déjà commencer cette année.

>> Ecouter le sujet sur le rôle de Lonza dans la fabrication du vaccin Moderna:

Le site de Lonza à Viège, en mai 2016. [OLIVIER MAIRE - KEYSTONE]OLIVIER MAIRE - KEYSTONE
Lonza n'a pas droit à l'erreur dans la production du vaccin de Moderna / La Matinale / 1 min. / le 17 novembre 2020

Initiative COVAX

La Confédération participe aussi à l’initiative internationale COVAX, un programme mondial d’achat de vaccins pour environ 20% de la population. Dans l’idéal, cela représenterait jusqu’à 3,2 millions de doses supplémentaires.

>> Ecouter le débat de Forum sur la stratégie de vaccination en Suisse:

Le grand débat – Vaccination contre le Covid : quelle stratégie ? [RTS]RTS
Le grand débat – Vaccination contre le Covid : quelle stratégie ? / Forum / 18 min. / le 18 novembre 2020

Budget de 400 millions

Mi-novembre, le Conseil fédéral a annoncé consacrer 100 millions de francs de plus à l'achat de vaccins. Le crédit sera ainsi porté à 400 millions de francs. Le montant provient de crédits Covid-19 déjà approuvés et inscrits au budget de l’armée. Neuf millions ont aussi déjà été prévus pour le matériel nécessaire à la vaccination, seringues et autres. A cela s'ajouteront les coûts de la vaccination elle-même.

>> Voir le sujet sur le budget alloué à l'achat de vaccins:

La Confédération va débourser 400 millions de francs au total pour le futur vaccin anti-Covid [RTS]
La Confédération va débourser 400 millions de francs au total pour le futur vaccin anti-Covid / 19h30 / 1 min. / le 11 novembre 2020

Défiance vis-à-vis des vaccins

Suisses et Suissesses méfiantes

Même si les recherches sur les vaccins venaient à aboutir, il resterait une ultime question, de taille: les gens accepteront-ils de se faire vacciner, dans un contexte de défiance grandissante?

Selon une étude parue mi-octobre dans la revue britannique Royal Society Open Science, une part non négligeable de la population de certains pays croit à des théories complotistes sur le Covid-19, qui augmentent la méfiance envers la vaccination.

>> Lire aussi: "Hold-up", docu-menteur au service de thèses complotistes sur le Covid

Selon une enquête menée dans 15 pays, publiée par le Forum économique mondial, la proportion de personnes prêtes à se faire vacciner a diminué en octobre (73%) par rapport à août (77%). En comparaison internationale, la Suisse se situe dans les derniers rangs.

>> Lire aussi: Les Suisses ont peu confiance dans les vaccins, selon une étude mondiale

Selon un sondage suisse publié par Tamedia début octobre, un peu plus de la moitié de la population se ferait vacciner volontairement contre le Covid-19.

>> Lire aussi: Un peu plus de la moitié des Suisses se feraient vacciner, selon un sondage

Un accès équitable

Les pays riches s'accaparent les doses

Garantir une distribution équitable est l'un des défis que pose une vaccination de la population mondiale si un vaccin venait à être homologué. Plusieurs ONG craignent que les pays pauvres soient oubliés.

Selon un rapport publié par l'ONG Oxfam, un groupe de pays riches représentant 13% de la population mondiale, dont fait partie la Suisse, a préacheté la moitié des futures doses de vaccins contre le Covid-19.

>> Lire aussi: Les pays riches ont réservé la moitié des futures doses de vaccins

Initiative Covax

Anticipant la demande démesurée de tout vaccin approuvé, l'OMS a créé l'initiative Covax pour assurer une distribution équitable. Covax réunit des gouvernements, des scientifiques, la société civile et le secteur privé.

Certains pays qui ont précommandé, comme le Japon et la Grande-Bretagne, font partie de Covax, et il est donc probable qu'au moins certaines doses atteindront des pays moins développés grâce à leurs accords d'achat. À l'inverse, les États-Unis, qui ont 600 millions de doses en commande, n'en sont pas membres.

L'avantage d'un partage équitable

Outre l'éthique, les données épidémiologiques soulignent la nécessité d'une distribution équitable. Des chercheurs de l'université Northeastern (États-Unis) ont modélisé deux scénarios; le premier si 50 pays riches monopolisaient les deux premiers milliards de doses; le second, si le vaccin est distribué en fonction de la population d'un pays plutôt que de sa capacité à le payer.

Dans la première hypothèse, les décès du Covid-19 seraient réduits d'un tiers (33%) dans le monde. Avec un partage équitable, la baisse atteint 61%.

>> Ecouter les propos de Médecins Sans Frontières sur le manque de transparence:

Médecin sans frontières [msf.org]msf.org
Médecins Sans Frontières dénonce un manque de transparence dans la commercialisation des vaccins / Forum / 6 min. / le 11 novembre 2020

Obstacles logistiques

Le coût est un premier obstacle. Le prix du candidat vaccin de Pfizer/BioNTech se monte par exemple à 40 francs la dose, sachant qu'il en faut deux par personne.

Mais même si le financement pour les pays pauvres se concrétisait, se posera la question de la logistique.

Basé sur la nouvelle technologie de l'ARN messager, le vaccin de Pfizer/BioNTech doit être stocké à -70°C, alors que la plupart des congélateurs des hôpitaux du monde sont à -20°C.

Le stockage et l'administration du vaccin anti-Covid-19 dans le sud du globe exigeraient ainsi des investissements et une formation importants.

>> Ecouter l'inquiétude de l'Inde sur le stockage réfrigéré des vaccins:

Des doses de vaccin contre la grippe. [Luis Tejido - Keystone/EPA]Luis Tejido - Keystone/EPA
L'Inde inquiète face au stockage réfrigéré des vaccins contre le Covid / Le 12h30 / 2 min. / le 18 novembre 2020