Modifié

"Guerre déclenchée" entre Maroc et Front Polisario au Sahara occidental

Un Sahraoui brandit le drapeau du Polisario, mouvement indépendantiste soutenu par l'Algérie, au-devant de soldats marocains qui garde un poste-frontière dans le Sahara occidental. [Stringer/AFP]
Opération de l'armée marocaine au Sahara occidental pour débloquer un point de passage / Le Journal horaire / 20 sec. / le 13 novembre 2020
Le Front Polisario, qui revendique l'indépendance du Sahara occidental, a accusé vendredi le Maroc d'avoir brisé le cessez-le-feu conclu en 1991 et d'avoir "engagé une bataille et déclenché une guerre".

Les autorités marocaines avaient annoncé dans la matinée une intervention pour rétablir la liberté de circulation sur le principal axe routier menant vers la Mauritanie, bloqué depuis le 21 octobre dernier par des partisans du Front Polisario.

Le point de passage frontalier de Guerguerat, à l'extrémité sud-ouest de l'ancienne colonie espagnole, contrôle l'accès vers la Mauritanie et, au-delà, l'Afrique de l'Ouest.

Contre une résolution de l'ONU

Des partisans du Front Polisario, le mouvement qui se bat pour l'indépendance du Sahara occidental depuis près d'un demi-siècle, ont bloqué tout passage pour protester contre la formulation d'une résolution des Nations unies jugée trop favorable au Maroc. Le Polisario avait prévenu qu'il riposterait si des éléments militaires, sécuritaires ou civils marocains pénétraient dans le secteur de Guerguerat

Dans un communiqué publié vendredi, l'armée marocaine indique avoir formé un cordon de sécurité autour du secteur et ajoute qu'elle va rétablir la circulation à Guerguerat. Les soldats marocains, ajoute-t-elle, n'utiliseront leurs armes qu'en cas de légitime défense.

Le ministère marocain des Affaires étrangères relève de son côté que le gouvernement n'a d'autre choix que d'assumer ses responsabilités et rétablir la libre circulation des personnes et des biens.

"La guerre a commencé"

Les forces du Front Polisario, mouvement indépendantiste soutenu par l'Algérie, entendent répliquer à l'armée marocaine, a affirmé vendredi à l'AFP le chef de la diplomatie sahraouie.

"C'est une agression. Les troupes sahraouies se retrouvent en situation de légitime défense et répliquent aux troupes marocaines", a déclaré Mohamed Salem Ould Salek, interrogé au téléphone depuis Alger. "La guerre a commencé. Le Maroc a liquidé le cessez-le feu" signé en 1991, a-t-il ajouté (lire encadré).

agences/kkub

Publié Modifié

Zone de tensions

La région de Guerguerat a déjà été au centre de vives tensions entre le Polisario et le Maroc, notamment début 2017. Les indépendantistes sahraouis dénoncent l'existence de cette route que Rabat considère comme essentielle pour ses échanges avec l'Afrique subsaharienne.

Rabat, qui contrôle 80% de l'ancienne colonie, ses gisements de phosphate et ses eaux poissonneuses dans sa partie ouest, le long de l'océan atlantique, veut une "autonomie sous contrôle" du territoire, où de grands chantiers de développement marocains ont été lancé ces dernières années.

Un cessez-le-feu a été signé en septembre 1991 sous l'égide de l'ONU, après 16 ans de guerre. Les négociations menées par l'ONU et impliquant le Maroc, le Polisario, l'Algérie et la Mauritanie sont suspendues depuis plusieurs mois.

Le Polisario, qui a proclamé une République sahraouie (RASD) au début des années 1980, milite pour l'indépendance et réclame un référendum d'autodétermination.

Le point de passage de Guerguerat