Modifié

L'hypothèse d'un reconfinement prend corps en France - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Selon le président du Conseil scientifique français, Jean-François Delfraissy, l'idée d'un deuxième confinement prend corps face au rebond de l'épidémie. [ian langsdon - keystone]
Selon le président du Conseil scientifique français, Jean-François Delfraissy, l'idée d'un deuxième confinement prend corps face au rebond de l'épidémie. [ian langsdon - keystone]
La perspective d'un nouveau confinement prend corps en France face à une deuxième vague "brutale" du Covid-19 qui pourrait même être "plus forte que la première", s'alarme le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement.

La pandémie de Covid-19 a fait plus de 1'155'301 morts dans le monde depuis décembre dernier, selon le dernier bilan de l'afp publié ce lundi à la mi-journée. Plus de 43'080'500 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués jusqu'ici, dont au moins 29'194'100 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

En chiffres absolus, les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé au monde avec 225'239 décès pour 8'636'995 cas recensés, suivis du Brésil (157'134 morts et 5'394'128 cas), de l'Inde (119'014 morts et 7'909'959 cas), du Mexique (88'924 morts et 891'160 cas) et du Royaume-Uni (44'896 morts et 873'800 cas).

>> La carte des nouvelles contaminations sur 14 jours en Europe:

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de l'épidémie):

FRANCE - L'hypothèse d'un reconfinement prend corps

La France a enregistré 26'771 nouveaux cas de contamination au coronavirus, soit deux fois plus que lundi dernier, et 257 nouveaux décès dus au Covid-19 au cours des dernières 24 heures, montrent les données fournies lundi par les autorités sanitaires. Le bilan de l'épidémie s'établit désormais à 35'018 morts pour 1'165'278 cas confirmés.

Le président du Conseil scientifique français, Jean-François Delfraissy est, de son côté, encore plus alarmiste. Il estime en effet que le nombre de nouveaux cas s'élèverait plutôt à 100'000 chaque jour. "Entre les cas diagnostiqués, les cas qui ne se font pas diagnostiquer et les formes asymptomatiques, on est probablement autour de 100'000 cas quotidiens," a-t-il dit.

Selon lui, la perspective d'un nouveau confinement commence donc à prendre corps face à cette deuxième vague "brutale" qui pourrait même être "plus forte que la première". Il voit "deux hypothèses" pour tenter de la juguler.

La première est "d'aller vers un couvre-feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le week-end". Si cela ne suffit pas, un confinement pourrait ensuite être envisagé. La deuxième hypothèse est "d'aller directement vers un confinement, moins dur que celui du mois de mars", qui "permettrait probablement de conserver une activité scolaire et un certain nombre d'activités économiques", avec un recours accru au télétravail.

Le nombre de malades en réanimation continue de progresser fortement en France, dépassant les 2500, des chiffres qui n'avaient plus été atteints depuis mai. Le nombre de décès attribuables à la maladie s'est élevé à 116 pour la journée de dimanche, portant le bilan total depuis le début de l'épidémie à 34'761 morts.

Emmanuel Macron réunira deux conseils restreints de défense et de sécurité nationale "COVID-19", mardi et mercredi, pour faire le point sur l'épidémie liée au nouveau coronavirus, a annoncé lundi l'Elysée.

BELGIQUE - Possible pénurie de lits d'hôpitaux d'ici 15 jours

La Belgique pourrait se retrouver à court de lits dans les unités de soins intensifs d'ici deux semaines si le nombre de personnes admises dans les hôpitaux continue d'augmenter au rythme actuel, ont déclaré les autorités sanitaires.

Le pays, qui compte 11 millions d'habitants et présente le deuxième taux d'infection le plus élevé d'Europe après la République tchèque, voit le nombre de nouveaux cas doubler tous les treize jours. Il a enregistré le 20 octobre un pic de plus de 18'000 infections, soit un bilan dix fois plus lourd que celui de la première vague épidémique au printemps.

Le nombre de patients admis dans les unités de soins intensifs (USI) double tous les huit jours et a atteint 757 personnes dimanche alors que 4827 personnes ont été admises le même jour dans les hôpitaux belges.

La région de Bruxelles a ordonné samedi la fermeture de toutes les installations sportives et culturelles et a annoncé un couvre-feu à partir de ce lundi.

L'UE réduit les réunions physiques

En raison de l'augmentation des contaminations à Bruxelles, l'Union européenne a par ailleurs décidé de réduire les réunions physiques de responsables et d'experts, au profit de visioconférences, elles-mêmes limitées aux sujets les plus importants, a annoncé un porte-parole de la présidence allemande.

Il a cependant estimé que les négociations en cours entre le Parlement européen et les Etats sur le plan de relance de 750 milliards d'euros adossé au budget européen de plus de 1000 milliards se poursuivraient en présentiel, jugeant "impossible" d'aboutir à un compromis par des pourparlers à distance.

ALLEMAGNE - Un durcissement des mesures envisagé

Angela Merkel et les dirigeants des 16 Länder d'Allemagne pourraient décider mercredi d'imposer de nouvelles restrictions à la population pour tenter d'enrayer l'épidémie due au nouveau coronavirus, a déclaré lundi le porte-parole de la chancelière.

D'après le journal Bild, Angela Merkel va proposer un "confinement léger" consistant essentiellement à fermer les bars et les restaurants et à interdire les événements avec du public. La chancelière proposera de maintenir les commerces ouverts, mais avec des restrictions supplémentaires, de même que les écoles sauf dans les zones les plus touchées, selon Bild.

Report du congrès de la CDU

Au vu de la reprise de l'épidémie en Allemagne, le comité exécutif de l'Union chrétienne démocrate (CDU) d'Angela Merkel a décidé de reporter le congrès du parti allemand prévu le 4 décembre pour élire son nouveau dirigeant. Si la situation sanitaire le permet à ce moment-là, il pourrait avoir lieu le 16 janvier prochain. Dans le cas contraire, la CDU pourrait envisager d'organiser un congrès virtuel et d'autoriser les participants à voter par courrier.

Le nombre de cas confirmés a grimpé à 437'866, soit 8685 cas de plus que la veille, selon les données publiées lundi par l'Institut Robert Koch pour les maladies infectieuses. Vingt-quatre décès supplémentaires ont été signalés, ce qui porte le total à 10'056 morts depuis le début de l'épidémie dans le pays.

Marché de Noël de Nuremberg annulé

Les annulations de marchés de Noël européens connus mondialement s'enchaînent. Après celui de Strasbourg en France, c'est celui de Nuremberg en Allemagne, attirant chaque année quelque deux millions de visiteurs, qui a annoncé qu'il n'aura pas lieu cette année.

30'000 emplois menacés chez Lufthansa

Jusqu'à 30'000 emplois, sur 130'000 au total, sont menacés au sein du premier groupe aérien européen Lufthansa, en raison de la chute du trafic aérien causée par la pandémie de Covid-19, a prévenu sa direction.

"Après un été qui nous a donné de l'espoir, nous ressentons désormais sur notre activité des effets équivalents à celui d'un confinement", ajoute Carsten Spohr dans sa lettre. "L'hiver 2020/2021 va être un immense défi", a ajouté le patron du groupe, qui chapeaute également les compagnies Austrian Airlines, Swiss et Brussels Airlines.

ESPAGNE - Etat d'urgence sanitaire et couvre-feu

L'Espagne a enregistré 52'188 nouvelles contaminations au coronavirus au cours du week-end, ce qui établit le bilan total à 1'098'320 cas confirmés depuis le début de l'épidémie dans le pays, selon les données fournies lundi par le ministère de la Santé.

Les autorités sanitaires espagnoles ont fait état également 279 décès supplémentaires provoqués par le Covid-19 depuis vendredi, portant le bilan total à 35031 morts.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé l'instauration d'un état d'urgence sanitaire jusqu'au début du mois de mai, qui s'accompagnera d'un couvre-feu dans tout le pays, à l'exception des îles Canaries, peu touchées par la pandémie.

"La situation que nous traversons est extrême", a déclaré Pedro Sanchez dans une allocution télévisée à l'issue d'un Conseil des ministres extraordinaire, alors que l'Espagne a franchi cette semaine le cap du million de cas de Covid-19 et est confrontée à une recrudescence en apparence incontrôlable de la pandémie.

Par ailleurs, le gouvernement régional de la Catalogne a fait savoir lundi qu'il réfléchissait à un éventuel confinement de la population à domicile pendant les week-ends, une mesure plus sévère que le couvre-feu en vigueur depuis dimanche dans le pays.

ITALIE - Renforcement des restrictions après un nombre record de cas

Comme dans plusieurs pays européens, la colère montait lundi en Italie en raison des nouvelles mesures introduites face à la progression de l'épidémie de Covid-19 pour "sauver Noël".

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a renforcé dimanche les restrictions contre le coronavirus, malgré l'opposition des gouverneurs de régions et des manifestations contre le couvre-feu. Des chiffres record de nouvelles contaminations ont été publiés.

Cinémas, théâtres, salles de gym et piscines vont devoir fermer à partir de lundi et jusqu'au 24 novembre selon ces nouvelles restrictions, ont annoncé les services du Premier ministre. Les bars et les restaurants devront cesser de servir après 18h.

Les écoles et les maternelles resteront cependant ouvertes, alors que 75% des classes dans les lycées et les universités se tiendront en ligne. La population a été appelée à éviter le plus possible les transports en commun et les déplacements hors des communautés.

Quelque 20'000 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en 24 heures en Italie, selon le comptage annoncé par les autorités samedi, un record national. Au total, plus de 500'000 cas d'infection et 37'000 décès ont été recensés dans le premier pays européen à avoir été durement frappé par la pandémie.

Les nouvelles mesures ont été annoncées quelques heures après une manifestation de dizaines de partisans de l'extrême droite protestant contre le couvre-feu. Ils ont affronté les forces de l'ordre anti-émeute dans la nuit de samedi à dimanche dans le centre de Rome. Quelque 200 militants masqués appartenant au groupe néo-fasciste Forza Nuova ont lancé des projectiles vers la police et incendié des poubelles.

>> Les explications du correspondant de RTSinfo Eric Joszef dans Forum:

Un soignant en combinaison de protection effectue un test de dépistage à Rome en Italie. [Giuseppe Lami - EPA]Giuseppe Lami - EPA
L'Italie et l'Espagne renforcent leurs restrictions face au coronavirus / Forum / 2 min. / le 25 octobre 2020

>> Lire aussi: Heurts à Naples entre la police et des jeunes opposés au couvre-feu

ROYAUME-UNI - Colère et confusion au Pays de Galles reconfiné

Au Pays de Galles, il n'est plus possible d'acheter des livres ou des vêtements pour bébés, même dans les magasins ouverts. Confinés depuis vendredi et limités aux achats de produits "essentiels", plus de 65'000 Gallois ont exprimé leur désaccord face à ces règles jugées disproportionnées en signant une pétition exigeant leur abandon.

Depuis vendredi soir et jusqu'au 9 novembre, les plus de trois millions d'habitants du Pays de Galles doivent doivent "rester à la maison" et se soumettre aux nouvelles règles édictées par leurs autorités pour freiner la progression de l'épidémie. Cette province est devenue la première au Royaume-Uni à se résoudre de nouveau à un confinement.

Les étudiants de Liverpool, première ville de Grande-Bretagne à avoir été placée en zone à haut risque à cause de la reprise de la pandémie, sont particulièrement touchés par les mesures drastiques des autorités. Tous les cours en présentiel ont été supprimés et les interactions sociales réduites à néant. Une situation qui provoque colère et frustrations.

"C'est triste. On aimerait sortir. On nous culpabilise beaucoup pour la progression du virus mais je ne pense pas que ça soit notre faute", déplore une étudiante, dans le 12h30.

>>Ecouter le reportage complet à Liverpool, dans le 12h30:

Un auditoire universitaire vide en raison de la pandémie de Covid-19. [Sebastian Gollnow - Keystone]Sebastian Gollnow - Keystone
Colère et frustration des étudiants à Liverpool, qui voient tous leurs cours en présentiel supprimés / Le 12h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

Le Royaume-Uni a signalé lundi 20'890 nouveaux cas de contamination au coronavirus, contre 19'790 infections recensées la veille, d'après les données fournies par le gouvernement britannique.

Le nombre de décès supplémentaires liés à l'épidémie, sur la base des cas confirmés de contamination, s'élève à 102, contre 151 dimanche.

REPUBLIQUE TCHEQUE - Couvre-feu adopté dès mercredi

Un couvre-feu va être imposé en République tchèque pour tenter d'enrayer la progression de la pandémie de coronavirus, a annoncé lundi le gouvernement. Les restrictions mises en place n'ont pas eu l'effet escompté.

"Nous n'assistons pas à la baisse que nous espérions ces derniers jours", a déclaré le ministre de la Santé Roman Prymula à la presse, ajoutant que les récentes restrictions avaient eu "un effet négligeable". Les autorités vont imposer à partir de mercredi un couvre-feu de 21h00 à 04h59, jusqu'au 3 novembre afin de restreindre la mobilité de la population.

Il restera possible de se rendre à son travail et de promener son chien. Les magasins devront fermer à 20h00 et tout le dimanche. Il a également appelé les entreprises passer en télétravail autant que possible.

NORVEGE - Le porte du masque étendu

Si la Norvège reste relativement épargnée par la pandémie à l'échelle européenne, la municipalité d'Oslo, en proie à un rebond des cas de coronavirus, a présenté lundi de nouvelles restrictions, en étendant notamment le port obligatoire du masque à tous les lieux publics fermés où la distanciation physique n'est pas possible.

La capitale norvégienne recommande aussi de ne pas avoir de contacts sociaux avec plus de dix personnes par semaine -hors du foyer, des écoles et des crèches- et interdit les rassemblements publics de plus de 20 personnes en espace fermé contre un plafond actuel de 50 personnes.

ETATS-UNIS - Trump et Biden s'opposent encore sur le coronavirus

La journée de dimanche a été marquée par une nouvelle passe d'armes entre Donald Trump et Joe Biden sur la crise sanitaire, le président républicain annonçant une victoire prochaine sur le coronavirus et son rival démocrate lui reprochant d'avoir abandonné face à la pandémie.

Alors que le vice-président, Mike Pence, a maintenu ses déplacements de campagne malgré des tests positifs au coronavirus de son chef de cabinet et de plusieurs autres membres de son équipe rapprochée, Donald Trump, lui, tenait meeting sur un aéroport de New Hampshire, s'adressant à des partisans qui étaient nombreux à ne pas porter de masque et à ne pas respecter les mesures de distanciation physique.

De son côté, l'équipe de campagne de Joe Biden n'a pas tardé à réagir aux propos du secrétaire général de la Maison Blanche, Mark Meadows, qui a déclaré ""Nous n'allons pas contrôler la pandémie", "Nous allons contrôler le fait d'avoir des vaccins, des traitements et d'autres choses qui vont l'atténuer".

Les Etats-Unis continuent de battre des records de nouvelles contaminations, avec 84'000 cas vendredi et 79'900 samedi.

L'épidémie, qui a tué environ 225'000 personnes aux Etats-Unis et mis des millions de personnes au chômage, domine toujours la campagne pour l'élection présidentielle du 3 novembre.

AUSTRALIE - Aucun nouveau cas dans l'Etat de Victoria

Aucun nouveau cas de coronavirus n'a été enregistré ces 24 dernières heures dans l'Etat de Victoria, dont Melbourne est la capitale, ont annoncé les autorités sanitaires australiennes. Le confinement va donc pouvoir être levé à Melbourne, trois mois après y avoir été imposé pour endiguer la deuxième vague épidémique.

L'obligation de rester à son domicile sera donc levée dans la nuit de mardi à mercredi, et les restaurants, salons de beauté et commerces pourront de nouveau accueillir des clients. Certaines restrictions avaient déjà été levées la semaine dernière, les habitants étant autorisés à jouer au golf ou à aller chez le coiffeur.

Alors que le pays avait été relativement efficace pour contenir la première vague, Melbourne a connu cet été une flambée de cas, en raison de négligences dans les hôtels où les personnes revenant de l'étranger effectuaient leur quarantaine.

Les cinq millions d'habitants de Melbourne ont été soumis cet été à des restrictions drastiques, notamment un couvre-feu nocturne qui a été levé fin septembre au bout de près de deux mois.

L'Australie, qui compte 25 millions d'habitants, totalise environ 27'500 cas depuis le début de la pandémie, et 905 décès dus au Covid-19.

RUSSIE - Nouveau record de contaminations

La Russie a fait état lundi de 17'347 nouveaux cas de contamination en 24 heures, un chiffre record pour un bilan journalier, portant le total à 1'531'224 infections depuis le début de l'épidémie.

Les autorités ont également recensé 219 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan officiel de l'épidémie à 26'269 morts.

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié

Appel à la solidarité de l'OMS

Dans un discours vidéo à l'ouverture d'un Sommet mondial de la santé de trois jours à Berlin, le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé dimanche à la solidarité mondiale dans la distribution de tout futur vaccin contre le coronavirus, sur fond d'explosion du nombre des cas à travers la planète.

Il a déclaré que le seul moyen de surmonter la pandémie était de le faire ensemble et de s'assurer que les pays plus pauvres aient un accès équitable à un vaccin.

Résultats réjouissants des essais cliniques du vaccin d'AstraZeneca

Des résultats préliminaires des essais cliniques du vaccin développé par l'Université d'Oxford en partenariat avec le groupe britannique AstraZeneca contre le nouveau coronavirus montrent qu'il produit une réponse immunitaire forte chez les personnes âgées, les plus à risque de développer des formes graves du COVID-19, rapporte lundi le Financial Times citant deux personnes au courant de la découverte.