Modifié

Au moins treize morts dans des bombardements entre Azéris et Arméniens

Arménie et Azerbaïdjan se répondent à coup de bombardements [Lokman Akkaya - AFP]
Arménie et Azerbaïdjan se répondent à coup de bombardements / Le Journal horaire / 32 sec. / le 17 octobre 2020
Quelques heures après des bombardements dans le Haut-Karabakh, un missile a touché samedi une zone résidentielle dans la deuxième ville d'Azerbaïdjan, Gandja, où un bilan officiel fait état de 13 morts. Le président azéri entend venger les morts sur le champ de bataille.

La frappe a été suivie par une deuxième dans une autre partie de la ville de Gandja, ainsi que par un tir sur la ville stratégique voisine de Mingecevir.

Pour sa part, la capitale du Haut-Karabakh, Stepanakert, a été bombardée de nombreuses fois depuis la reprise des hostilités entre forces séparatistes soutenues par Erevan et soldats azerbaïdjanais, le 27 septembre. Les bombardements l'ont quasiment vidée de ses habitants. Aucun bilan officiel n'était disponible.

A Gandja, des journalistes de l'AFP ont vu des maisons détruites par le missile qui a frappé vers 03h00 locales (23h00 vendredi en Suisse). Des habitants en larmes fuyaient les lieux, certains en pyjamas et pantoufles. Selon un premier bilan officiel, douze personnes sont mortes.

Des dizaines de secouristes cherchaient dans la nuit des survivants, les mains nues, dans les décombres. Après quelques heures de recherches, une équipe a déposé dans une ambulance des housses mortuaires noires.

Plus de 20 maisons détruites

Selon des résidents, plus de 20 personnes habitaient la zone atteinte. Un habitant a dit avoir vu un enfant, deux femmes et quatre hommes retirés des décombres.

Hikmat Hajiyev, un conseiller du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, a dit dans un tweet que "selon les premières informations, plus de 20 maisons ont été détruites".

"Vengeance sur le champ de bataille"

Le président azerbaïdjanais a juré samedi de "venger" les 13 civils tués dans le bombardement nocturne de la deuxième ville du pays, Gandja, une frappe dont il accuse l'Arménie, soutien des séparatistes du Haut-Karabakh.

"La direction fasciste de l'Arménie a tiré sur nos zones peuplées (...) ce crime lâche ne brisera pas la volonté de notre peuple. Nous allons y répondre sur le champ de bataille, nous allons nous venger sur le champ de bataille", a proclamé Ilham Aliev, jurant une fois encore de "chasser comme des chiens" son ennemi séparatiste arménien.

ats/jfe

Publié Modifié