Modifié

Les réunions privées à l'intérieur interdites à Londres ‒ Le point sur la pandémie de Covid-19 dans le monde

Les réunions privées sont sur le point d'être interdites à Londres. [Jean-Christophe Bott - KEYSTONE]
Les réunions privées sont sur le point d'être interdites à Londres. [Jean-Christophe Bott - KEYSTONE]
Le gouvernement britannique a relevé le niveau d'alerte pour Londres et plusieurs autres zones d'Angleterre, interdisant à quelque 11 millions d'habitants supplémentaires de rencontrer amis et famille à l'intérieur dès samedi.

La pandémie a fait 1'093'624 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP jeudi. Quelque 38,57 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 26,6 millions ont été guéris.

En chiffres absolus, ce sont les Etats-Unis qui comptent le plus de morts (216'904), devant le Brésil (151'747), l'Inde (111'266), le Mexique (84'898) et le Royaume-Uni (43'155).

>> La carte des nouvelles contaminations sur 14 jours en Europe:

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de l'épidémie):

ROYAUME-UNI ‒ Réunions privées interdites à Londres

"Ne nous faisons pas d'illusions sur le danger posé par ce virus. Le coronavirus est mortel et il se propage maintenant de manière exponentielle au Royaume-Uni", a déclaré le ministre de la Santé Matt Hancock jeudi à la Chambre des Communes, chambre basse du Parlement.

"Nous devons agir pour empêcher plus d'hospitalisations, plus de décès et plus de dommages économiques", a-t-il plaidé en annonçant que Londres et sept autres régions grimpaient d'un cran au niveau "élevé", qui implique de nouvelles restrictions.

Le coronavirus a fait plus de 43'000 morts au Royaume-Uni, largement plus que dans n'importe quel autre pays d'Europe, et contaminé au moins 654'000 personnes. Près de 20'000 nouveaux cas ont été enregistrés mercredi ainsi que 137 morts, les décès atteignant ces derniers jours leur plus haut niveau depuis juin.

Pour simplifier le patchwork des restrictions locales imposées ces dernières semaines face à la résurgence de l'épidémie, le gouvernement conservateur a instauré un système d'alerte à trois niveaux pour l'Angleterre, "moyen", "élevé" et "très élevé". Il rejette pour l'instant les appels à un confinement général de quelques semaines.

OMS ‒ Grande préoccupation pour l'Europe

L'évolution de la pandémie en Europe est "très préoccupante", sans être similaire à mars-avril, a averti la branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé.

Des niveaux de mortalité "quatre à cinq fois supérieurs à ceux d'avril" pourraient survenir "d'ici janvier", si des "stratégies prolongées d'assouplissement" des restrictions étaient menées, prévient l'OMS.

En Europe, "le nombre de cas par jour augmente, les admissions à l'hôpital aussi. Le Covid est désormais la cinquième cause de décès et la barre des mille décès par jour a été atteinte", a déclaré le directeur de la branche Europe de l'OMS, Hans Kluge.

"C'est loin d'être terminé", a affirmé de son côté Maria Van Kerkhove, responsable de la gestion de la pandémie à l'OMS: "Cela peut faire peur, mais je pense que les gens doivent être mentalement prêts et patients".

UNION EUROPÉENNE ‒ Session parlementaire annulée à Strasbourg

Ursula von der Leyen a quitté Bruxelles, pour se mettre en quarantaine, après un cas de Covid-19 dans son équipe, le 15 octobre 2020. [Yves Herman/Pool - Keystone/epa]Ursula von der Leyen a quitté Bruxelles, pour se mettre en quarantaine, après un cas de Covid-19 dans son équipe, le 15 octobre 2020. [Yves Herman/Pool - Keystone/epa]La prochaine session du Parlement européen, prévue du 19 au 22 octobre, ne se tiendra pas à Strasbourg en raison de la pandémie de coronavirus.

Elle sera organisée par visioconférence, a annoncé vendredi le président de l'institution, David Sassoli: "Les déplacements sont un danger", a-t-il estimé.

En raison de la pandémie de coronavirus, les eurodéputés n'ont plus mis les pieds dans l'hémicycle alsacien depuis sept mois et siègent depuis uniquement à Bruxelles.

Un porte-parole de la présidence du Parlement avait annoncé la semaine dernière que l'institution était prête à renouer avec les sessions à Strasbourg, estimant que la situation sanitaire s'améliorait suffisamment.

Ursula von der Leyen en quarantaine

Par ailleurs, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a quitté jeudi le sommet des dirigeants, qui venait juste de commencer à Bruxelles, pour se mettre en quarantaine, après un cas de Covid-19 dans son équipe.

"J'ai moi-même été testée négative. Cependant par mesure de précaution, je quitte immédiatement le Conseil européen pour me mettre en quarantaine", a-t-elle expliqué sur Twitter.

Le sommet continue, a-t-on indiqué de source proche du Conseil.

ESPAGNE ‒ Salamanque bouclée partiellement

Après Madrid et d'autres villes espagnoles, c'est au tour de Salamanque de faire l'objet d'un bouclage partiel à partir de vendredi soir, afin de freiner la progression de la pandémie de coronavirus, ont annoncé les autorités jeudi.

La ville de 144'000 habitants, célèbre pour son université du XIIIe siècle, rejoint ainsi le groupe des villes espagnoles en proie à des mesures de restriction de la mobilité, parmi lesquelles la capitale, Madrid.

La mesure interdit de sortir de la ville et d'y entrer, sauf pour des raisons précises telles qu'aller travailler ou se faire soigner. Les habitants sont donc libres de leurs mouvements à l'intérieur de la localité où les bars, restaurants et commerces voient leurs capacités d'accueil réduites.

Salamanque a dépassé le seuil fixé par le ministère de la Santé ‒ 500 cas pour 100'000 habitants sur les 14 derniers jours ‒ avec un taux de 504.

Un couple boit un verre en terrasse, la veille de la fermeture des bars et des restaurants pendant quinze jours. Barcelone, le 15 octobre 2020. [Quique Garcia - Keystone/epa]Un couple boit un verre en terrasse, la veille de la fermeture des bars et des restaurants pendant quinze jours. Barcelone, le 15 octobre 2020. [Quique Garcia - Keystone/epa]

Deux autres villes de la région de Castille-et-Leon sont touchées par ces mesures depuis la semaine dernière, Palencia et Leon.

Plusieurs régions espagnoles ont appliqué des mesures sanitaires pour faire face au virus, et parmi les plus drastiques d'entre elles: la fermeture des bars et restaurants en Catalogne (nord-est) pour au moins 15 jours à partir de jeudi soir.

L'Espagne, l'un des pays les plus touchés au monde par la pandémie, a enregistré plus de 900'000 cas et plus de 33'000 morts.

BELGIQUE ‒ Les universités réduisent leurs accès aux étudiants

Les grandes universités de Belgique vont réduire drastiquement l'accès des campus aux étudiants, catégorie de population particulièrement affectée par la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, a-t-on appris jeudi de source officielle.

Les recteurs des universités francophones se sont réunis pour évoquer un possible passage dès lundi prochain à un maximum de 20% d'étudiants admis sur les campus, une règle déjà largement appliquée côté néerlandophone.

Selon un porte-parole de la ministre francophone de l'Enseignement supérieur, le principe de ce plafond de 20% est acquis et il reste à préciser le calendrier. Plusieurs recteurs ont toutefois déjà opté pour une application dès le 19 octobre.

Code orange

Des sièges interdits dans un auditorium de l'Université libre de Bruxelles, le 14 octobre 2020. [Laurie Dieffembacq - AFP/Belga]Des sièges interdits dans un auditorium de l'Université libre de Bruxelles, le 14 octobre 2020. [Laurie Dieffembacq - AFP/Belga]A Louvain-la-Neuve, Liège, Namur ou encore à l'Université libre de Bruxelles (ULB), "il y a un signal clair des acteurs (de l'enseignement supérieur) de vouloir basculer en code orange", a dit le porte-parole, Olivier Schotte.

Le code "orange" qui implique de maintenir à distance 80% des étudiants, est le degré intermédiaire entre le jaune (20% à distance) et le rouge (aucune présence physique).

Il a été adopté dès la rentrée de la mi-septembre par les universités néerlandophones de Gand, Anvers et Hasselt, qui seront imitées lundi par celle de Louvain en Flandre, la réputée KU Leuven.

La Belgique, pays de 11,5 millions d'habitants, recensait jeudi 181'511 cas et 10'278 décès, ce qui en fait un des pays européens les plus endeuillés par la pandémie.

ALLEMAGNE ‒ Record et restrictions

L'Allemagne a comptabilisé 6638 cas de coronavirus en 24 heures, un record pour le pays depuis l'éclatement de la pandémie de Covid-19, selon des données officielles publiées jeudi.

Cette information est intervenue quelques heures seulement après l'annonce de nouvelles restrictions dans les 16 Etats régionaux.

Ainsi, le nombre de participants à des évènements privés sera par exemple limité dans les régions enregistrant plus de 35 nouvelles contaminations pour 100'000 habitants sur sept jours. Dans ces régions, le port du masque sera obligatoire partout où les gens sont proches les uns des autres pour un certain temps.

Les rassemblement seront limités à 25 personnes dans les établissements publics et 15 dans les salles privées.

>> Ecouter les explications de notre correspondante à Berlin dans La Matinale:

L'Allemagne a comptabilisé 6638 cas de coronavirus en 24 heures [Stefanie Loos - Keystone/AP]Stefanie Loos - Keystone/AP
Nombre de cas record et nouvelles restrictions en Allemagne / La Matinale / 1 min. / le 15 octobre 2020

FRANCE ‒ Vingt millions de téléspectateurs ont suivi les annonces

Plus de vingt millions de téléspectateurs ont suivi l'interview d'Emmanuel Macron sur TF1 et France 2, mercredi, durant laquelle le président a annoncé des couvre-feux en Ile-de-France et dans huit métropoles pour endiguer la pandémie de coronavirus.

Sur TF1, l'entretien a été regardé par 11,89 millions de téléspectateurs, soit 40,2% de part d'audience, tandis que 9,03 millions ont écouté les annonces du président sur France 2, soit 30,5% de part d'audience, selon des données de Médiamétrie jeudi.

>> Lire: Emmanuel Macron annonce un couvre-feu dans neuf métropoles françaises

ÉTATS-UNIS ‒ Des cas de Covid-19 dans l'entourage de Kamala Harris

La candidate démocrate à la vice-présidence des Etats-Unis, Kamala Harris, a suspendu ses déplacements "par excès de prudence" jusqu'à dimanche en raison de cas de coronavirus dans son entourage.

L'équipe de campagne démocrate a précisé que Joe Biden avait été testé négatif mercredi soir.

Barron Trump testé positif

Le fils de Donald et Melania Trump, 14 ans, a été testé positif au Covid-19, a annoncé mercredi la Première dame des Etats-Unis, précisant qu'il était depuis de nouveau négatif.

"Barron va bien", a simplement indiqué peu après Donald Trump, interrogé sur son dernier fils, au moment de son départ pour l'Iowa où il doit participer à son troisième meeting de campagne en trois jours, à vingt jours de l'élection.

CHINE ‒ Dix millions de tests en quatre jours dans une ville

Près de dix millions de personnes ont déjà été testées en quatre jours à Qingdao (est), métropole chinoise qui organise un dépistage express après la découverte d'un mini-foyer de coronavirus, ont indiqué jeudi les autorités.

La campagne entamée dimanche, que les autorités espèrent réaliser en cinq jours, a permis jusqu'à présent le prélèvement de 9,9 millions d'échantillons, a déclaré la vice-maire de la ville.

Elle a assuré qu'aucun cas positif supplémentaire n'avait été décelé parmi les 7,6 millions de résultats déjà obtenus. Le bilan de ce foyer d'infection est pour l'instant de treize malades du Covid-19.

RUSSIE ‒ Nombre record de décès en 24 heures

La Russie a fait état jeudi de 286 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures, un chiffre record qui porte le bilan des morts à 23'491. La cellule chargée du suivi de l'épidémie a par ailleurs signalé 13'754 nouvelles contaminations, contre 14'231 recensées la veille.

Avec un total de 1'354'163 cas depuis l'apparition du virus sur le territoire, la Russie est le quatrième pays le plus touché par l'épidémie en termes d'infections, derrière les Etats-Unis, l'Inde et le Brésil.

UNESCO ‒ Onze millions de filles ne retournerons peut-être pas à l'école

Onze millions de filles dans le monde risquent de ne pas retourner à l'école après la levée des restrictions liées au Covid-19, a mis en garde jeudi la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, en déplacement en République démocratique du Congo.

"Nous avons lancé une campagne de communication sur la nécessité du retour des filles à l'école", a-t-elle déclaré lors d'une visite dans un lycée à Kinshasa, trois jours après la rentrée scolaire dans le pays.

L'éducation des filles dans le monde "reste malheureusement très inégalitaire", a regretté l'ancienne ministre française de la Culture, rappelant que leur éducation et leur accès à l'école est une priorité de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

jfe/jpr/sjaq avec agences

Publié Modifié