Modifié

Azerbaïdjan et Arménie s'accusent mutuellement de bombardements

Le cessez-le-feu en vigueur dans le Haut-Karabakh ne parvient pas à empêcher les violences [RTS]
Le cessez-le-feu en vigueur dans le Haut-Karabakh ne parvient pas à empêcher les violences / Forum (vidéo) / 2 min. / le 11 octobre 2020
Malgré la trêve humanitaire censée être en vigueur dans le conflit du Haut-Karabakh, la violence se poursuit. Dimanche, l'Azerbaïdjan affirme que des bombardements nocturnes ont fait sept morts à Gandja, tandis que l'Arménie l'accuse d'avoir frappé des zones peuplées de plusieurs villes.

"Nouvelle attaque de missiles par les forces arméniennes sur une zone résidentielle à Gandja, la deuxième ville d'Azerbaïdjan, sept morts et 33 blessés", a indiqué le ministre des Affaires étrangères sur son compte Twitter, publiant les photos de destructions.

Le ministère de la Défense de la région séparatiste du Haut-Karabakh a ensuite démenti avoir bombardé Gandja. "C'est un mensonge absolu", a-t-il dit, assurant "respecter l'accord de cessez-le-feu humanitaire" et accusant la partie azerbaïdjanaise d'avoir frappé "Stepanakert, Hadrut, Martouni et d'autres zones peuplées".

Une situation "plus calme"

La capitale de la région du Haut-Karabakh, Stepanakert, a été la cible de frappes pendant la nuit de samedi à dimanche, selon des journalistes sur place qui ont décompté trois à quatre vagues de bombardements, suivies d'une dizaine d'explosions.

Une trêve humanitaire devant permettre l'échange de corps de soldats et de prisonniers est entrée en vigueur à midi (10h00 en Suisse) samedi, mais les deux camps s'accusent de ne pas s'y tenir.

>> Lire: La "capitale" du Haut-Karabakh bombardée malgré le cessez-le-feu

Le dirigeant arménien du territoire séparatiste du Haut-Karabakh a toutefois estimé dimanche que la situation était "plus calme". "Hier nous l'avons tous constaté, il n'y avait pas de cessez-le-feu. Il semble que depuis ce matin, c'est plus calme, mais cela peut changer très vite", a déclaré Araïk Haroutiounian, le président séparatiste, lors d'une conférence de presse, faisant état néanmoins de "quelques échanges de tirs et de mortiers".

ats/vkiss

Publié Modifié