Modifié

Pas plus d'une entrecôte toutes les deux semaines, réclame le WWF

De la viande rouge. [AP Photo/J. Scott Applewhite, File - Keystone]
Le WWF recommande de ne manger une entrecôte que tous les quinze jours / Le Journal horaire / 1 min. / le 10 octobre 2020
Le WWF a lancé vendredi sa plateforme en ligne "Planet Based Diets", qui veut montrer comment le choix des aliments contribue à la bonne santé de la Terre et de sa population. Il recommande par exemple de ne manger qu'une entrecôte tous les 15 jours.

Les recommandations du WWF s'adressent à 147 pays, dont la Suisse. Pour notre pays, la recommandation est double: manger moins de viande et moins de produits laitiers. En matière de viande, il ne faudrait ainsi pas dépasser 14 grammes par jour, soit l'équivalent d'un plat de viande (200 grammes) toutes les deux semaines. Quant au beurre, lait et autres fromages chers aux Suisses, le WWF estime qu'il faudrait renoncer à pas moins de deux tiers de la quantité actuellement consommée.

La fabrication de certaines denrées alimentaires menace la biodiversité, rappelle l'organisation écologiste, selon qui leur production est responsable de 70% des pertes de la biodiversité terrestre et de 50% des pertes de celles en eau douce. Le WWF estime possible d'améliorer la situation en consommant davantage d'aliments végétaux, mais aussi en changeant la manière dont nous produisons la nourriture.

Pour le WWF, outre la stabilisation du climat et le ralentissement de la perte de biodiversité, ces actions permettraient de prolonger l’espérance de vie d’une population en meilleure santé.

Régime flexitarien prôné

Pour arriver à cette prescription, le WWF a calculé les émissions de gaz à effet de serre des différents types d'aliments et les besoins en protéines. "En regardant aussi ce que notre agriculture est en mesure de produire, on a déterminé qu'il faudrait consommer moins de viande et de produits laitiers", a expliqué samedi à la RTS la porte-parole du WWF Suisse Pierrette Rey.

L'organisation prône l'adoption d'un régime flexitarien, afin d'avoir une alimentation qui reste "variée, équilibrée et agréable". "On n'a pas une frustration qui naît quand on voit le contenu de son assiette", illustre Pierrette Rey.

Sujet radio: Natacha Van Cutsem
Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié Modifié