Modifié

Tchad: trois Espagnols et un Belge libérés

Les Espagnols manifestent leur joie à l'aéroport de N'Djamena [Keystone]
Les Espagnols manifestent leur joie à l'aéroport de N'Djamena [Keystone]
Les autorités tchadiennes ont libéré vendredi les trois Espagnols et le Belge inculpés de «complicité» avec l'ONG française Arche de Zoé, qui a tenté de transférer 103 enfants vers la France. Presque tous les enfants ont pu être identifiés.

Les trois Espagnols - le pilote, le copilote et le steward du
Boeing 757 affrété par l'Arche de Zoé pour emmener les enfants en
France et arrêtés le 25 octobre à Abéché (est du Tchad) - ont
quitté vendredi N'Djamena à bord d'un avion en compagnie du
secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères Bernardino
Leon.

«Nous sommes très contents et surtout soulagés», ont déclaré
Augustin Rey, Sergio Munoz et Daniel Gonzalez après leur
libération. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel
Angel Moratinos, a remercié le président tchadien et a proposé que
son pays finance l'éducation des 103 enfants.

Pilote rapatrié samedi

Quant au pilote belge de l'appareil, âgé de près de 75 ans et
souffrant du coeur, il a été également libéré mais demeurait à
l'hôpital de la base militaire française où il avait été transféré
jeudi soir à la suite d'un léger malaise. Il sera évacué vers la
Belgique samedi à bord d'un avion médicalisé.

Ces libérations avaient été précédées dimanche de celle de quatre
hôtesses espagnoles, que le président français Nicolas Sarkozy
était allé chercher à N'Djamena en même temps que les trois
journalistes français arrêtés avec les six membres de l'équipe de
l'Arche de Zoé et l'équipage espagnol.

Les onze Européens libérés demeurent toutefois inculpés au Tchad
d'«enlèvement de mineurs», «escroquerie» ou «complicité». Les 21
inculpés encourent au Tchad cinq à vingt ans de prison.

Rushes du film de Garmirian réclamées

Désormais ne restent détenus à la maison d'arrêt de N'Djamena
que les six membres français de l'Arche de Zoé et quatre
responsables de l'est du Tchad. Les avocats des six Français ont
demandé jeudi leur mise en liberté provisoire, ainsi qu'une
requalification des faits de crime en délit, pour réduire la durée
des peines encourues.

A Paris, deux juges ont effectué une perquisition au siège de
l'agence Capa, réclamant que leur soient remise la totalité des
rushes du film réalisé par Marc Garmirian, l'un des journalistes
libérés par la justice tchadienne. Mais ils «ne sont pas repartis
avec les rushes», a précisé une responsable de l'agence, sans autre
précision. Capa et Marc Garmirian arguent de la protection des
sources pour refuser de transmettre ces documents à la
justice.

ats/bri

Publié Modifié

Enfants identifiés

A Genève, l'UNICEF a indiqué que seuls quatre des 103 enfants rassemblés au Tchad par l'Arche de Zoé n'ont pas encore pu être identifiés, parce qu'ils sont trop petits pour s'exprimer. Les autres ont été en mesure de donner leur nom et le nom du village d'où ils viennent.

La grande majorité de ces enfants, 21 filles et 82 garçons, proviennent des villages tchadiens d'Adré et Iné, proches de la frontière soudanaise, a déclaré une porte-parole de l'agence onusienne, Véronique Taveau. «Il est encore trop tôt pour les ramener à leur famille», a-t-elle précisé.

Les ONG condamne Arche de Zoé

Les ONG internationales présentes au Darfour ont «condamné» vendredi la tentative de l'Arche de Zoé de «sortir des enfants du Tchad».

Elles ont assuré que cette action n'était pas «représentative» du travail des ONG.

Celles-ci respectent les «principes humanitaires» et les droits des enfants.

Parmi les ONG figurent notamment Terre des Hommes, Oxfam, Save the Children et Action contre la Faim.