Modifié

Des policiers blessés lors d'une manifestation anti-confinement à Londres - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Dix personnes ont été arrêtées et quatre policiers blessés samedi à Londres lors d'une manifestation qui a rassemblé des milliers d'opposants aux restrictions prises au Royaume-Uni [Hasan Esen - afp]
Dix personnes ont été arrêtées et quatre policiers blessés samedi à Londres lors d'une manifestation qui a rassemblé des milliers d'opposants aux restrictions prises au Royaume-Uni [Hasan Esen - afp]
Seize personnes ont été arrêtées et neuf policiers blessés samedi à Londres lors d'une manifestation qui a rassemblé des milliers d'opposants aux restrictions prises au Royaume-Uni. Le pays affronte une résurgence de la pandémie.

La pandémie de coronavirus a fait au moins 993'438 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine, selon un bilan de l'afp samedi à la mi-journée. Plus de 32'622'490 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 203'782 décès pour 7'033'925 cas recensés. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 140'537 morts pour 4'689'613 cas, l'Inde avec 93'379 morts (5'903'932 cas), le Mexique avec 75'844 morts (720'858 cas) et le Royaume-Uni avec 41'936 morts (423'236 cas).

>> La carte du SRAS-CoV-2 dans le monde:

L'Organisation mondiale de la santé redoute désormais que la pandémie de Covid-19 ne fasse deux millions de morts si le monde ne se mobilise pas fortement, et les appels se multiplient pour partager équitablement de futurs vaccins.

Interrogé à Genève sur la possibilité que le bilan final du Covid-19 atteigne deux millions de morts, un responsable de l'OMS a jugé l'hypothèse plausible.

"Si nous ne faisons pas tout ce qui est possible, le nombre dont vous parlez n'est pas seulement envisageable mais malheureusement très probable", a estimé Michael Ryan, directeur des Situations d'urgence de l'OMS.

Pour tenter d'éviter cela, une course effrénée au vaccin a été lancée: il s'agit à la fois de mettre au point cette arme anti-coronavirus et pour chaque pays de s'assurer que sa population pourra disposer de doses suffisantes.

ROYAUME-UNI - Incidents à Londres lors d'une manifestation anti-confinement

Des échauffourées ont eu lieu à nouveau samedi lors d'un rassemblement anti-confinement dans le centre de Londres entre des manifestants et les policiers venus disperser la manifestation car elle ne respectait pas les règles de distanciation.

Selon la police, neuf officiers ont été blessés et 16 manifestants arrêtés pour attaque d'un membre des forces de l'ordre et désordre violent, lors d'un deuxième week-end d'affilée de troubles survenus lors d'un rassemblement contre les restrictions.

Aux cris de "liberté" et "COVID 1984", plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Tragalgar Square. Certains manifestants ont dit à des médias présents que pour eux, la pandémie avait été inventée par les gouvernements pour mieux contrôler la population.

Des images filmées ont montré la police utilisant brièvement des matraques pour repousser les manifestants. Le week-end dernier, 32 personnes avaient déjà été arrêtées.

Un quart des 66 millions d'habitants que compte le Royaume-Uni sont concernés par des restrictions locales destinées à freiner la deuxième vague du virus, qui a fait près de 42'000 morts dans le pays, le plus durement touché en Europe.

Espérant éviter un deuxième confinement national, le gouvernement de Boris Johnson a instauré une règle interdisant les rassemblements de plus de six personnes et imposé la fermeture des pubs et restaurants à 22 heures.

Le pays vient d'annoncer un chiffre record de nouvelles contaminations quotidiennes: 6000 cas en un jour.

>> Ecouter les précisions:

Dix personnes ont été arrêtées et quatre policiers blessés samedi à Londres lors d'une manifestation qui a rassemblé des milliers d'opposants aux restrictions prises au Royaume-Uni [Hasan Esen - afp]Hasan Esen - afp
Incidents à Londres lors d'une manifestation anti-confinement / Le Journal horaire / 39 sec. / le 26 septembre 2020

FRANCE - 14'412 nouveaux cas

La France a enregistré 14'412 nouveaux cas confirmés, non loin du record quotitien de 16.096 inscrit plus tôt dans la semaine.

Le nombre total de contaminations, qui a franchi la veille la barre des 500'000 alors que le gouvernement multiplie à nouveau les mesures de restrictions, s'établit désormais à 527'446. Le nombre de décès a par ailleurs augmenté de 39 en 24 heures, portant le bilan total à 31'700.

A Marseille, la deuxième ville de France, responsables politiques, entrepreneurs et commerçants sont descendus dans la rue vendredi pour protester contre la fermeture totale des bars et des restaurants décidée par le gouvernement.

La métropole de Marseille-Aix est désormais classée "zone d'alerte maximale". Onze autres agglomérations, dont Paris, ont été placées par le gouvernement en "zone d'alerte renforcée", avec entre autres mesures la fermeture des bars à 22 heures.

>> Regarder le sujet du 19h30:

À Marseille, la fermeture des bars et des restaurants prévue dimanche exaspère ses habitants. [RTS]
À Marseille, la fermeture des bars et des restaurants prévue dimanche exaspère ses habitants. / 19h30 / 2 min. / le 26 septembre 2020

BELGIQUE - Fermeture anticipée des bars à 23H00 à Bruxelles

Les bars et cafés de Bruxelles devront fermer leurs portes dès 23H00 à partir de lundi, ont annoncé samedi les autorités régionales. Cette fermeture anticipée de deux heures des lieux de consommation d'alcool ne concerne toutefois pas les restaurants.

Tous les autres commerces vendant des boissons ou des aliments devront fermer à 22 heures et la consommation alimentaire sera interdite sur les marchés. Les bourgmestres (maires) ont aussi décidé de renforcer le contrôle de l'interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique, en particulier à la fermeture des bars.

Mercredi, l'exécutif régional avait annoncé que le port du masque ne serait plus obligatoire en extérieur partout à Bruxelles à compter du 1er octobre.  Mais il sera obligatoire d'avoir un masque sur soi en permanence.

Du 16 au 22 septembre, 10'785 nouveaux cas ont été diagnostiqués en Belgique, dont 22% à Bruxelles. Sur cette période, le taux de tests positifs au Covid-19 a atteint 9,5%, un taux très largement au-dessus de la moyenne belge de 4,4%, selon les données officielles. En Belgique, pays de 11,5 millions d'habitants, les autorités recensaient samedi 110'976 cas de Covid-19 et 9969 décès, un des plus forts taux de mortalité en Europe.

ISRAEL - Des milliers de manifestants anti-Netanyahu

Des milliers de manifestants anti-Netanyahu se sont rassemblés samedi soir devant la résidence à Jérusalem du Premier ministre israélien. Le gouvernement israélien tente de limiter les rassemblements dans le cadre d'un durcissement des mesures anticoronavirus.

Tambours battants, trompettes en plastique pour certains, quelques milliers d'Israéliens se sont réunis pour critiquer la gestion, économique et sanitaire, de la pandémie mais aussi pour dénoncer la "corruption", appeler à un "changement" de gouvernement ou par exemple dénoncer les "violences" contre les Palestiniens.

Ces deux dernières semaines, Israël a enregistré le plus fort taux de contamination au Covid-19 selon les données de l'AFP. Face à cette seconde vague, le gouvernement a imposé la semaine dernière un reconfinement "d'au moins trois semaines", qu'il a musclé vendredi en fermant les synagogues hormis pour les rassemblements dimanche soir et lundi à l'occasion de Yom Kippour.

Le Premier ministre a aussi voulu limiter les manifestations antigouvernementales, qui ont lieu principalement chaque week-end depuis juillet devant sa résidence, à des îlots de 20 personnes ne pouvant se rassembler à plus d'un kilomètre de chez elles. Mais cette mesure n'a pas été adoptée par le Parlement, certains députés estimant que la lutte contre le coronavirus ne pouvait se faire au prix d'une limitation des droits démocratiques.

JAPON - Les Jeux olympique en 2021 malgré tout

Le Japon est "déterminé" à accueillir les Jeux olympiques de Tokyo en 2021, malgré la pandémie qui a causé leur report cette année.

Le nouveau Premier ministre japonais l'a affirmé vendredi à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations unies. "L'été de l'année prochaine, le Japon est déterminé à accueillir les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, comme preuve de la victoire de l'humanité sur la pandémie" de coronavirus, a déclaré Yoshihide Suga dans un message vidéo.

"Je vais continuer à ne pas ménager mes efforts pour vous accueillir à des Jeux" qui seront organisés "en toute sécurité", a ajouté Yoshihide Suga, qui est devenu la semaine dernière le nouveau Premier ministre du Japon en remplacement de Shinzo Abe. Son discours à la grande réunion annuelle de l'ONU, virtuelle cette année en raison de la pandémie, marquait ses premiers pas sur la scène internationale.

Les organisateurs des JO de Tokyo et le CIO s'affichent plus confiants depuis quelques semaines quant à la probabilité d'organiser l'an prochain cet événement sportif planétaire, avec ou sans vaccin disponible d'ici là. Mais de gros doutes subsistent quant à leur faisabilité face la persistance actuelle du Covid-19 dans le monde. Et la ferveur olympique s'est étiolée au Japon: moins d'un tiers des Japonais serait favorable à leur tenue en 2021, selon des sondages réalisés cet été.

CHINE - Quinze nouveaux cas enregistrés

La Chine a recensé 15 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus au cours des 24 dernières heures, qui concernent tous des personnes venues de l'étranger, a rapporté samedi la Commission nationale de la santé dans son point quotidien sur l'épidémie.

Selon ces données, 85337 cas de contamination ont été confirmés au total en Chine continentale.

L'épidémie de coronavirus a causé 4634 décès dans le pays. Aucun nouveau décès n'a été signalé samedi.

>> Lire aussi: La ville de Wuhan, berceau de la pandémie, a repris une vie normale

Par ailleurs, la foule se pressait samedi au grand salon automobile de Pékin, le seul événement international du secteur cette année à avoir lieu, au moment où les constructeurs automobiles cherchent de nouveau à attirer les clients malgré la crise du coronavirus.

Reporté de cinq mois à cause de la pandémie, l'événement, qui durera 10 jours, s'est ouvert alors que la Chine a en grande partie maitrisé la propagation du virus. Cependant, la plupart des dirigeants de constructeurs étrangers ont dû dévoiler virtuellement leurs nouveaux modèles du fait des restrictions imposées aux déplacements internationaux.

ALLEMAGNE - Plus de 2500 nouveaux cas

Le nombre de cas confirmés de contamination au coronavirus en Allemagne a grimpé à 282'730, soit 2507 cas de plus que la veille, selon les données rapportées samedi par l'Institut Robert Koch pour les maladies infectieuses.

Neuf décès supplémentaires ont été signalés, ce qui porte le total à 9452 morts depuis le début de l'épidémie dans le pays.

UKRAINE - Nouveau record avec plus de 3800 contaminations

L'Ukraine a enregistré un nombre record de 3'833 cas d'infections au coronavirus en 24 heures, a annoncé samedi le conseil de sécurité nationale.

Le décompte quotidien des infections au coronavirus en Ukraine est passé en septembre au-dessus de 3000, poussant le gouvernement à prolonger les mesures de confinement mises en place dans le pays jusqu'à fin octobre.

Le conseil de sécurité nationale a précisé qu'un total de 195'504 cas avaient été enregistrés en Ukraine au 26 septembre, avec 3903 décès et 86'873 personnes en convalescence.

IRAN - Provinces autorisées à appliquer leurs propres mesures de confinement

Le président iranien Hassan Rohani a autorisé samedi les provinces du pays à imposer des mesures de confinement à chaque fois que cela sera nécessaire pour endiguer l'augmentation rapide du nombre de cas d'infections au nouveau coronavirus.

"Nous sommes obligés d'intensifier les réglementations et les supervisions" en commençant par Téhéran, a déclaré Hassan Rohani dans une intervention télévisée.

L'Iran a enregistré plus de 25'000 décès dus au coronavirus ainsi que 439'882 cas de contamination, selon le données présentées vendredi par le ministère de la Santé. Des responsables iraniens ont exprimé leur inquiétude face à l'augmentation des infections, exhortant le pays à respecter les protocoles sanitaires pour contrôler la propagation du virus.

ETATS-UNIS - Bars et restaurants à nouveau ouverts en Floride

La Floride, l'un des Etats américains les plus peuplés, a levé les restrictions imposées aux bars et aux restaurants, ainsi que les amendes liées au Covid-19.

Selon le décret du gouverneur, un allié du président américain Donald Trump qui prône la réouverture, les comtés et les municipalités peuvent maintenir certaines restrictions localement, mais ne peuvent plus limiter les capacités d'accueil des restaurants à moins de 50%.

Plus de sept millions de cas de Covid-19 ont été détectés aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie, a rapporté l'université Johns-Hopkins. Le pays le plus touché de la planète a enregistré un million de cas supplémentaires et 20'000 morts depuis le 31 août.

Le nombre officiel de morts dépassait vendredi les 203'500 dans le pays. L'épidémie aux Etats-Unis est entrée de nouveau dans une sorte de "plateau", avec une stagnation à une incidence élevée, de l'ordre de 40'000 nouveaux cas par jour.

L'Etat de New York, ancien épicentre de l'épidémie de Covid-19 aux Etats-Unis, a enregistré, pour la première fois depuis juin, plus de 1000 cas de contamination en une journée, ont fait savoir samedi les autorités locales.

PEROU - Réouverture des frontières aériennes

Après sept mois de fermeture, le Pérou va rouvrir le 5 octobre ses frontières aériennes à un groupe limité de pays, a annoncé le président Martin Vizcarra. Les vols internationaux seront d'abord autorisés vers les pays de la région, puis étendus à d'autres petit à petit.

"Ces vols seront autorisés vers des destinations sûres d'un point de vue sanitaire", a-t-il ajouté, sans plus de précision. Le ministre des transports avait annoncé ai début septembre que les Etats-Unis, le Mexique, l'Espagne et le Chili formeraient ce premier groupe.

La fermeture des frontières avait porté un sérieux coup de frein au secteur florissant du tourisme péruvien. Depuis mars, le gouvernement n'avait autorisé que des vols de rapatriement des ressortissants étrangers bloqués dans le pays andin par la pandémie.

Pays de 33 millions d'habitants, le Pérou a enregistré jeudi le nombre de décès quotidien le plus bas depuis 5 mois. Il est le troisième en Amérique latine comptant le plus grand nombre de cas de Covid-19 (788'930), derrière le Brésil et la Colombie. Il occupe également la troisième place dans le classement des décès après le Brésil et le Mexique (31'938).

BRESIL - Près de 32'000 nouvelles infections

Le Brésil a enregistré 31'911 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus et 729 décès supplémentaires liés à l'épidémie au cours des 24 dernières heures, a rapporté le ministère de la Santé.

Le bilan de l'épidémie dans le pays dépasse les 4,6 millions de cas d'infection, et 140'537 décès ont désormais été recensés au total, selon les données gouvernementales.

BIRMANIE - Forte hausse des cas de contamination

Rangoun, capitale économique et plus grande ville de Birmanie, est confrontée à une flambée du nombre de cas de contamination. Le corps médical, déjà débordé par la situation, craint des milliers de nouveaux cas dans les prochains jours.

La Birmanie, où le système de santé est l'un des plus précaires au monde, a été jusqu'à présent relativement épargnée par le Covid-19, avec moins de 400 cas officiellement recensés et six décès enregistrés en août.

Mais la diffusion du virus à partir de l'ouest du pays s'est accélérée et le nombre de cas de contamination a doublé chaque semaine, pour un total de 174 décès. Quelque 6000 personnes sont placées en quarantaine à Rangoun et samedi, les médias officiels ont rapporté que sept nouveaux centres avaient été construits pour isoler 1000 autres personnes.

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié