Modifié

La Toscane et Florence, bastions de la gauche, pourraient virer tout à droite

Elections régionales partielles en Italie: la Toscane pourrait basculer à droite pour la Ligue de Matteo Salvini. [Alessandro di Meo - EPA/Keystone]
Elections régionales partielles en Italie: la Toscane pourrait basculer à droite pour la Ligue de Matteo Salvini / Le 12h30 / 2 min. / le 19 septembre 2020
Environ un tiers des électeurs italiens sont appelés aux urnes dimanche et lundi pour des élections régionales partielles dans sept régions. Les regards sont principalement tournés vers la Toscane, bastion de la gauche qui pourrait basculer à l'extrême-droite.

Initialement prévu fin mars, le scrutin a été reporté à plusieurs reprises en raison de la pandémie, qui a fait près de 36'000 morts dans la Péninsule. Le gouvernement a d'ailleurs choisi un vote étalé sur deux jours pour éviter les attroupements. Un référendum qui vise à diminuer le nombre d'élus est aussi au programme (lire encadré).

Dans la capitale de la Toscane, les deux camps organisaient vendredi soir leurs derniers meetings. Les militants du Parti démocrate se sont mobilisés derrière leur candidat Eugenio Giani, tandis que les leaders de la droite, parmi lesquels Matteo Salvini, sont montés sur l'estrade pour soutenir Susanna Ceccardi, la candidate de la Ligue. Agée seulement de 33 ans, elle tentera de renverser la gauche.

Usure du pouvoir à gauche

Les deux principaux candidats sont au coude à coude dans les derniers sondages. Une victoire de la Ligue lundi soir serait un tremblement de terre politique, car la gauche gouverne sans discontinuité la Toscane depuis l'après-guerre. Et il y a encore quatre ans, la Ligue ne contrôlait pas une seule mairie dans toute la région.

Deux raisons peuvent expliquer la poussée de l'extrême-droite en Toscane, a analysé le correspondant de la RTS à Florence dans l'émission Forum vendredi soir. D'une part, une certaine usure du pouvoir à gauche, le candidat à la région Eugenio Giani étant en politique depuis quarante ans. De l'avis général, cependant, la région a été plutôt bien gouvernée.

La Ligue et sa candidate de 33 ans, elle, incarne au contraire le changement et insiste bien sûr sur les thèmes qui lui sont chers, l'immigration et la sécurité. Elle mise aussi sur des enjeux purement locaux, comme la question des infrastructures en Toscane.

>> Ecouter l'analyse du correspondant de la RTS à Florence Eric Jozef:

Eric Jozsef, correspondant RTSinfo à Rome. [RTS - RTS]RTS - RTS
Les élections régionales ont lieu ce week-end dans sept régions italiennes / Forum / 2 min. / le 18 septembre 2020

Droite et extrême-droite unies

En plus de ceux de la Toscane (la région de Florence), les résultats de la Campanie (Naples) et des Pouilles (Bari) seront particulièrement révélateurs. Une victoire de la droite pourrait ébranler le gouvernement de Giuseppe Conte, soutenu par la coalition entre le Mouvement 5 Etoiles (M5S, anti-système) et le Parti démocrate (PD, centre-gauche). Les quatre autres régions en jeu sont le Val d'Aoste, la Vénétie, la Ligurie et les Marches.

La coalition de droite, composée de la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite), de Fratelli d'Italia de Giorgia Meloni (extrême droite) et de Forza Italia (droite) de Silvio Berlusconi, se présente unie dans toutes les régions. La coalition gouvernementale - PD et M5S - se présente en revanche divisée dans toutes les régions, sauf en Ligurie (nord-ouest), où un candidat commun a été trouvé.

Influence indirecte sur le gouvernement

Les dirigeants politiques de tous bords assurent cependant que le résultat des régionales, qui devrait être connu lundi soir, n'aura aucune influence sur le sort du gouvernement. "En Italie, on vote tous les cinq-six mois. Si chaque rendez-vous électoral devait avoir un impact sur le gouvernement, alors tous les cinq-six mois, on devrait discuter d'un éventuel changement", a ainsi récemment déclaré Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères et principal dirigeant du M5S Matteo Salvini lui-même assure que "les élections régionales ne concernent pas le gouvernement".

Certains experts jugent ces scrutins prématurés alors que les contagions sont en hausse en Italie, même si elles sont, avec environ 1500 nouveaux cas par jour, inférieures aux chiffres enregistrés en France, en Espagne ou au Royaume-Uni. Les personnes âgées et les femmes enceintes bénéficieront d'un parcours protégé pour rejoindre les locaux de vote.

afp/vic/ej

Publié Modifié

Un tiers des parlementaires italiens bientôt privés d'hémicycle?

Le référendum national sur la réduction du nombre de parlementaires, qui se tient conjointement aux régionales, est une promesse électorale du M5S, dont le but est de réaliser des économies. Le mouvement semble s'acheminer vers une victoire facile, les autres partis ayant également invité à voter oui.

S'il est accepté, le nombre d'élus italiens passerait ainsi de 945 à 600. Aujourd'hui, l'Italie a le deuxième parlement le plus fourni en Europe derrière le Royaume-Uni (environ 1400) et devant la France (925).

>> Regarder le sujet du 19h30 jeudi: 

Les Italiens appelés à voter ce weekend une loi qui prévoit la réduction du nombre de parlementaires. [RTS]
Les Italiens appelés à voter ce weekend une loi qui prévoit la réduction du nombre de parlementaires. / 19h30 / 2 min. / le 17 septembre 2020

>> L'analyse de Tristan Dessert:

Tristan Dessert à propos de la situation des députés italiens. [RTS]
Tristan Dessert à propos de la situation des députés italiens. / 19h30 / 1 min. / le 17 septembre 2020