Modifié

Nouveau scandale lié à des messages néonazis dans la police allemande

Mobilisés récemment face aux manifestations anti-corona empreintes d'extrême-droite, la police allemande doit faire le ménage aussi parmi ses rangs. [John MacDougall - AFP]
Perquisitions visant des policiers allemands soupçonnés de sympathies avec l'extrême droite / La Matinale / 1 min. / jeudi à 06:00
Des perquisitions visant des policiers ont été menées mercredi en Rhénanie du nord-Westphalie, dans l'ouest de l'Allemagne. Ils sont soupçonnés d'avoir diffusé de la propagande d'extrême droite sur des groupes de discussion Whatsapp.

Trente-quatre bureaux de police et des appartements ont été perquisitionnés par quelque 200 policiers, a annoncé le ministre de l'Intérieur de la Rhénanie du nord-Westphalie, Herbert Reul.

Une enquête pour incitation à la haine raciale vise actuellement 11 fonctionnaires de police et une procédure disciplinaire a été engagée contre 29 policiers au total, qui ont été suspendus.

Dans des groupes de discussions sur la messagerie Whatsapp, une centaine de photos d'Adolf Hitler et de croix gammées ont été découvertes, ainsi que des drapeaux du Reich et un montage montrant un réfugié dans une chambre à gaz.

Plusieurs affaires de ce type

Devant la presse à Düsseldorf, le ministre conservateur de la région a évoqué une "campagne de dénigrement des plus sales et des plus répugnantes", et dénoncé une "honte pour la police de Rhénanie du nord-Westphalie".

"Les extrémistes de droite et les néo-nazis n'ont absolument rien à faire dans notre police", a-t-il ajouté.

L'Allemagne a été secouée ces derniers mois par plusieurs affaires de ce type au sein de ses services de sécurité. En juillet, les enquêteurs avaient annoncé l'interpellation d'un ancien officier de police et de son épouse soupçonnés d'avoir envoyé des mails de menace à des responsables politiques et des personnalités publiques allemandes.

>> Lire également: Recrudescence des violences racistes et antisémites en Allemagne

Fin juin, l'armée allemande avait également annoncé la dissolution partielle de ses forces spéciales emblématiques, les KSK, à la suite de plusieurs scandales sur leur proximité avec l'extrême droite.

>> Les éclairages de Blandine Milcent, journaliste de la RTS et Jean-Yves Camus, journaliste spécialiste de l’extrême-droite: 

Pour le renseignement allemand, l'extrême droite menace la démocratie. [Hannibal Hanschke - Reuters]Hannibal Hanschke - Reuters
L’extrême-droite, ce fléau qui ronge l’Allemagne / Forum / 9 min. / le 20 juillet 2020

Nouvel accueil de réfugiés

Ces perquisitions interviennent alors que la chancelière allemande prévoit d'accueillir environ 1500 migrants depuis les îles grecques après les incendies du camp de Moria.

Longtemps taboue absolue en Allemagne, l'extrême-droite radicale a peu à peu fait son retour depuis notamment la décision d'Angela Merkel de mener une politique d'ouverture aux réfugiés.

>> Lire également: L'Allemagne prévoit d'accueillir 1500 migrants des îles de Grèce

ats/jop

Publié Modifié