Modifié

La Suisse et 28 pays dénoncent l'Arabie saoudite devant l'ONU

La salle du Conseil des droits de l'homme des Nations unies au Palais des Nations à Genève, en février 2020 [Denis Balibouse - Reuters]
La Suisse s'associe à une déclaration contre l'Arabie saoudite / Le Journal horaire / 34 sec. / le 15 septembre 2020
Les violations des droits humains par l'Arabie saoudite ont été dénoncées par 29 pays, dont la Suisse, mardi devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève. Il s'agit de la troisième mise en cause du genre.

La Suisse a décidé de changer d'approche, un an après ne pas s'être associée à deux déclarations de dizaines d'Etats qui avaient déjà demandé des efforts à Ryad.

A quelques mois d'un sommet du G20, attendu en Arabie saoudite si le Covid le permet et auquel Berne est conviée pour la première fois, la Suisse a donc décidé d'être plus active sur cette question devant le Conseil des droits de l'homme.

Torture et détention arbitraire

Dans la déclaration, les 29 pays appellent notamment à poursuivre les responsables du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Il y a une semaine, un tribunal avait annulé les peines capitales contre cinq suspects prononcées en 2018, une décision ciblée par la rapporteuse spéciale qui avait visé l'absence de "légitimité" du verdict.

S'ils admettent des réformes des droits de l'homme, les 29 Etats restent "préoccupés" par la situation en Arabie saoudite. Ils dénoncent le harcèlement contre les défenseurs des droits de l'homme, la société civile ou les opposants politiques. Ils demandent aussi à nouveau la libération des prisonniers politiques, notamment cinq femmes détenues depuis 2018.

Les 29 Etats sont également inquiets des indications de disparitions forcées, de torture ou de détentions arbitraires. De son côté, Human Rights Watch (HRW) a appelé mardi l'Arabie saoudite à mettre un terme aux violations des droits contre les défenseurs des droits de l'homme et les opposants.

ats/gma

Publié Modifié