Modifié

Les tours de vis sanitaires se multiplient dans le monde - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Comme au Royaume-Uni, plusieurs pays imposent de nouvelles mesures pour freiner la propagation du virus. [Neil Hall - epa/keystone]
Comme au Royaume-Uni, plusieurs pays imposent de nouvelles mesures pour freiner la propagation du virus. [Neil Hall - epa/keystone]
Les gouvernements cherchent à tout prix à éviter un reconfinement aux conséquences économiques désastreuses et les tours de vis sanitaires se multiplient dans le monde face à la progression de la pandémie.

La pandémie de coronavirus a fait au moins 930'180 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'afp mardi à 19h. Plus de 29,4 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 194'674 décès pour plus de 6,5 mio de cas recensés. Viennent ensuite le Brésil avec 132'006 morts, l'Inde avec 80'776 morts, le Mexique avec 71'049 morts, et le Royaume-Uni avec 41'664 morts.

>> La carte du SRAS-CoV-2 dans le monde:

FRANCE- Nouvelles batteries de mesures

Interdiction des fêtes d'étudiants, des sorties scolaires ou des rassemblements de plus de dix personnes: de nouvelles batteries de mesures restrictives ont été annoncées lundi dans plusieurs grandes villes, notamment dans le sud, à Marseille et Bordeaux. Il faut dire que la situation est préoccupante en France, où plus de 7'850 nouvelles infections ont encore été recensées mardi, soit près de 1'700 de plus que la veille et après un pic de 10'561 cas samedi.

A noter que la Foire internationale d'art contemporain (FIAC), un des principaux rendez-vous mondiaux de l'art, prévue à Paris fin octobre, a été annulée.

Par ailleurs, le projet de loi prolongeant jusqu'au 31 mars la possibilité de restreindre rassemblements et déplacements en raison de l'épidémie de Covid-19 sera présenté mercredi en Conseil des ministres. Le texte étend de six mois la législation en vigueur et dont la date butoir était fixée au 30 octobre. L'Assemblée nationale doit en commencer l'examen le 1er octobre.

16e étape du Tour de France autorisée

L'ensemble du peloton du Tour de France a été autorisé à repartir pour la 16e étape. Aucun des coureurs n'a été positif aux différents tests subis depuis trois semaines. Les contrôles ont porté sur l'ensemble de la "bulle course" qui regroupe les coureurs, l'encadrement de leurs équipes et quelques officiels, soit quelque 650 à 700 personnes.

A noter que la Foire internationale d'art contemporain (FIAC), un des principaux rendez-vous mondiaux de l'art, prévue à Paris fin octobre, a été annulée.

30 millions pour sauver les compagnies de ferries

Afin de "sauvegarder" les compagnies de ferries, dont la moitié pour Brittany Ferries, le gouvernement a annoncé vouloir débloquer environ 30 millions d'euros, a annoncé le Premier ministre Jean Castex.

Brittany Ferries a transporté seulement 200'000 passagers en juillet et août contre 780'000 un an plus tôt. La compagnie maritime a dû fermer de nombreuses lignes entre la France et l'Angleterre et a eu recours aux mesures d'urgence mises en place par le gouvernement pour réduire ses coûts, notamment le chômage partiel

ITALIE - Rentrée des classes particulière

Après six mois d'interruption, les écoliers italiens ont repris ce lundi le chemin des classes. Depuis mars dernier, ils n'avaient pas remis les pieds à l'école. Premier touché en Europe, le pays avait été le premier à fermer ses écoles et l'un des derniers à les rouvir.

>> Ecouter le reportage à Rome dans La Matinale:

Ce lundi, les écoliers italiens ont repris le chemin de l'école, masqués.  [Cecilia Fabiano - keystone]Cecilia Fabiano - keystone
Une rentrée des classes forcément un peu particulière en Italie / La Matinale / 1 min. / le 15 septembre 2020

L'Italie a fait état mardi de 1229 nouveaux cas de contamination, 221 de plus que la veille. Le nombre total des infections dans le pays s'élève ainsi à près de 290'000.

ROYAUME-UNI - Montée en flèche du chômage

Le taux de chômage a commencé à augmenter au Royaume-Uni et les économistes s'attendent à ce que cette progression s'accélère à l'automne, une situation qui met sous pression le gouvernement, appelé à agir pour protéger les emplois.

Le taux de chômage a atteint 4,1% en moyenne glissante sur les trois mois achevés fin juillet, contre 3,9% sur les trois terminés fin juin, conséquence du confinement imposé au printemps pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus.

Le nombre de personnes demandant des indemnités de chômage a atteint 2,7 millions en août dans le pays, un bond de plus de 120% depuis mars, ajoute l'ONS. Au total, le nombre de chômeurs a augmenté de 104'000 personnes sur un an à 1,4 million pour les trois mois achevés fin juillet, à la suite de vagues de licenciements provoquées par le virus, et malgré des aides gouvernementales massives.

Les secteurs particulièrement touchés comme l'aviation ou le commerce de détail licencient en masse, même si les distributeurs sur internet comme Amazon ou les chaînes de supermarchés qui accélèrent leurs ventes en ligne annoncent des milliers de recrutements.

Economistes et milieux d'affaires craignent une déferlante de licenciements à la fin octobre quand le programme de chômage partiel mis en place par le Trésor pour aider les entreprises à affronter le choc du coronavirus et du confinement prendra fin.

La progression du nombre de cas de nouveau coronavirus s'accélère au Royaume-Uni, le pays le plus endeuillé par la pandémie en Europe avec plus de 41.600 morts, et de nouvelles restrictions sur les rassemblements viennent d'être mises en place dans le pays, ce qui pourrait peser sur la reprise économique après une récession historique.

En parallèle, la progression du nombre de cas s'accélère au Royaume-Uni, le pays le plus endeuillé par la pandémie en Europe. De nouvelles restrictions sur les rassemblements viennent d'être mises en place comme à Birmingham, deuxième ville la plus peuplée du Royaume-Uni, où les rencontres entre familles ou amis sont interdites. Dans toute l'Angleterre, il est déjà interdit depuis lundi de se se réunir à plus de six personnes issues de foyers différents. Tout ceci pourrait peser sur la reprise économique.

Le gouvernement critiqué pour les ratés du dépistage

Les témoignages de personnes ne parvenant pas à réserver un test ou devant parcourir de très longues distances pour se faire dépister se multiplient dans les médias britanniques. En pleine résurgence du coronavirus, le gouvernement se trouve sous le feu des critiques pour les ratés du dépistage, qui font craindre aux responsables de la santé des répercussions sur la continuité des services de soins.

Après une accalmie, le Royaume-Uni enregistre une nouvelle poussée de contaminations, avec autour de 3000 cas positifs depuis plusieurs jours. Le pays, où le nombre de morts dépasse 41'600, est le plus endeuillé d'Europe.

ALLEMAGNE - Plus de 1400 nouveaux cas

Le nombre de cas confirmés de contamination a grimpé à 261'762 en Allemagne, soit 1407 cas de plus que la veille. Douze décès supplémentaires ont été signalés, ce qui porte le total à 9362 morts depuis le début de l'épidémie.

L'Allemagne compte atteindre une immunité collective grâce à un vaccin espéré à la mi-2021, sans l'imposer toutefois, a indiqué mardi le ministre de la Santé. La population allemande est traditionnellement connue pour être réticente à la vaccination. "La vaccination sera basée sur le volontariat", a-t-il déclaré.

Pour atteindre une immunité collective, qui correspond à une protection immunitaire d'un pays vis-à-vis d'un agent infectieux, entre 55 et 65% de la population devra se faire vacciner.

Le pays a prévu une enveloppe d'environ 750 millions d'euros pour promouvoir la mise au point d'un vaccin et assurer les capacités de production.

La société Biontech et le laboratoire pharmaceutique allemand CureVac sont les plus avancés dans leurs recherches et recevront respectivement 375 millions et 252 millions d'euros.

IRLANDE - Les pubs restent fermés à Dublin

Le gouvernement irlandais a annoncé mardi repousser la réouverture prévue des pubs à Dublin et y imposer de nouvelles restrictions sur les rassemblements entre foyers.

Après le confinement décrété en mars, l'Irlande n'avait rouvert que les pubs servant à manger fin juin. Annoncée dans un premier temps pour le 10 août, la réouverture des autres avait été repoussée au 21 septembre.

Si cette date est bien confirmée à l'échelle du pays, la capitale en sera exclue, a annoncé le vice-Premier ministre lors d'une conférence de presse. Les rassemblements seront limités à deux foyers, à l'intérieur comme à l'extérieur, et les groupes limités à six.

Le gouvernement a également annoncé débloquer 600 millions d'euros pour préparer le système de santé à l'hiver, période difficile avec le retour des autres épidémies saisonnières.

RUSSIE - Doutes autour de l'efficacité du vaccin "Spoutnik-V"

En Russie, un groupe d'une quinzaine de scientifiques a envoyé lundi une lettre officielle au journal médical The Lancet, exposant leurs inquiétudes quant à l'efficacité du vaccin "Spoutnik-V".

Son utilisation avait été approuvée par le gouvernement russe avant la fin des essais complets sur l'homme. Un essai de phase III, impliquant 40'000 participants, a été lancé le 26 août. Environ 31'000 personnes se sont déjà inscrites pour y participer, a déclaré le ministre de la Santé Mikhail Murashko.

CANADA - Le Québec sanctionne les réfractaires au masque

La remontée des cas de coronavirus au Canada ces derniers jours "devrait inquiéter tout le monde", a estimé le Premier ministre Justin Trudeau en appelant ses compatriotes à rester "extrêmement vigilants".

Le Canada a recensé plus de 1300 nouveaux cas au cours du week-end, niveau qui n'avait pas été observé depuis le début de l'été. Lundi, le Québec et l'Ontario, les deux provinces les plus peuplées et les plus touchées par la pandémie, dénombraient près de 600 nouveaux cas.

Dans ce contexte, le Québec est devenu samedi la première province à sanctionner les personnes refusant de porter le masque dans les espaces publics clos, celles-ci s'exposant à des amendes de 400 à 6000 dollars canadiens (275 à 4135 francs). Et ce, alors même que samedi, une foule de plusieurs milliers de personnes a manifesté contre le port du masque à Montréal.

ETATS-UNIS - Tribunaux inondés de plaintes dénonçant les restrictions

Depuis le printemps, les tribunaux américains ont été inondés de plaintes dénonçant les restrictions liées à la pandémie, sans y répondre de façon homogène: en mai, un juge avait notamment invalidé la prolongation du confinement dans le Wisconsin alors qu'un autre la validait dans le Michigan.

Un juge fédéral de Pennsylvanie a estimé lundi que le gouverneur démocrate de cet Etat avait pris des mesures "anticonstitutionnelles" face à la pandémie en limitant le droit aux rassemblements et décrété "non-essentielles" certaines activités économiques.Le gouverneur a dû donc lever une grande partie des restrictions incriminées dans ce dossier.

ARGENTINE - Le confinement pèse sur la santé mentale

Le nombre de nouveaux cas et de décès quotidiens dus à la pandémie ne diminuent pas en Argentine. Le pays s’était pourtant confiné très tôt, dès le 20 mars. Certaines régions restent d’ailleurs soumises aujourd’hui à l’un des plus longs confinements au monde. Ce lundi, l’Argentine comptait au moins 11'000 morts du nouveau coronavirus.

Malgré un assouplissement des mesures de confinement dans la capitale, cette mauvaise situation sanitaire, conjuguée à plus de cinq mois d’enfermement, pèse lourd sur la santé mentale des Argentins.

>> Ecouter le reportage à Buenos Aires, dans Tout un monde:

Une personne marche dans une rue de Buenos Aires en Argentine. [Juan Ignacio Roncoroni - EPA/Keystone]Juan Ignacio Roncoroni - EPA/Keystone
Le confinement pèse sur la santé mentale des Argentins / Tout un monde / 5 min. / le 15 septembre 2020

PEROU - Amélioration de la situation

Avec un total de 102 nouveaux décès recensés lundi, le chiffre le plus bas depuis le 24 mai, la situation semble s'améliorer au Pérou, un des pays d'Amérique latine les plus durement frappés par la pandémie qui y a fait près de 31'000 morts.

AUSTRALIE - Aucun décès pour la première fois en deux mois

L'Australie n'a enregistré mardi aucun décès lié au coronavirus pour la première fois depuis deux mois. Cette nouvelle intervient au moment de l'assouplissement des mesures de restriction à Melbourne, décidé à la suite d'un ralentissement de l'épidémie de Covid-19.

Selon un décompte de l'AFP, seuls 50 nouveaux cas de coronavirus ont été recensés mardi dans tout le pays, un chiffre sans commune mesure avec les plus de 700 cas quotidiens franchis certains jours, fin juillet et début août.  Ces données sont de nature à confirmer l'efficacité du confinement strict imposé aux Australiens près de sept semaines.

Depuis lundi à Melbourne, la deuxième ville du pays confinée depuis plus de deux mois, certaines mesures ont été assouplies.  Ainsi, le couvre-feu commence une heure plus tard, à 21 heures, les habitants ont une permission de deux heures pour faire du sport et des petites "bulles sociales" ont été créées pour les personnes vivant seules. En revanche, les commerces non essentiels demeurent fermés.

A la suite d'une baisse du nombre de cas dans les régions rurales de l'Etat de Victoria, où se situe Melbourne, les habitants vont pouvoir sortir de chez eux et les commerces rouvrir à compter de jeudi. L'Etat de Victoria représente près des trois-quarts des quelque 27'000 cas de contaminations recensés dans le pays ainsi que 90% des 816 décès dus au coronavirus. Des centaines de personnes sont décédées dans les maisons de retraite.

INDE- Presque 5 millions de cas

L'Inde a recensé 83'809 nouveaux cas confirmés au cours des vingt-quatre dernières heures, un plus bas quotidien en une semaine, selon les données communiquées mardi par le ministère fédéral de la Santé.

Le bilan dans le pays est désormais de 4,93 millions de cas et plus de 80'000 décès, dont 1054 morts recensés au cours des vingt-quatre dernières heures.

CHINE - Un potentiel vaccin pour novembre?

Un vaccin contre le Covid-19 pourrait être disponible pour le grand public en Chine dès novembre, a affirmé une haute responsable, au moment où la course continue entre les laboratoires du monde entier.

"Les progrès actuels sont très satisfaisants", a expliqué l'épidémiologiste Wu Guizhen, une responsable du Centre de contrôle et de prévention des maladies, un organisme du ministère chinois de la Santé.

Plusieurs sont en cours d'élaboration en Chine, mais elle n'a pas précisé duquel elle parlait. Aucun candidat vaccin dans le monde n'a pour l'heure achevé la phase d'essais sur l'homme.

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié

L'incertitude rend pingre et égoïste, révèle une étude

C'est une étude de chercheurs danois et suédois qui le révèle: l'incertitude renforce la tendance à agir uniquement dans son propre intérêt, y compris pendant une pandémie.

"A mesure que surgit l'incertitude face à ce qu'on attend de nous, nous sommes davantage susceptibles d'en garder le maximum possible pour nous et d'être avares plutôt que généreux", même en temps de Covid-19, explique Toke Fosgaard, professeur à l'Université de Copenhague et co-auteur de l'étude.

Les résultats sont particulièrement frappants "dans le cas où une personne est seule - c'est-à-dire éloignée du regard critique des autres. Par exemple, on peut sauter un lavage de mains à la maison".

Les résultats de l'étude pourraient aussi s'appliquer à l'utilisation du masque, et la fréquence à laquelle il doit être changé. "Si une personne ne sait pas combien de temps un masque peut être porté, je m'attendrais - sur la base de nos résultats - à ce que beaucoup soient tentés de prolonger l'utilisation et de retarder ainsi l'achat de nouveaux masques", explique Toke Fosgaard.