Modifié

L'OMS s'attend à un nouveau pic du nombre de morts cet automne - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Un message de prévention dans une rue de Birmingham, en Angleterre. [EPA/Andy Rain - Keystone]
Un message de prévention dans une rue de Birmingham, en Angleterre. [EPA/Andy Rain - Keystone]
Redoutée à travers le monde, la deuxième vague de coronavirus semble se concrétiser dans plusieurs pays. L'OMS juge également probable un nouveau pic du nombre de morts en octobre et novembre en Europe. Selon l'OMS, un nouveau record a été atteint dimanche, avec presque 308'000 cas confirmés en un seul jour.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 924'968 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP lundi à la mi-journée. Plus de 29 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 194'081 décès pour 6'520235 cas recensés. Viennent ensuite le Brésil (131'625 morts), l'Inde (79'722), le Mexique (70'821), et le Royaume-Uni (41'628).

>> La carte du SRAS-CoV-2 dans le monde:

L'Organisation mondiale de la santé s'attend désormais à une remontée du nombre de morts en Europe lors des mois d'octobre et de novembre. Ceux-ci seront "plus durs" face à l'épidémie, a affirmé lundi le directeur de sa branche européenne Hans Kluge, au moment où le nombre de cas enregistrés s'envole sur le Vieux continent, mais avec un nombre de morts quotidien pour l'instant quasi stable.

Cette hausse du nombre de décès sera due à la remontée des cas causés par la reprise de l'épidémie en Europe. "On est à un moment où les pays n'ont pas envie d'entendre ce genre de mauvaises nouvelles, et je comprends", a ajouté Hans Kluge. Celui-ci a toutefois voulu adresser "le message positif" que la pandémie "va s'arrêter, à un moment ou à un autre".

ROYAUME-UNI - Les réunions de plus de six personnes interdites en Angleterre

En Angleterre, il est interdit depuis ce lundi de se réunir à plus de six personnes issues de foyers différents, une mesure qui ne concerne pas les autres provinces du Royaume-Uni. Cette restriction s'applique à l'intérieur comme à l'extérieur, à l'exception des écoles, lieux de travail, des mariages ou funérailles.

Les contrevenants risquent une amende de 100 livres qui sera doublée à chaque récidive. Ce serrage de vis ne concerne toutefois pas les écoles ni les lieux de travail. Le gouvernement multiplie au contraire les encouragements pour inciter les Britanniques à retourner au bureau, mais sans grand succès.

>> Les précisions à Londres dans La Matinale:

Les bureaux dans un immeuble de la City, à Londres. [AP Photo/Matt Dunham - Keystone]AP Photo/Matt Dunham - Keystone
Les Londoniens se sont habitués au télétravail et rechignent à retourner travailler au bureau / La Matinale / 2 min. / le 14 septembre 2020

Mardi, ce sont toutes les rencontres entre amis ou familles qui seront interdites à Birmingham, la deuxième ville la plus peuplée du Royaume-Uni, selon une décision des autorités locales. Les habitants peuvent toujours se rendre dans les cafés, restaurants ou magasins mais ne peuvent pas rencontrer d'autres personnes de foyers différents.

Plus de 3500 nouveaux cas ont été enregistrés au Royaume-Uni vendredi, selon les chiffres du gouvernement, soit le pire bilan quotidien depuis le 17 mai. Le taux de reproduction se situe désormais entre 1 et 1,2, soit au-dessus du niveau entraînant une accélération des contaminations. Un total de 3497 et 3330 nouveaux cas ont ensuite été enregistrés samedi et dimanche.

Depuis le début de l'épidémie, le coronavirus a tué 41'628 personnes au Royaume-Uni, dont cinq dimanche.

ITALIE - Un retour à l'école dans la difficulté

La majeure partie des établissements scolaires rouvre ce lundi en Italie, au milieu de nombreuses difficultés, plus de six mois après leur fermeture à cause de la pandémie de Covid-19.

La rentrée se fait de manière étalée dans la péninsule, les premiers établissements ayant rouvert le 1er septembre et les derniers devant rouvrir le 24, mais lundi est considérée comme la journée officielle de rentrée. Quelque 5,6 millions d'élèves doivent ainsi reprendre le chemin de l'école dans 13 des 20 régions italiennes.

Absence de certains professeurs, tables individuelles en nombre insuffisant, manque de masque chirurgicaux à distribuer aux élèves et enseignants, l'école reprendra avec mille difficultés, a reconnu dimanche le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte. "Il y aura des difficultés, des désagréments, surtout au début", a-t-il déclaré.

AUTRICHE - "Nous sommes au début de la seconde vague"

"Nous sommes au début de la seconde vague", a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz dimanche dans un communiqué, avertissant que le pays dépasserait prochainement les 1000 nouveaux cas par jour.

Le chef du gouvernement a appelé la population à respecter strictement les mesures antivirus et à réduire au maximum les contacts. Les autorités ont aussi annoncé un durcissement des mesures. A partir de lundi, les masques, déjà obligatoires dans les supermarchés et les transports, le sont aussi dans tous les magasins et tous les bâtiments publics autrichiens.

De vendredi à samedi, l'Autriche a enregistré près de 870 nouveaux cas, dont plus de la moitié dans la capitale. Le pays de 9 millions d'habitants compte 33'000 cas et 750 morts depuis le début de la pandémie.

FRANCE - De nouvelles restrictions régionales

Les préfets des département de Gironde et des Bouches-du-Rhône ont renforcé lundi les mesures pour juguler le Covid-19. Parmi elles, l'abaissement de la limite pour les événements publics à 1000 personnes maximum ou encore la restriction des visites dans les Ehpad. Les deux grandes villes de Bordeaux et Marseille ont également annoncé de nouvelles mesures, dont l'interdiction des fêtes étudiantes et l'annulation des Journées du patrimoine.

En outre, une interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans les parcs ou sur les quais de la Garonne a été édictée à Bordeaux (sud-ouest) et sur les plages à Marseille (sud-est).

"Le Premier ministre a validé une forme de décentralisation (...) et c'est une très bonne chose", a réagi le président de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur Renaud Muselier. "Il s'agit de remettre en place une responsabilité individuelle et collective", a-t-il poursuivi, évoquant "un avertissement très clair pour les habitants de la région, et notamment de Marseille".

La France a par ailleurs enregistré par ailleurs 6158 nouveaux cas de contamination par le coronavirus en 24 heures, a annoncé lundi Santé publique France (SPF), pour un nombre total de 387'252 cas confirmés depuis le début de l'épidémie.

La FIAC de Paris annulée

La Foire internationale d'art contemporain (FIAC), principal rendez-vous annuel du monde de l'art à Paris, a annoncé lundi "avec une grande déception" l'annulation de son édition 2020, initialement prévue du 22 au 25 octobre à Paris. La prochaine édition se déroulera du 21 au 24 octobre 2021.

GRECE - Nouveau plan de relance

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a annoncé un train de mesures supplémentaires, chiffré à 6,8 milliards d'euros, pour relancer l'économie, suite aux restrictions mises en place pour endiguer la pandémie.

Parmi une douzaine de mesures annoncées, figurent la réduction des cotisations de sécurité sociale pour le secteur privé, la création de 100'000 emplois, l'allègement fiscal pour les contribuables résidant dans les îles touristiques grecques, où le secteur a subi un coup sérieux cet été.

REPUBLIQUE TCHEQUE - Records d'infection

La République tchèque a recensé pour la troisième journée consécutive un record d'infections samedi, avec 1541 nouveaux cas, selon le ministère de la Santé. Ce pays de 10,7 millions d'habitants est désormais un des trois Etats membres de l'Union européenne où la progression quotidienne du virus est la plus rapide, après la France et l'Italie.

Pour les Tchèques, le masque est déjà obligatoire depuis début septembre dans les lieux clos, sauf les salles de classe, et dans les entreprises si les employés ne peuvent pas maintenir une distance de deux mètres.

RUSSIE - Plus de 5500 nouveaux cas

La Russie a fait état lundi de 5509 nouveaux cas de contamination au coronavirus, portant le bilan total à 1'068'320.

Quatrième pays le plus touché au monde par le virus en terme d'infections,  la Russie a signalé 57 décès supplémentaires imputés au Covid-19  au cours des dernières 24 heures, soit 18'635 morts depuis le début de l'épidémie.

ETATS-UNIS - Un meeting de Donald Trump indigne les autorités locales

Donald Trump a tenu dimanche sa première réunion de campagne entièrement en intérieur depuis des mois, à Henderson, dans le Nevada. Mais le président sortant a provoqué l'ire des autorités locales qui ont signalé par lettre et avertissement verbal que les événements rassemblant plus de 50 personnes n'étaient pas autorisés par le gouverneur à cause du coronavirus.

Le gouverneur de l'Etat du Nevada, Steve Sisolak, a écrit sur Twitter que "ce soir, le président Donald Trump mène des actions irréfléchies et égoïstes, qui mettent d'innombrables vies en danger ici au Nevada". "Il semblerait que le président ait oublié que son pays est encore en plein milieu d'une pandémie mondiale", a-t-il souligné.

Durant cette réunion, le chef de l'Etat s'est lui félicité de sa propre gestion de la pandémie. "Nous avons fait un travail incroyable. Nous n'obtenons absolument aucune reconnaissance pour le travail que nous avons fait", a déclaré Donald Trump à la foule, ajoutant que son leadership a "sauvé des millions de vies".

VENEZUELA - Pas de retour à l'école cette année

Le président Nicolas Maduro a annoncé que les cours en présentiel ne reprendront pas cette année au Venezuela en raison de la pandémie de coronavirus.

"Sans aucun doute, le retour en présentiel en classe n'est pas favorable à un contrôle de la pandémie, c'est pour cela qu'il n'y aura pas de retour en classe au Venezuela, nous verrons ensuite si nous y revenons en janvier", a dit le chef de l'Etat lors d'une allocution télévisée.

La mesure a été prise "en voyant la rentrée des classes dans le monde", qui a entraîné une augmentation des contaminations, a expliqué Nicolas Maduro à propos de l'année académique 2020-2021, dont le début est prévu à partir de cette semaine au Venezuela.

ISRAEL - Un nouveau confinement annoncé

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé dimanche un confinement national d'au moins trois semaines. L'Etat hébreu est la première économie développée à réimposer une telle mesure pour juguler une seconde vague de contaminations au coronavirus.

Les autorités avaient imposé la semaine dernière un couvre-feu à une quarantaine de villes du pays, notamment dans les villes arabes et juives ultra-orthodoxes, dans l'espoir de freiner la propagation du virus ce qui n'a pas empêché le nombre de cas de progresser.

Le gouvernement a opté non seulement pour le confinement général, mais a étendu la mesure sur au moins trois semaines, pendant les fêtes juives, pour tenter de limiter la propagation du Covid-19 au moment où les familles se rassemblent et les fidèles se retrouvent dans les synagogues.

Le confinement entrera en vigueur à partir de vendredi pour la fête de Rosh Hashana (Nouvel An juif). Israël est le 2e pays au monde ayant enregistré le plus de cas de coronavirus par habitant au cours des deux dernières semaines après Bahreïn.

>>La politique israélienne dans la lutte contre le coronavirus décryptée dans Forum:

La politique israélienne complique la lutte contre le coronavirus (vidéo) [RTS]
La politique israélienne complique la lutte contre le coronavirus (vidéo) / Forum (vidéo) / 6 min. / le 13 septembre 2020

COREE DU SUD - Mesures assouplies à Séoul

La Corée du Sud va assouplir temporairement ses mesures de restriction anti-coronavirus dans la région de Séoul après une baisse des contaminations, ont indiqué les autorités.

Les mesures, qui avaient été au contraire renforcées le mois dernier dans cette zone qui abrite la moitié des 52 millions d'habitants du pays, seront assouplies à partir de lundi et pour deux semaines, a annoncé le Premier ministre Chung Sye-kyun lors d'une réunion du gouvernement.

La Corée du Sud a largement maîtrisé l'épidémie de Covid-19 dans un premier temps à l'aide de méthodes efficaces de traçage et de dépistage à grande échelle mais elle a dû affronter ensuite plusieurs flambées, qui ont ravivé les craintes d'une deuxième vague.

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié