Modifié

L'aide d'urgence s'organise après les incendies du camp de Lesbos

Les humanitaires redoublent d'efforts pour acheminer une aide d'urgence aux 12'000 réfugiés chassés du camp de Moria, à Lesbos [RTS]
Les humanitaires redoublent d'efforts pour acheminer une aide d'urgence aux 12'000 réfugiés chassés du camp de Moria, à Lesbos / 12h45 / 1 min. / le 10 septembre 2020
Un ferry a été dépêché jeudi vers l'île grecque de Lesbos pour héberger une partie des 3500 migrants sans abri après les incendies dans le camp de Moria mardi soir. Les pays de l'UE ont aussi proposé leur aide.

Mercredi soir, un nouvel incendie s'est déclaré dans une partie du camp qui avait été relativement épargnée, entraînant les mêmes scènes de chaos. Cet "incendie est plus limité que celui de mardi soir", a précisé un responsable des pompiers.

"Aucune victime, ni blessé, ni disparu n'a été signalé", avait souligné le ministre grec des Migrations Notis Mitarachi, qui a salué "l'intervention rapide" des pompiers et des policiers", tout en précisant qu'au moins 3500 migrants étaient sans abri. "Nous prenons des mesures d'urgence pour ces personnes: les plus vulnérables, environ 1000, seront hébergés sur un ferry", au port de Mytilène, chef-lieu de l'île, avait-il aussi assuré.

Évacuation du camp

Deux bâtiments de la marine nationale grecque doivent aussi se rendre sur place pour augmenter la capacité d'hébergement, alors que la vice-présidente de la Commission européenne Margaritis Schinas est attendue pour une visite d'inspection. La Protection civile grecque a déclaré "l'état d'urgence" à Lesbos. Le camp hébergeait quelque 12'700 demandeurs d'asile, soit quatre fois sa capacité d'accueil, dont 4000 enfants.

>>Lire aussi: Des milliers de migrants sans abri après un énorme incendie à Lesbos

Les ONG s'inquiètent de la situation. Plusieurs réfugiés du camp se sont dispersés sur l'île, ce qui n'aide pas à leur venir en aide. La situation sur place est confuse.

>> Le témoignage sur place d'Elise Blandenier qui  travaille à Lesbos avec des jeunes migrants:

Le camp de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, après l'incendie. [Petros Giannakouris - Keystone]Petros Giannakouris - Keystone
Témoignage Elise Blandenier / Le Journal horaire / 53 sec. / le 10 septembre 2020

Aide de l'UE

Mercredi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a fait part de sa "profonde tristesse", soulignant que l'UE se tenait "prête à aider". D'ores et déjà, la Commission européenne a annoncé qu'elle prenait en charge le transfert immédiat vers la Grèce continentale de 400 enfants et adolescents.

L'Allemagne, qui assure la présidence tournante de l'Union européenne, a demandé aux pays de l'UE d'accueillir des migrants du camp. Plusieurs milliers de personnes ont d'ailleurs manifesté spontanément mercredi dans plusieurs villes de ce pays pour exiger des autorités de prendre en charge des migrants.

La France s'est dite prête mercredi à "prendre sa part dans la solidarité".

Pour l'Autriche, "si nous vidons le camp de Moria, il se remplira de nouveau immédiatement", a fait valoir mercredi son ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg. Vienne va toutefois proposer un millions d'euros d'aides, par exemple pour acheter "des tentes et des couvertures" en Grèce, a-t-il ajouté.

>> Le sujet de Forum sur la politique d'accueil en Allemagne:

Allemagne : après la destruction du camp de Moria, quelle politique d’accueil ? [RTS]
Allemagne: après la destruction du camp de Moria, quelle politique d’accueil ? / Forum / 2 min. / le 10 septembre 2020

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont de leur côté lancé une initiative pour accueillir dans différents pays européens, environ 400 migrants mineurs non accompagnés. Les jeunes seront répartis entre les pays de l'UE qui se rallieront à cette initiative franco-allemande.

Solidarité de la Suisse

De son côté, la ville de Berne veut accueillir 20 réfugiés issus du camp Moria. Elle a fait la demande hier à la Confédération. Le Parti socialiste demande l'évacuation du camp et l'accueil par la Suisse d'un nombre "significatif" de ses réfugiés. Selon la conseillère nationale vaudoise Ada Marra, c'est "un impératif humanitaire".

>>Écouter l'interview de la conseillère nationale Ada Marra:

Ada Marra lors du premier tour de l'élection au Conseil des Etats le 20 octobre. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Grèce, interview d'Ada Marra / Le Journal horaire / 1 min. / le 10 septembre 2020

Près de 300 personnes ont manifesté, pour l'évacuation des camps, à Berne aujourd'hui. Le rassemblement a été organisé par les Jeunes Verts de Suisse et la Jeunesse socialiste suisse, ainsi que par d'autres organisations. Les orateurs ont appelés  à un changement de la politique européenne en matière de réfugiés.

clo avec agences

Publié Modifié