Modifié

La police du Wisconsin tire sept fois dans le dos d'un homme noir

Nouvelle bavure policière dans le Wisconsin aux USA. Les protestations contre le racisme reprennent de plus belle. [RTS]
Nouvelle bavure policière dans le Wisconsin aux USA. Les protestations contre le racisme reprennent de plus belle. / 12h45 / 2 min. / le 25 août 2020
Deux policiers de l'État américain du Wisconsin ont été suspendus de leurs fonctions et une enquête a été ouverte lundi après qu'un homme noir a été grièvement blessé de plusieurs balles dans le dos. L'apparente bavure policière a déclenché des manifestations et l'imposition d'un couvre-feu local.

La victime, un père de famille afro-américain âgé de 29 ans, a été opérée d'urgence et hospitalisée dans un service de soins intensifs de la ville de Milwaukee. Le journaliste et activiste américain Shaun King a repris une annonce du père de Jacob Blake, affirmant sur Facebook que son fils était "vivant" et dans un "état stable" après son retour de la salle d'opération.

Les faits se sont produits dimanche, vers 17h (heure locale) dans l'agglomération de Kenosha, 100'000 habitants, à une quarantaine de kilomètres au sud de Milwaukee, au bord du Lac Michigan.

Des images vidéos prises par un téléphone portable, et devenues virales, montrent l'homme – apparemment non armé – suivi par deux policiers ayant dégainé leurs armes, alors qu'il contourne une voiture grise.

>> La vidéo montrant les sept coups de feu tirés par la police dans le dos de Jacob Blake, à Kenosha:

Un policier lui attrape le tee-shirt au moment où il ouvre la portière et qu'il tente de s'installer sur le siège conducteur. L'agent fait feu, l'atteignant de plusieurs balles dans le dos: sept coups de feu peuvent être dénombrés dans le son accompagnant les images. Les autorités n'ont pas précisé si le second agent avait également tiré.

On ignore si les officiers ont vu quelque chose à l'intérieur du véhicule qui pourrait expliquer leur geste. Les policiers impliqués ont été placés en congé administratif.

Enfants "traumatisés à vie"

Ben Crump, l'avocat de la famille, a affirmé que les trois fils de la victime – de 3, 5 et 8 ans, selon CNN – se trouvaient dans la voiture, et que son client avait tenté de s'interposer dans une dispute entre deux femmes.

"Alors qu'il s'éloignait pour aller voir ses enfants, la police a tiré à plusieurs reprises dans son dos à bout portant. Les trois fils de M. Blake étaient juste à côté et ont vu la police tirer sur leur père", a assuré l'avocat dans un communiqué. "Ils seront traumatisés à vie."

"Ce soir, (un Afro-américain) a reçu plusieurs balles dans le dos, en plein jour à Kenosha, Wisconsin", a déclaré le soir même sur Twitter le gouverneur du Wisconsin, Tony Evers.

Affirmant ne pas connaître encore "tous les détails" des faits, il a ajouté: "Ce que nous savons pour sûr est qu'il n'est pas le premier homme noir ou la première personne à avoir été abattu, blessé ou impitoyablement tué par des individus chargés de faire appliquer la loi dans notre État ou notre pays".

Le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, a exigé "une enquête immédiate, poussée et transparente et que les policiers répondent de leurs actes".

"Le pays se réveille encore une fois plongé dans la douleur et l'indignation qu'un homme noir américain ait à nouveau été victime d'un abus policier", a regretté Joe Biden, accompagnant son message du mot "Assez" sur fond noir.

Affrontements avec la police

Un bus est en feu devant le tribunal du comté de Kenosha, lors de manifestations après que la police a tiré dans le dos de Jacob Blake. Wisconsin, le 23 août 2020. [Mike De Sisti/Milwaukee Journal Sentinel - USA Today via REUTERS]Un bus est en feu devant le tribunal du comté de Kenosha, lors de manifestations après que la police a tiré dans le dos de Jacob Blake. Wisconsin, le 23 août 2020. [Mike De Sisti/Milwaukee Journal Sentinel - USA Today via REUTERS]A Kenosha, des manifestants se sont rassemblés sur place et des affrontements ont éclaté dimanche soir avec la police anti-émeute, selon des images publiées par le Milwaukee Journal Sentinel.

Des incendies ont été allumés et les autorités locales ont par la suite décrété un couvre-feu jusqu'à mardi matin. Environ 200 membres de la garde nationale vont être déployé dans la ville sur ordre du gouverneur du Wisconsin.

Les manifestants ont déjà décidé qu'ils continueraient leurs protestations lundi soir. Des manifestations étaient également attendues dans plusieurs autres villes américaines, parmi lesquelles Portland, Chicago ou Minneapolis.

"Pourrie jusqu'à la moelle"

L'avocat Ben Crump représente aussi la famille de George Floyd, un quadragénaire noir asphyxié à Minneapolis le 25 mai par un policier blanc, et dont la mort avait déclenché des manifestations anti-racistes à travers les États-Unis et le monde.

"Le fait que des actes de violence policière comme celui-ci, le meurtre de Breonna Taylor alors qu'elle dormait chez elle, le meurtre de George Floyd à la sortie d'un supermarché, le meurtre d'Eric Garner devant une épicerie de quartier et d'innombrables autres soient devenus chose courante montre que l'institution policière américaine est pourrie jusqu'à la moelle", a commenté la puissante organisation de défense des droits civiques ACLU.

La police de Kenosha a appelé de son côté à ne pas tirer de conclusions hâtives "jusqu'à ce que l'ensemble des faits soient connus".

Stéphanie Jaquet et les agences

Publié Modifié

Kenosha, Wisconsin