Publié

Le président biélorusse ordonne à l'armée de "défendre l'intégrité territoriale"

Un patrouille de police armée dans les couloirs du métro de Minsk, en Biélorussie, le 11 août 2020. [Celestino Arce - AFP]
Le président biélorusse ordonne à l'armée de "défendre l'intégrité territoriale" / Le Journal horaire / 14 sec. / le 22 août 2020
Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a ordonné samedi à son ministre de la Défense de prendre les "mesures les plus strictes" pour défendre l'intégrité territoriale du pays, secoué par un mouvement de protestation depuis l'élection présidentielle controversée du 9 août.

Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans, est venu samedi inspecter les unités militaires déployées à Grodno, dans l'ouest du Bélarus, près de la frontière polonaise, selon un communiqué publié sur Telegram par la présidence bélarusse.

Arrivé sur le polygone militaire à Grodno, il a dénoncé le mouvement de protestation instigué selon lui "de l'extérieur".

"J'ordonne au ministre de la Défense (...) de défendre avant tout la perle occidentale du Bélarus dont le centre est à Grodno. Et de prendre les mesures les plus strictes pour défendre l'intégrité territoriale de notre pays", a déclaré le président.

Cette déclaration intervient alors que de vastes exercices militaires biélorusses sont prévus dans la région de Grodno entre le 28 et le 31 août.

"Atteintes à la sécurité nationale"

Alexandre Loukachenko, qui clame avoir remporté l'élection avec 80% des voix, fait face à un mouvement de protestation inédit dans cette ex-république soviétique.

L'opposition dénonce des fraudes et organise des manifestations quotidiennes dans le pays. Un "conseil de coordination", destiné à promouvoir la transition politique après l'élection, a été formée cette semaine par l'opposition mais les autorités ont entamé jeudi à son encontre des poursuites pour "atteinte à la sécurité nationale".

La cheffe de file de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa, réfugiée en Lituanie, a assuré vendredi que le peuple biélorusse n'"acceptera jamais le leadership actuel".

Pour sa part, Alexandre Loukachenko a assuré vendredi qu'il allait "résoudre le problème" du mouvement de protestation.

afp/kkub

Publié