Modifié

La négociatrice afghane et militante Fawzia Koofi a été blessée par balle

La négociatrice afghane et militante Fawzia Koofi a été blessée par balle. [Pavel Golovkin - AP]
Une négociatrice a été blessée par balle en Afghanistan. / Le Journal horaire / 28 sec. / le 15 août 2020
Fawzia Koofi, une éminente défenseure des droits des femmes et membre de l'équipe de négociation afghane qui doit mener prochainement des pourparlers avec les talibans, a été blessée par balle près de Kaboul.

Des hommes armés ont ouvert le feu sur Fawzia Koofi et sa soeur vendredi dans la province de Parwan, voisine de la capitale, a déclaré samedi à l'AFP le porte-parole du ministère de l'intérieur, Tariq Arian. Les talibans ont nié être à l'origine de cette attaque. Celle-ci a eu lieu alors que les deux femmes étaient sorties de leur voiture pour aller faire des courses après être allées présenter leurs condoléances à une famille, a-t-il poursuivi.

"Une voiture les a bloquées. Des hommes armés non identifiés ont ouvert le feu sur elles. Fawzia Koofi a été touchée à la main droite. Elle est dans un état stable", a raconté Tariq Arian.

"Tentative d'assassinat"

Fawzia Koofi, une critique virulente des talibans qui est également députée, a confirmé cette "tentative d'assassinat" sur sa page Facebook. "Heureusement, cette blessure n'est pas mortelle", a-t-elle posté.

Selon le négociateur en chef de l'équipe de négociation afghane, Mohammad Masoom Stanekzai, une enquête est en cours sur l'attaque, qu'aucun groupe n'a encore revendiquée. Le président afghan Ashraf Ghani a condamné une attaque "lâche", selon un tweet de son porte-parole Sediq Sediqqi.

Abdullah Abdullah, le responsable gouvernemental chargé des pourparlers avec les talibans, a appelé les autorités afghanes à "amener devant la justice ceux qui ont commis ce crime". La cheffe de la Commission indépendante des droits humains en Afghanistan, Shaharzad Akbar, a souligné sur Twitter que "la récente série d'attaques visant des personnes précises risque d'avoir un impact négatif sur le processus de paix". Ces derniers mois, nombre de militants des droits humains et de procureurs se sont fait tirer dessus à Kaboul.

Première attaque en 2010

Fawzia Koofi, défenseure reconnue des droits des femmes afghanes, avait déjà survécu à une précédente tentative d'assassinat en 2010, lorsque des hommes armés l'avaient prise pour cible alors qu'elle rentrait à Kaboul après une cérémonie à l'occasion de la Journée de la femme.

Veuve et mère de deux enfants, elle est la première fille de sa famille à être allée à l'école, et était étudiante en médecine lorsque l'arrivée des talibans au pouvoir en 1996 a interdit les études pour les femmes. Elle a commencé à être connue en politique après l'invasion par les forces américaines en 2001, a été élue députée, et en 2005 est devenue la première femme vice-présidente du Parlement.

Mettre fin au conflit

Elle est l'une des quatre femmes membres de l'équipe de négociation afghane qui doit bientôt entamer des pourparlers avec les talibans afin de tenter de mettre fin au conflit qui ravage le pays depuis 19 ans.

"Cette fois-ci, nous semblons nous engager dans des discussions sérieuses", avait-elle déclaré cette semaine à l'AFP, ajoutant que sa participation lui apportait "une grande fierté, mais aussi beaucoup de stress, car il faut vraiment être sûr qu'on est parfait sur tous les plans".

>> Ecouter les explications du directeur émerite du CNRS, Jean-Luc Racine, dans Forum:

Jean-Luc Racine, professeur émérite au CNRS, chercheur à l'Asia Centre. [DR - Ambassade de France au Pakistan]DR - Ambassade de France au Pakistan
Afghanistan: échanges de prisonniers, va-t-on vers la paix? Interview de Jean-Luc Racine / Forum / 3 min. / le 15 août 2020

afp/jpr

Publié Modifié