Modifié

Nouvelles tensions entre la France et la Turquie en Méditerranée orientale

Nouvelle escalade de tension entre la France et la Turquie en Méditerranée orientale. [Ministère grec de la défense - Keystone]
Nouvelle escalade de tension entre la France et la Turquie en Méditerranée orientale. [Ministère grec de la défense - Keystone]
La France a renforcé sa présence militaire jeudi en Méditerranée orientale, en soutien à la Grèce, face à la Turquie qui est déterminée à pousser son avantage dans l'exploration d'hydrocarbures, marquant une nouvelle escalade dans les tensions avec Ankara.

Paris a aussi condamné une frappe aérienne turque en Irak, tandis que le président turc Recep Tayyip Erdogan accusait son homologue Emmanuel Macron de visées "coloniales" au Liban.

La France a déployé "temporairement" deux chasseurs Rafale en Crète, arrivés de Chypre où ils étaient depuis lundi, et deux navires de guerre (le porte-hélicoptères Tonnerre, qui était en route vers Beyrouth où il est attendu vendredi pour apporter de l'aide après l'explosion meurtrière du 4 août, et la frégate La Fayette) en Méditerranée orientale, pour marquer "sa volonté de faire respecter le droit international", a annoncé Paris.

Forages controversés

Les tensions se sont renforcées ces derniers jours dans cette zone riche en hydrocarbures, Athènes accusant Ankara d'y effectuer des recherches énergétiques illégales dans ses eaux.

Emmanuel Macron a déploré mercredi "les tensions provoquées par les décisions unilatérales de la Turquie en matière d'exploration pétrolière". Il a aussi appelé à une "plus grande concertation" entre Ankara et Athènes sous médiation allemande.

>> Ecouter le sujet de La Matinale sur les forages controversés de la Turquie au large de Chypre:

Un navire de forage turc au large de Chypre en 2019. [Murad Sezer - Reuters]Murad Sezer - Reuters
La Turquie va reprendre ses forages controversés au large de Chypre / Le Journal de 8h / 1 min. / le 8 août 2020

Désaccord sur les frontières maritimes

La découverte ces dernières années de vastes gisements gaziers en Méditerranée orientale a aiguisé l'appétit des pays riverains et renforcé les tensions entre la Turquie et la Grèce, toutes deux membres de l'Otan mais en désaccord sur la délimitation de leurs frontières maritimes.

La situation s'est détériorée lundi après l'envoi par Ankara d'un navire de recherche sismique, escorté par des bâtiments de guerre, dans le sud-est de la mer Égée. La marine grecque est également présente dans la zone.

afp/asch

Publié Modifié