Modifié

La ville de Beyrouth dévastée après deux puissantes explosions

Deux explosions secouent la capitale libanaise, faisant au moins dix morts. Le bilan risque de s'alourdir. [RTS]
Deux explosions secouent la capitale libanaise, faisant au moins dix morts. Le bilan risque de s'alourdir. / 19h30 / 1 min. / le 4 août 2020
Deux très fortes explosions ont secoué mardi le port de Beyrouth, provoquant des scènes de dévastation. Il y aurait plus de 100 morts et 4000 blessés, selon un bilan de la Croix-Rouge libanaise mercredi matin. L'ambassadrice suisse a été légèrement blessée.

"Nos équipes poursuivent leurs recherches et opérations de secours dans les zones environnantes", a ajouté l'organisation humanitaire dans un communiqué.

L'origine de ces explosions, qui ont brisé les vitres de nombreux immeubles et magasins à des kilomètres à la ronde, n'est toujours pas certaine. Mais selon le Premier ministre libanais, ce sont quelque 2750 tonnes de nitrate d'ammonium stockés dans le port qui ont provoqué les déflagrations (lire encadré).

>> Les dernières informations mercredi matin avec la correspondadnte de RTSinfo:

La double explosion a soufflé un silo et créé un àénorme cratère dans le poprt de Beyrouth. [Hussein Malla - AP/Keystone]Hussein Malla - AP/Keystone
Beyrouth déclarée ville sinistrée après les explosions de mardi / La Matinale / 2 min. / le 5 août 2020

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent une première explosion suivie d'une autre qui provoque un gigantesque nuage de fumée. Selon des sources au sein des services de sécurité, des explosifs étaient entreposés dans les bâtiments où se sont produites les explosions.

Selon des "estimations préliminaires" annoncées par le ministre de la Santé, Hamad Hassan, il y aurait au moins 70 morts et près de 3700 blessés.

"C'est une catastrophe dans tous les sens du terme", a-t-il déploré, interrogé par plusieurs télévisions alors qu'il visitait un hôpital de la capitale. "Les hôpitaux de la capitale sont tous pleins de blessés", a-t-il souligné, appelant à transporter les autres blessés vers des établissements de la banlieue.

>> Les images impressionnantes de la deuxième explosion (dès la 10e seconde):

Rapidement arrivé sur les lieux de la déflagration, le gouverneur de Beyrouth Marwan Aboud a raconté qu'une équipe de pompiers venue éteindre l'incendie avait disparu dans l'explosion. Emu, l'homme a fondu en larmes devant les caméra de SkyNews.

"L'explosion a eu lieu dans le port de Beyrouth", a indiqué une source de sécurité, sans fournir davantage de détails. Les médias locaux ont diffusé des images de personnes coincées sous des décombres, certaines couvertes de sang. Des témoins ont raconté avoir vu dans le secteur du port des dizaines de blessés à terre.

"C'est une catastrophe à l'intérieur du port. Il y a des cadavres par terre. Des ambulances emmènent les corps", a indiqué à l'AFP un soldat aux abords du port.

Secteur du port bouclé

"Les immeubles ont tremblé", a tweeté un habitant de la capitale libanaise. "Toutes les vitres de mon appartement ont explosé", a-t-il ajouté. Le secteur du port a été bouclé par les forces de sécurité, qui ne laissent passer que la défense civile, les ambulances et les camions de pompiers.

Aux abords, les dégâts matériels et destructions sont importants. Et les sirènes de la défense civile retentissent dans toute la ville. Les vitres de nombreux immeubles et magasins ont volé en éclats à des kilomètres à la ronde.

>> Les dégâts dans les rues proche des déflagrations:

Images de destruction après les deux explosions qui ont secoué Beyrouth mardi après-midi. [RTS]
Deux violentes explosions d'origine inconnue ont secoué la ville de Beyrouth / L'actu en vidéo / 28 sec. / le 4 août 2020

Jusqu'à Chypre

Des habitants fuient les lieux de l'explosion. [AP Photo/Hassan Ammar - Keystone]Des habitants fuient les lieux de l'explosion. [AP Photo/Hassan Ammar - Keystone]Selon des témoins, les déflagrations ont été entendues jusqu'à la ville côtière de Larnaca, à Chypre, distante d'un peu plus de 200 km des côtes libanaises.

Après les explosions, de nombreux habitants, dont certains blessés, marchaient à pied vers des hôpitaux dans plusieurs quartiers de Beyrouth. Dans le quartier d'Achrafieh, des blessés se ruaient vers l'hôpital Hôtel Dieu. Devant le centre médical Clémenceau, des dizaines de blessés dont des enfants, parfois couverts de sang, attendent d'être admis.

Condoléances et propositions d'aide

De nombreux pays ont présenté mardi leurs condoléances et proposé de l'aide au Liban. La France a déclaré être aux "côtés du Liban" et son président Emmanuel Macron a annoncé l'acheminement de "secours et moyens français" à Beyrouth.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a proposé l'aide des Etats-Unis au Liban, qualifiant d'"horrible tragédie" les deux explosions qui ont dévasté Beyrouth. "La Russie partage le chagrin du peuple libanais", a déclaré de son côté le président russe, Vladimir Poutine.

"Profondément choqués"

La présidente du Conseil national Isabelle Moret et le président du Conseil des Etats Hans Stöckli ont exprimé "leurs plus sincères condoléances aux victimes et à leurs familles", dans un tweet commun. Ils se sont dit "profondément choqués par les deux explosions sur le port de Beyrouth".

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a quant à elle exprimé via Twitter sa "plus profonde sympathie au peuple libanais et aux autorités, mais surtout aux blessés et aux familles des victimes".

Agences/nr/vic

Publié Modifié

Ambassadrice suisse légèrement blessée

L'explosion a également touché l'ambassade et la résidence suisses. L'ambassadrice suisse a été légèrement blessée et a été hospitalisée pour des examens complémentaires, a communiqué le DFAE.

Le reste du personnel de l'ambassade est en bonne santé. Un membre du personnel local n'a toutefois pas encore été joint.

La représentation suisse est en train de clarifier si d'autres ressortissants suisses ont été touchés par l'explosion. Jusqu'à présent, le DFAE ne dispose pas d’informations faisant état d’autres victimes suisses.

L'ONU au Liban a affirmé que des Casques bleus avaient été grièvement blessés à bord d'un navire endommagé par les explosions. Des membres du personnel de l'ambassade d'Allemagne et des Pays-Bas ont également été blessés, selon les ministres des Affaires étrangères de ces deux pays.

Explosifs confisqués en cause?

Les violentes explosions qui ont secoué mardi le port de Beyrouth pourraient être dues à des "matières explosives" confisquées et stockées dans un entrepôt "depuis des années", a estimé mardi soir le directeur général de la Sûreté générale Abbas Ibrahim. Il a ajouté attendre la fin de l'enquête.

Selon un haut responsable cité par des médias locaux, près de 2700 tonnes de nitrates d'ammonium, un produit qui entre dans la composition de certains engrais mais aussi d'explosifs, étaient stockées depuis plusieurs années dans l'entrepôt qui serait l'épicentre de l'explosion qui a ravagé Beyrouth.