Modifié

Haute tension entre Moscou et Minsk avant la présidentielle biélorusse

Meeting à Minsk en soutien à la candidate présidentielle Svetlana Tikhanovskaya, 30.07.2020. [atyana Zenkovich - EPA/Keystone]
La tension monte à une semaine de la présidentielle en Biélorussie / Tout un monde / 7 min. / le 31 juillet 2020
Le Kremlin a réclamé vendredi la libération des 33 Russes arrêtés en Biélorussie et accusés d'avoir voulu y orchestrer des "émeutes de masse" à quelques jours de l'élection présidentielle. La favorite de l'opposition, elle, a rassemblé les masses jeudi à Minsk.

Selon les autorités biélorusses, les suspects sont des hommes de l'entreprise paramilitaire privée Wagner, groupe accusé de longue date d'être proche du Kremlin et de déployer ses mercenaires sur des terrains d'opération étrangers.

Ils sont accusés, ainsi que quelque 200 autres personnes encore recherchées, d'avoir cherché à "déstabiliser" le pays à l'approche de l'élection présidentielle, un scrutin mouvementé pour le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko, qui vise un sixième mandat.

>> Lire: La Russie assure ne pas chercher "à déstabiliser" la Biélorussie

"Nous espérons que nos alliés biélorusses vont expliquer cet incident dans les plus brefs délais et que nos citoyens seront libérés", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Il a jugé "sans fondement" les arrestations de ces ressortissants, dont certains ont combattu dans la guerre en Ukraine, si bien que Kiev a demandé leur extradition.

Un "complot" fomenté avec l'opposition

Les autorités biélorusses accusent ces hommes d'avoir tenté d'organiser, avec deux opposants incarcérés depuis des semaines, Sergueï Tikhanovski et Mikola Statkevitch, des "émeutes de masse".

L'épouse du premier, Svetlana Tikhanovskaïa, est désormais candidate à la présidentielle du 9 août à la place de son mari. Devenue la principale rivale d'Alexandre Loukachenko, elle a fermement rejeté ces accusations.

Vaste mobilisation de l'opposition

Des dizaines de milliers de ses partisans ont participé jeudi à un grand rassemblement, malgré les pressions des autorités.

Au moins 63'000 personnes, selon l'organisation de défense des droits humains Vasnia, se sont retrouvées dans un parc de la capitale, Minsk, en soutien à cette candidate inattendue pour le plus grand rassemblement d'opposants depuis au moins une décennie en Biélorussie.

Tensions depuis 2019 avec Moscou

Alliés historiques, la Russie et la Biélorussie entretiennent des relations tendues depuis fin 2019, Alexandre Loukachenko accusant la Russie de vouloir réduire son pays à l'état de vassal et de s'ingérer dans le scrutin du 9 août, ce que Moscou dément.

>> Alexandre Loukachenko, dernier dictateur d'Europe, face à l'opposition:

Alexandre Loukachenko, père de la nation biélorusse et dernier dictateur d'Europe, face à l'opposition [RTS]
Alexandre Loukachenko, père de la nation biélorusse et dernier dictateur d'Europe, face à l'opposition / 19h30 / 4 min. / le 31 juillet 2020

afp/oang

Publié Modifié

Election compliquée pour le chef de l'Etat

La campagne électorale biélorusse a été mouvementée, marquée par une violente répression ayant visé manifestants et opposants.

Malgré cela, l'élection s'annonce épineuse pour le président Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 2014 et qui fait face à une mobilisation inhabituellement forte de l'opposition.

Depuis son arrivée au pouvoir en 1994, jamais le président Loukachenko n'a semblé aussi contesté que pendant cette campagne électorale, galvanisée par l'arrivée de nouveaux visages.

S'il a par le passé accusé à de nombreuses reprises l'Occident de vouloir l'écarter, c'est la première fois qu'il s'en prend ainsi à la Russie et certains jugent que l'affaire est une mise en scène orchestrée par le pouvoir biélorusse.