Modifié

La Russie assure ne pas chercher "à déstabiliser" la Biélorussie

Une marée humaine a participé à un rassemblement de l'opposition en Biélorussie à une semaine de la présidentielle [RTS]
Une marée humaine a participé à un rassemblement de l'opposition en Biélorussie à une semaine de la présidentielle / 12h45 / 1 min. / le 31 juillet 2020
Le Kremlin a démenti jeudi chercher à déstabiliser la Biélorussie, après l'arrestation dans ce pays de 33 Russes, suspectés d'être des combattants préparant des "actes de terrorisme" à l'approche de la présidentielle du 9 août.

"Il y a des insinuations comme quoi des organisations envoient (des hommes) pour déstabiliser la situation en Biélorussie (...), il est évident que ça ne peut être le cas, la Russie et la Biélorussie sont des alliés, les partenaires les plus proches", a estimé Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, lors d'un point presse.

Selon lui, Minsk n'a transmis aucune information concernant "des activités illégales qui pourraient être la cause de leur arrestation".

La Biélorussie a annoncé mercredi l'arrestation près de Minsk de 32 "combattants" du groupe paramilitaire russe Wagner, considéré comme proche du Kremlin, et d'une 33e personne ailleurs dans le pays.

>>Ecouter le sujet de La Matinale:

Le président biélorusse Alexandre Lukachenko, le 3 juillet 2020. [Vasily Fedosenko - Reuters]Vasily Fedosenko - Reuters
La Biélorussie annonce la capture d'une trentaine de mercenaires russes / La Matinale / 1 min. / le 30 juillet 2020

Accusations de préparation d'"émeutes"

Dmitri Peskov a confirmé que tous étaient russes et que 200 autres étaient recherchés par les autorités biélorusses.

Selon Minsk, ces hommes sont soupçonnés d'avoir voulu organiser des "émeutes de masse" orchestrées avec deux opposants incarcérés, Sergueï Tikhanovski et Mikola Statkevitch. Cela à quelques jours d'une présidentielle épineuse pour son autoritaire président Alexandre Loukachenko.

Historiquement alliés, Moscou et Minsk entretiennent des relations tendues depuis fin 2019, le chef de l'Etat biélorusse ayant accusé la Russie de vouloir réduire son pays à l'état de vassal et de s'ingérer dans le scrutin du 9 août en faveur de ses adversaires.

agences/asch

Publié Modifié