Modifié

En larmes, le chanteur Kanye West lance sa campagne présidentielle

Le rappeur Kanye West a fondu en larmes lors du lancement de sa candidature présidentielle à Chaleston. [Randall Hill - Reuters]
Le candidat à la présidentielle Kanye West fond en larmes / La Matinale / 33 sec. / le 20 juillet 2020
Kanye West s'est mis à pleurer dimanche à Charleston lors d'une réunion politique confuse censée lancer sa candidature à l'élection présidentielle des Etats-Unis de novembre. Vêtu d'un gilet pare-balles, le rappeur a livré un discours anti-avortement décousu.

Pour évoquer son opposition à l'avortement, Kanye West a expliqué qu'il avait voulu que Kim Kardashian, son épouse, alors enceinte de leur fille North, avorte, puis a parlé de son père. "Mon père voulait que ma mère avorte de moi. Ma mère m'a sauvé la vie. Il n'y aurait pas eu de Kanye West, parce que mon père était trop occupé", a dit le rappeur en se mettant à pleurer.

Le chanteur a ensuite parlé de manière inintelligible pendant une minute, puis a crié: "J'ai failli tuer ma fille! J'ai failli tuer ma fille!"

Inquiétudes sur les réseaux sociaux

Ailleurs dans son discours, Kanye West a avancé que la célèbre abolitionniste américaine "Harriet Tubman n'a jamais vraiment libéré les esclaves. Elle a juste fait travailler les esclaves pour d'autres Blancs".

Des passages de ce discours sont devenus viraux sur les réseaux sociaux. Ils ont provoqué de l'émoi, de la colère et des inquiétudes quant à la santé mentale du chanteur.

La réunion était réservée à des invités, qui devaient signer un formulaire de décharge de responsabilité liée au coronavirus, porter des masques et pratiquer la distanciation sociale, selon les médias américains.

Une épine dans le pied de Joe Biden?

Le rappeur a dépassé la date limite pour figurer sur la liste officielle des candidats dans plusieurs Etats, mais il est bien inscrit sur celle de l'Oklahoma.

Des observateurs ont noté que sa campagne pourrait porter préjudice à celle du candidat démocrate Joe Biden, en particulier dans les Etats clefs ("swing states"), où Donald Trump a gagné de justesse en 2016 et où les sondages le placent actuellement derrière l'ex-vice-président.

ats/ther

Publié Modifié