Publié

L'opposition est réprimée en Biélorussie avant la présidentielle

Des manifestations organisées mardi dans plusieurs villes de Biélorussie ont été sévèrement réprimées. [Vasily Fedosenko - Reuters]
La répression de l'opposition se durcit en Biélorussie à l'approche de la présidentielle. / La Matinale / 1 min. / le 16 juillet 2020
Des centaines de personnes ont manifesté cette semaine dans la capitale biélorusse Minsk après que la commission électorale nationale a refusé de valider les candidatures des deux principaux rivaux annoncés du président sortant Alexandre Loukachenko pour le scrutin du 9 août.

Victor Babariko, un banquier arrêté le mois dernier sur des soupçons de financement illégal de sa campagne, a été exclu de la liste des candidats du fait de ces accusations, a indiqué la commission. La candidature de Valery Tsepkalo, ancien ambassadeur, a elle été rejetée après l'annulation de signatures recueillies.

Ces décisions ouvrent la voie à une réélection de Loukachenko, qui est au pouvoir depuis 26 ans.

Manifestations réprimées

Babariko et Tsepkalo étaient en effet considérés comme les deux ultimes candidats capables de battre Loukachenko, lequel fait face à une contestation inédite alors que la situation économique, la question des droits civiques et sa gestion de la rise sanitaire ont alimenté les frustrations.

Des manifestations organisées dans plusieurs villes du pays ont été sévèrement réprimées, alors que les rues des Minsk ont connu des protestations d’une ampleur inédite depuis quelques semaines.

asch avec Reuters

Publié