Modifié

"S'il vous plaît, taxez-nous!", le cri du coeur de 83 ultra-riches

83 millionnaires réclament une hausse de leurs impôts pour payer les dépenses liées au Covid-19 [Martin Ruetschi - Keystone]
Dans une lettre ouverte, 83 millionnaires réclament une hausse de leurs impôts pour payer les dépenses liées au Covid-19 / La Matinale / 1 min. / le 13 juillet 2020
Dans une lettre ouverte envoyée lundi aux médias, 83 millionnaires et milliardaires demandent aux gouvernements du monde entier d'augmenter leurs impôts pour surmonter la crise liée à la pandémie de Covid-19 et opérer un rééquilibrage des ressources.

Abigail Disney en 2019 [Monica Schipper - AFP]Abigail Disney en 2019 [Monica Schipper - AFP]"Nous ne nous occupons pas des malades en soins intensifs. Nous ne conduisons pas des ambulances. Nous ne remplissons pas les rayons des supermarchés et ne livrons pas de nourriture. Mais nous avons de l'argent. Beaucoup d'argent".

Dans leur lettre ouverte, ces 83 ultra-riches, parmi lesquels Abigail Disney, l'héritière de l'empire du divertissement Walt Disney ou encore Jerry Greenfield, le cofondateur des glaces Ben & Jerry's, expliquent avoir une dette envers les personnes qui sont en première ligne dans la lutte contre le Covid-19 et qui sont pour la plupart sous-payées.

La charité ne suffit pas

Jerry Greenfield, co-fondateur de Ben & Jerry's [Brendan McDermid - Reuters]Jerry Greenfield, co-fondateur de Ben & Jerry's [Brendan McDermid - Reuters]Selon eux, la charité ne suffit pas. Il faut augmenter les impôts des plus riches, "immédiatement, substantiellement et de manière permanente".

Ce n'est pas la première fois que des millionnaires ou milliardaires interviennent dans le débat public pour demander une refonte de la fiscalité. Ce sont d'ailleurs souvent les mêmes noms qui reviennent au fil de ces initiatives, généralement des personnalités américaines qui se qualifient elles-même de traîtres à leur classe. Ces ultra-riches qui rêvent de davantage d'égalité restent toutefois ultra-minoritaires.

Sujet radio: Cléa Favre
Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié Modifié