Modifié

Aux portes de la Suisse, la centrale de Fessenheim éteint son dernier réacteur

Fessenheim, doyenne des centrales nucléaires françaises, s'éteindra dans la nuit de lundi à mardi. [Vincent Kessler - Reuters]
Fessenheim, doyenne des centrales nucléaires françaises, s'éteindra dans la nuit de lundi à mardi. [Vincent Kessler - Reuters]
Dans la nuit de lundi à mardi, la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim éteindra son dernier réacteur. Située à moins de 45 kilomètres de la Suisse, la doyenne des centrales françaises était active depuis plus de 43 ans.

L'opération doit démarrer lundi à 23h30. Le second réacteur s'éteindra progressivement, jusqu'à atteindre une puissance nominale de 8%, ce mardi à 2h00 du matin. La centrale nucléaire de Fessenheim sera alors définitivement déconnectée du réseau électrique, a déclaré un porte-parole d'EDF, principal producteur d'électricité en France.

Le démantèlement pourra alors commencer. Il s'annonce long: 15 ans sont prévus pour démonter les deux réacteurs, à commencer par l'évacuation du combustible hautement radioactif qui, selon le calendrier prévu, s'achèvera en 2023. Le démantèlement proprement dit, inédit en France à cette échelle, devrait débuter à l'horizon 2025 et se poursuivre au moins jusqu'en 2040.

Une fermeture repoussée plusieurs fois

Promesse de campagne de François Hollande en 2012, cette fermeture avait été repoussée à maintes reprises, avant d'être actée en avril 2017. Victoire pour les antinucléaires français, allemands et suisses, dont certains ont milité pendant des décennies contre Fessenheim, cette fermeture suscite au contraire la colère des salariés de la centrale et de la plupart des 2500 habitants de la bourgade éponyme.

Les pronucléaires, eux aussi, dénoncent cette fermeture, synonyme d'une "transition ratée". Pour eux, il ne faudrait pas lâcher l'atome, bien plus propre que le lignite ou le gaz, tant qu'on n'arrive pas à produire davantage d'énergie renouvelable.

>> Ecouter l'analyse de Frédéric Mamaïs dans "Alter Eco"

Fessenheim, la plus vieille centrale nucléaire française, sera arrêtée le mardi 30 juin 2020. [Sébastien Bozon - AFP]Sébastien Bozon - AFP
Alter Eco - Fessenheim: l’heure des comptes / La Matinale / 3 min. / le 29 juin 2020

Dès mardi, seuls soixante salariés EDF resteront pour conduire le démantèlement vers 2024. Fin 2017, ils étaient encore 750 ainsi que 300 prestataires. "On avance inéluctablement vers la fin (...) cette situation ressemble à un génocide économique, social et écologique. Courage aux salariés de #Fessenheim", a tweeté vendredi le syndicat CGT de la centrale.

Comme un clin d'oeil du destin: vendredi matin, le réacteur n°2 a subi un arrêt automatique après un coup de foudre sur des lignes à haute tension. Il a redémarré sans problème samedi. Mais doit être de nouveau éteint trois jours plus tard. Cette fois pour toujours.

>> Revoir le documentaire  "Fessenheim - le début de la fin du nucléaire?"

Fessenheim - le début de la fin du nucléaire ? [RTS]
Fessenheim - le début de la fin du nucléaire ? / Sur les Docs / 52 min. / le 17 juin 2020

iba/afp

Publié Modifié

De la construction à la fermeture: les grandes dates de Fessenheim

- 1978: La centrale nucléaire de Fessenheim entre en service. Elle produira jusqu'à 1,5% de l'électricité française et la moitié de la production alsacienne.

- 2007: Après plusieurs incidents mineurs, , l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dénonce un "manque de rigueur" dans l'exploitation de la centrale. Des associations françaises, allemandes et suisses ainsi que des députés européens écologistes demandent sa fermeture.

- 2011: Les cantons de Bâle-Ville, Bâle-Campagne et du Jura, le Land allemand du Bade-Wurtemberg, la région Franche-Comté et la ville de Strasbourg demandent l'arrêt des réacteurs. Dix mille manifestants antinucléaires se retrouvent devant Fessenheim le 20 mars, une chaîne humaine de 5 km est formée autour du site en juin.

- 2012: Fraîchement élu président, François Hollande annonce la fermeture de Fessenheim pour fin 2016. Puis, il repousse de facto l'échéance à 2018, liant la fin de la centrale à la mise en service de l'EPR de Flamanville.

- 2018: L'ASN annonce que les réacteurs de Fessenheim devront cesser de fonctionner au plus tard en 2020 et 2022, études et travaux nécessaires n'ayant pas été engagés pour qu'ils puissent fonctionner au-delà. Un mois plus tard, Emmanuel Macron annonce que "l'arrêt définitif" de Fessenheim se fera "à l'été 2020".

- 2020: Le premier réacteur est débranché en février. Dans la nuit du 30 juin, le second réacteur s'arrêtera à son tour. La plus vieille centrale de France cessera alors pour toujours de produire de l'électricité.
(ats)