Modifié

Le gouvernement américain veut bloquer la parution du livre de John Bolton

Duel judiciaire autour d'un livre critique sur le président américain entre Donald Trump et son ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton. [Jonathan Drake - Reuters]
bolton / Le Journal horaire / 28 sec. / le 17 juin 2020
Le gouvernement américain a engagé mardi une action en justice pour tenter de bloquer la publication d'un livre de l'ex-conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton.

La plainte, déposée auprès d'un tribunal fédéral, argue que John Bolton n'a pas fait approuver son manuscrit en amont et que son ouvrage est ainsi "clairement en violation des accords qu'il a signés comme condition de son emploi et de son accès à des informations hautement classifiées".

La parution du livre, intitulé "The Room Where It Happened, A White House Memoir", livre annoncé par l'éditeur comme un portrait très critique de la présidence de Donald Trump, est prévue le 23 juin.

Son éditeur a assuré que l'ex-conseiller avait coopéré avec la présidence pour amender son manuscrit initial en tenant compte de ses "inquiétudes". Il a néanmoins invoqué "le droit de l'ambassadeur Bolton à raconter l'histoire de son passage à la Maison Blanche, conformément au premier amendement" de la constitution américaine, qui consacre la liberté d'expression.

John Bolton a déjà enregistré un entretien télévisé, qui doit être diffusé dimanche par la chaîne ABC.

afp/br

Publié Modifié

Donald Trump obsédé par sa réélection

Selon un communiqué de l'éditeur, celui qui a occupé le poste stratégique de conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche d'avril 2018 à septembre 2019 décrit dans son livre un président américain qui a pris toutes ses décisions "guidé par un calcul en vue de sa réélection".

"Ce que John Bolton a vu l'a stupéfait: un président pour qui être réélu est la seule chose qui compte, même si cela signifie mettre en danger ou affaiblir la nation, a ajouté l'éditeur.

Selon ce compte-rendu, le magnat de l'immobilier aurait ainsi pris des décisions passibles de destitution bien au-delà de la seule affaire ukrainienne qui lui a valu une mise en accusation, mais a débouché sur son acquittement par le Sénat.