Modifié

La Corée du Nord a détruit un bureau de liaison avec le Sud

Un panache de fumée s'élève du complexe de Kaesong, en Corée du Nord, où un bureau de liaison intercoréen a été détruit. [Jung Yeon-je - AFP]
La Corée du Nord a détruit un bureau de liaison avec le Sud / Le Journal horaire / 1 min. / le 16 juin 2020
La Corée du Nord a détruit mardi le bureau de liaison avec le Sud à Kaesong, une ville située près de la frontière, a annoncé le ministère de l'Unification à Séoul, plusieurs jours après des propos virulents de la part de Pyongyang.

"La Corée du Nord a fait exploser le bureau de liaison de Kaesong à 14H49" (06H49 GMT), a annoncé le porte-parole du ministère en charge des relations entre les deux Corées dans un communiqué d'une ligne envoyé à la presse.

Cette annonce est intervenue quelques minutes après que l'agence de presse sud-coréenne Yonhap a fait état d'une explosion entendue et d'une fumée vue s'élevant d'un complexe industriel conjoint qui abrite ce bureau de liaison transfrontalier.

Cette destruction survient après des menaces proférées ce week-end par Kim Yo Jong, la soeur du leader nord-coréen Kim Jong Un.

"Dans peu de temps, l'inutile bureau de liaison entre le Nord et le Sud sera complètement détruit au cours d'une scène tragique", avait-elle mis en garde.

Attaques multipliées contre la Corée du Sud

Depuis le début du mois, Pyongyang a multiplié les attaques au vitriol contre son voisin, notamment contre les transfuges nord-coréens qui, depuis le Sud, envoient au Nord des tracts de propagande par-delà la Zone démilitarisée.

Et la semaine dernière, le régime nord-coréen a annoncé la fermeture de ses canaux de communication politique et militaire avec l'"ennemi" sud-coréen.

Les tracts, qui sont souvent accrochés à des ballons qui s'envolent jusqu'au territoire nord-coréen, ou insérés dans des bouteilles lancées dans le fleuve frontalier, contiennent généralement des critiques du bilan de Kim Jong Un en matières de droits de l'Homme, ou de ses ambitions nucléaires.

Certains experts estiment que Pyongyang cherche à provoquer une crise avec Séoul au moment où les négociations sur le nucléaire avec Washington sont à l'arrêt.

Appel russe à la "retenue"

Le Kremlin a exprimé mardi sa "préoccupation" et appelé Corée du Nord et du Sud à la "retenue" peu après l'annonce par Séoul de la destruction par Pyongyang d'un bureau de liaison entre les deux pays.

Ce qui se passe sur la péninsule coréenne "est préoccupant, nous appelons toutes les parties à la retenue", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La Guerre de Corée (1950-1953) a été ponctuée par un armistice, non par un accord de paix, ce qui signifie que les deux voisins sont encore, techniquement, en état de guerre.

afp/ebz

Publié Modifié

Bureau ouvert en 2018

Le bureau de liaison intercoréen que Pyongyang a détruit mardi avait été ouvert en septembre 2018. Il était la conséquence d'un accord conclu cinq mois plus tôt lors du premier sommet entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président sud-coréen Moon Jae-in.

Cette institution avait ses quartiers dans un bâtiment de quatre étages dans une zone industrielle de la ville nord-coréenne de Kaesong, où des entreprises sud-coréennes employaient naguère des Nord-Coréens dont les salaires étaient versés aux autorités du Nord.

Il s'agissait du premier instrument physique permanent de communication ouvert entre Nord et Sud. Il abritait des représentants des deux parties, afin de permettre des face-à-face à tout moment. Les Sud-Coréens en occupaient le deuxième étage et les Nord-Coréens le quatrième. Les rencontres avaient lieu au troisième.

Une vingtaine de fonctionnaires des deux pays étaient basés dans cet immeuble, chaque groupe dirigé par un responsable avec rang de vice-ministre.