Modifié

Malte autorise le débarquement de plus de 400 migrants bloqués en mer

Les migrants étaient bloqués à bord de bateaux de tourisme mobilisés pour l'occasion. [René Rossignaud - AP/Keystone]
Malte autorise le débarquement de 425 migrants bloqués en mer / Le Journal horaire / 24 sec. / le 7 juin 2020
L'île de Malte a annoncé dimanche qu'elle avait finalement autorisé le débarquement de plus de 400 migrants. Ceux-ci étaient bloqués, pour certains, depuis plusieurs semaines en mer Méditerranée.

Ces 425 personnes, venues de Libye et secourues au cours de plusieurs opérations de sauvetage depuis avril, ont débarqué samedi soir à La Valette, a annoncé le gouvernement dans un communiqué.

Les autorités maltaises interdisaient jusqu'ici leur débarquement et les maintenaient à la limite des eaux territoriales à bord de bateaux de tourisme spécialement mobilisés, mettant en avant les risques de contamination au Covid-19, puis exigeant que d'autres pays européens les prennent en charge à terme.

Cette situation était vivement critiquée par les organisations de défense des droits de l'homme, comme celles de défense des migrants.

Pays de l'UE fustigés

"Aucun pays européen, malgré leurs grands discours sur la solidarité de l'Europe, n'a finalement accepté de prendre ces migrants", a fustigé le gouvernement maltais dans son communiqué. Celui-ci précise qu'il "n'a pas voulu mettre en danger les vies de ces migrants comme celle des équipages" des navires les accueillant.

Selon l'agence de presse italienne AGI, la décision a été prise de les débarquer "car les équipages des navires de tourisme craignaient pour leur sécurité", avec une situation devenant "très difficile à gérer".

afp/oang

>> Voir l'interview de Filippo Grandi, Haut Commissaire aux Réfugiés de l'ONU dans le 19h30:

Filippo Grandi: "Le Covid n'a pas arrêté les guerres et la pauvreté, le risque de mouvements de population plus forts est réel." [RTS]
Filippo Grandi: "Le Covid n'a pas arrêté les guerres et la pauvreté, le risque de mouvements de population plus forts est réel." / 19h30 / 4 min. / le 7 juin 2020
Publié Modifié

Un "tsunami" migratoire pour Malte

Depuis 2005, l'île de Malte est confrontée à une vague d'arrivées de migrants partis notamment de Libye.

Seuls 8% d'entre eux ont été relocalisés vers d'autres pays de l'Union européenne, et les migrants irréguliers représentent aujourd'hui 1% de la population totale de l'île, selon La Valette.

Les autorités maltaises y voient un "tsunami" migratoire et ont prévenu que le pays, plus petit Etat de l'UE, "ne deviendra pas le centre de la crise migratoire européenne".

Ils étaient 3405 à avoir débarqué en 2019, dont 2795 sont toujours sur place, selon les chiffres officiels maltais. Début 2020, près de 1400 sont arrivés à Malte, une augmentation de 438% sur cette période par rapport à l'an dernier.

Seuls le Portugal et la France ont répondu cette année aux appels de Malte, en promettant d'accueillir respectivement 6 et 30 personnes.