Modifié

George Floyd réveille la mémoire des violences policières dans le monde

Le visage de George Floyd est dépeint dans de nombreux pays, comme ici en Syrie, dans la région assiégée d'Idleb. [Izzeddin Idilbi - AFP]
La mort de George Floyd réveille les velléités justicières dans le monde / La Matinale / 2 min. / le 3 juin 2020
L'embrasement aux Etats-Unis après le mort de George Floyd, asphyxié par un policier, gagne le reste du monde. Sur les réseaux sociaux, cette nouvelle icône réveille la mémoire de cas similaires, également en Suisse, et sert de convergence à d’autres luttes.

Son visage figure sur des milliers de publications. Son cri étouffé fait écho dans le monde entier. "I can't breathe", je ne peux pas respirer.

Au-delà des Etats-Unis, des manifestations ont éclaté au Canada, au Brésil, aux Pays-Bas, en France, en Grande-Bretagne, en Nouvelle-Zélande, et aussi en Suisse, comme à Genève et à Zurich.

Avec des hashtags comme "Black Lives Matter", c'est surtout sur la Toile que la mobilisation prend de l'ampleur.

À l'image du "Black Out Tuesday", une action qui consistait mardi à poster une photo noire sur les réseaux sociaux. Ce hashtag était la première tendance sur Twitter, également en Suisse, et a été utilisé plus de 28 millions de fois sur Instagram.

Mémoire ravivée, aussi en Suisse

Si elle a déclenché ce mouvement, la mort de George Floyd réveille également la mémoire de violences policières dans d’autres pays.

Au Canada, pays limitrophe des Etats-Unis, c'est le nom de Regis Korchinski-Paquet qui a été brandi aux côtés de celui de Floyd. Cette femme noire de 29 ans est décédée le 27 mai passé après avoir chuté du 24e étage de son immeuble lors d'une intervention policière.

En France, l'affaire Adama Traoré, décédé en 2016 suite à son interpellation, revient sur le devant de la scène. Sa soeur Assa Traoré a appelé à manifester mardi soir devant le Tribunal de Paris.

>> Voir la vidéo d'Assa Traoré qui a fait plus d'un million de vues:

Malgré une interdiction de rassemblements, quelque 20'000 personnes ont répondu à l'appel, et 18 personnes ont été interpellées, selon la préfecture de police.

>> Lire aussi: Incidents autour d'un rassemblement contre les violences policières à Paris

En Suisse aussi, des internautes ont rappelé le sort de trois personnes décédées à la suite d'arrestations. Celui de Mike, quadragénaire nigérian décédé en février 2018 après un contrôle de police à Lausanne.

>> Lire aussi: L'autopsie de l'homme mort lors d'un contrôle à Lausanne exclut l'overdose

>> Le sujet du 19h30:

Les manifestations aux Etats-Unis trouvent un écho en Suisse. [RTS]
Les manifestations aux Etats-Unis trouvent un écho en Suisse. / 19h30 / 2 min. / le 4 juin 2020

Celui de Lamine, requérant d'asile gambien arrêté par erreur et décédé dans une cellule en 2017. Et celui de Hervé, un jeune Congolais tué par un policier à Bex (VD) en 2016.

>> Lire aussi: A Lausanne, 600 personnes rendent hommage au Congolais tué à Bex (VD)

Convergence des luttes

Reprise par différentes luttes, la figure de l'Américain George Floyd dépasse celle de la communauté noire.

Samedi à Jérusalem, Iyad Hallak, jeune Palestinien atteint d'autisme, a été tué par balles par la police israélienne. Sur les réseaux sociaux, le hashtag "PalestinianLivesMatter" ("La vie des Palestiniens compte") croise "BlackLivesMatter".

En Turquie, George Floyd est dépeint aux côtés du portrait de Baris Cakan, un jeune Kurde tué dimanche à Ankara pour des motifs racistes selon ses proches.

En Australie, les manifestations en solidarité avec les Etats-Unis ont également dénoncé la mort de nombreux aborigènes, sous le hashtag "AboriginalLivesMatter" (la vie des aborigènes compte).

En Syrie, les artistes Aziz Asmar et Anis Hamdoun ont peint un portrait de George Floyd sur le mur d'un immeuble détruit dans la province assiégée d’Idlib.

Les artistes syriens Aziz Asmar et Anis Hamdoun peignent le visage de George Floyd sur le mur d'un immeuble détruit à Binnish, dans la province d'Idleb. [OMAR HAJ KADOUR - AFP]Les artistes syriens Aziz Asmar et Anis Hamdoun peignent le visage de George Floyd sur le mur d'un immeuble détruit à Binnish, dans la province d'Idleb. [OMAR HAJ KADOUR - AFP]

La mort de George Floyd semble ainsi transcender les frontières américaines et communautaires pour se muer en icône mondiale de lutte contre l'injustice.

>> Ecouter aussi l'interview de Dominique Moïsi, géopolitologue et cofondateur de l'Institut français des relations internationales:

Dominique Moïsi. [MEDEF - CC-BY-SA]MEDEF - CC-BY-SA
Evolution des protestations contre les violences policières aux Etats-Unis: interview de Dominique Moïsi / Forum / 7 min. / le 3 juin 2020

Mouna Hussain

Publié Modifié

Solidarité entre peuples révoltés

Au Liban, où une révolte populaire anti-corruption a éclaté en octobre, des manifestant.e.s ont publié un document, "From Beirut with Love" ("De Beyrouth avec amour"), à l'intention de Minneapolis et des autres villes américaines où ont lieu des protestations.

Dans ce document, une marche à suivre et des conseils à l’intention du manifestant pour faire face aux forces de l'ordre, les vêtements à porter, les objets à avoir dans son sac, comment réagir s’il est touché par une bombe lacrymogène, ou s’il est arrêté par la police.

"Nous reconnaissons que nos expériences et réalités sont différentes", dit le document. "Mais comme nous avons reçu du soutien des manifestants de Hong Kong et du Chili, nous aimerions partager cette solidarité avec vous."