Modifié

Les rodéos sauvages à moto au centre de multiples tensions en France

Dans le quartier des Docks à Saint-Ouen, les riverains se mobilisent contre les rodéos urbains à moto. [Alexandre Habay - RTS]
Les rodéos sauvages à moto au centre de multiples tensions en France / Tout un monde / 6 min. / le 2 juin 2020
Avec le retour des beaux jours, de nombreuses communes françaises retrouvent aussi les affres des rodéos urbains à moto. Sur une seule roue, à grande vitesse, des bandes de jeunes défient la mort sur leurs bécanes, provoquant le ras-le-bol de la population.

Pendant le confinement dû au coronavirus, plusieurs nuits d'émeutes ont éclaté, la police ayant été accusée d'avoir joué un rôle dans des accidents graves lors de tentatives d'interpellations, ce qui n'a pas été confirmé par les enquêtes, à ce stade.

Mais les tensions entre jeunes, police et riverains, sont bien réelles. L'émission Tout un monde s'est penchée sur le phénomène en région parisienne.

Dans le quartier populaire mais rénové des Docks à Saint-Ouen, les riverains ne sont pas tranquilles. Alors que le lieu a tout pour être paisible, un scooter ou une mini-moto peut surgir au milieu des passants à tout moment.

"Ça peut être un scooter qui se met à faire un wheeling sur toute la longueur de la route ou pire qui traverse le parvis de long en large bien trop vite au milieu des enfants qui jouent, des familles qui se promènent. De temps en temps, c'est carrément cinq ou six scooters qui débarquent et qui visiblement se lancent des défis et profitent de ces lignes droites pour faire des pointes de vitesse. C'est souvent le soir, le moment où tout le monde se retrouve", explique Raoul, membre de l'association Mon voisin des Docks, qui a déposé plainte auprès du procureur.

Exploits sur internet

Saisie d’une mini-moto par la police à Viry-Châtillon.  [Police de Viry-Châtillon]Saisie d’une mini-moto par la police à Viry-Châtillon. [Police de Viry-Châtillon]Rencontré à Saint-Ouen, un groupe de jeunes ados ne voit pas où est le problème et accuse la police quand les choses tournent mal. "C'est un moyen de divertissement comme les autres. Les bavures policières, on en a marre", lance l'un d'eux.

Ils disent aussi leur admiration pour les plus grands et leurs exploits motorisés, qu'ils suivent sur internet. Sur une chaîne YouTube connue dans le quartier, des jeunes se livrent à des acrobaties insensées sur les autoroutes au milieu de la circulation.

Dans ce département du 93 au nord de Paris, les tensions avec la police sont récurrentes et peuvent vite dégénérer. Raoul craint aussi des réactions d'habitants excédés.

"Des voisins en ont ras-le-bol. Au début ça part sur des délires, 'on va tendre un câble au milieu de la route, on va leur sauter dessus, on va bousiller leur scooter'. Le problème il est là: c'est d'arriver à garder une sérénité globale et que ça ne déborde pas d'un côté comme de l'autre."

"Pas encore de vraie solution"

A l'autre bout de l'Ile-de-France, à Viry-Châtillon, Manuel Gallet est directeur de la police municipale et il expose les limites de son action.

"On n'intercepte pas. Dès lors qu'il y a une mise en danger possible des autres usagers, voire des fonctionnaires, aucune poursuite n'est engagée contre les fuyards. On facilite les interceptions par des identifications et d'engins et d'individus par des moyens de vidéo", explique-t-il.

Jean-Marie Vilain, le maire de Viry-Châtillon, a initié la loi de 2018 contre les rodéos avec le député de la circonscription.

"Si on a réussi à faire augmenter les peines et a trouvé des circonstances aggravantes à ces rodéos, on n'a pas encore trouvé la vraie solution pour les empêcher de le faire. La meilleure dissuasion reste la confiscation et la destruction des motos", assure-t-il.

Jean-Marie Vilain, maire de Viry-Châtillon, à la pointe de la lutte contre les rodéos urbains. [Alexandre Habay - RTS]Jean-Marie Vilain, maire de Viry-Châtillon, à la pointe de la lutte contre les rodéos urbains. [Alexandre Habay - RTS]

Un révélateur

Le maire évalue la baisse de rodéos à plus de 50% depuis l'adoption de la loi. Mais demeure un certain mystère qui dépasse le pouvoir d'un élu.

"Ils ont cette curieuse idée qu'à partir du moment où ils le font, ils prennent leur responsabilité, mais ils n'envisagent pas la responsabilité vis-à-vis d'autrui. Cela me rend malheureux, je ne sais pas l'expliquer."

Education lacunaire, défi à l'autorité, bras de fer avec les forces de l'ordre: les rodéos urbains ne sont sans doute qu'un révélateur de cassures plus graves qui traversent la société française.

Alexandre Habay

Publié Modifié