Modifié

Ces employés chinois qui fabriquent des smartphones au péril de leur vie

Documentaire: Les sacrifiés du smartphone. [RTS/Java Films]
Documentaire: Les sacrifiés du smartphone. [RTS/Java Films]
Plus grand sous-traitant électronique mondial, l'entreprise chinoise Foxconn a été accusée de recourir à des produits toxiques dangereux. Diffusé par Les Docs, le film "Les sacrifiés du smartphone" retrace la lutte engagée entre 2013 et 2017 par des employés atteints de leucémie ou de paralysie pour faire respecter leurs droits.

Avec son million d'employés, Hon Hai Precision Industry, alias Foxconn, fabrique des composants électroniques pour les plus grandes entreprises informatiques, dont Apple, Microsoft, Samsung, Sony, Motorola, Nintendo, etc. Fondée en 1974 par le Taïwanais Terry Gou, l'entreprise a dû affronter de nombreuses accusations au fil des années concernant le non-respect des conditions de travail: bas salaires, journées à 15 heures de travail, heures supplémentaires non-payées, vol de documents d'identités, usage de produits toxiques sans protection suffisante, humiliations publiques, etc. Suite à une vague de suicides en 2011 et 2011, des enquêtes indépendantes ont été lancées et l'entreprise Foxconn a pris des mesures, dont des hausses de salaires.

Mais en 2013, la chercheuse américaine Heather White, rattachée à un centre d'éthique de Harvard, part en Chine accompagnée de la vidéaste Lynn Zhang. Elles y découvrent des dizaines de jeunes ouvriers hospitalisés pour des expositions au benzène et au n-hexane. Durant les trois années qui suivent, les deux femmes vont récolter des témoignages, en particulier celui de Yi Yeting, un ouvrier cancéreux engagé dans les droits des travailleurs à Guangzhou. Leur film "Les sacrifiés du smartphone" ("Complicit" en anglais) est sorti en 2017. Rediffusée par Les Docs, cette poignante plongée dans la réalité des ouvriers chinois de l'électronique est visible ci-dessus.

Benzène et n-hexane en ligne de mire

Selon les témoignages récoltés, le benzène et le n-hexane étaient alors utilisés pour le nettoyage des écrans dans les usines de Foxconn ou chez ses sous-traitants en raison de leur faible coût. Hautement toxiques, le premier provoque des leucémies tandis que le second endommage le système nerveux et peut entraîner la paralysie. Le benzène est interdit depuis plus de 40 ans dans les pays occidentaux.

Ma journée de travail commençait à 8 h et se terminait à 23h, parfois plus tard. A part manger et dormir, je ne faisais qu'essuyer les écrans.

Fan Qinmei  - victime de lésions neurologiques par n-hexane [Complicit film]
Fan Qinmei - victime de lésions neurologiques par n-hexane

La plupart des ouvriers de Foxconn sont des jeunes qui ont quitté la campagne dans l'espoir de vivre une vie meilleure que leurs parents paysans. En 2017, 260 millions de Chinois avaient quitté leur région natale pour des raisons professionnelles, dont 12 millions d'adolescents. "Nous avons remarqué que la période d'incubation pour les leucémies intervient après 2 à 3 ans d'exposition sur le lieu de travail", indique la documentariste Heather White dans son dossier de presse. Une grande partie des malades ont ainsi moins de 30 ans.

J'ai eu la leucémie à 24 ans. J'avais du mal à le croire parce que j'étais en très bonne santé. A l'armée, j'étais champion d'arts martiaux

Yi Yeting - atteint de leucémie [Complicit film]
Yi Yeting - atteint de leucémie

Une maladie honteuse

L'arrivée de la maladie est très mal vécue psychologiquement par les ouvriers, surpris et mal informés de leurs droits. Des parents de victimes gagnent la ville pour aider leur enfant, qui s'en retrouve extrêmement mal à l'aise. Certaines victimes cachent tout simplement leur maladie à leurs proches.

J'espérais soulager mes parents d'un fardeau. Mais j'ai fini par devenir un fardeau pour eux

Shang Jiaojiao - victime de paralysie par n-hexane [Complicit film]
Shang Jiaojiao - victime de paralysie par n-hexane

Avec l'organisation Labour Action China basée à Hong Kong, Yi Yeting tente de les aider à obtenir une indemnité. Les écueils sont nombreux, entre la bureaucratie et la corruption. S'appuyant sur une liste de versements, Yi Yeting dénonce des pots-de-vin versés par les employeurs aux hôpitaux régionaux et provinciaux.

Yi Yeting se félicite toutefois de quelques avancées: "En tout juste dix ans, nous avons fait modifier trois lois en Chine". Mais le gouvernement local les a menacés de "marcher sur la queue d'un grand tigre". L'organisation a dû régulièrement déménager.

Foxconn affirme interdire ces produits

Foxconn réfute alors tout usage de benzène et de n-hexane dans ses usines. "Le directeur nous a accusés d'avoir transmis la maladie. Il disait que tout allait bien avant que Xiao Hei commence à travailler ici", témoigne une ouvrière.

En 2014, le journal britannique Daily Mail fait sensation en dénonçant "le mystère" des cas de leucémie qui frappent une usine d'iPhone 6 à Shenzen. "Le but de la presse populaire britannique est de s'en prendre à Apple, au Made in China et à Foxconn", réplique le directeur Terry Gou. De son côté, Apple renonce à l'usage de ces deux produits. Toutefois l'annonce laisse sceptiques les ouvriers engagés. "La fabrication d'un téléphone portable nécessite à chaque étape l'utilisation de détergents qui contiennent du benzène (....). Comment l'entreprise peut-elle nous convaincre", s'interroge Yi Yeting.

Des employés victimes d'intoxication demandant l'interdiction de l'utilisation du benzène. [Complicit film]Des employés victimes d'intoxication demandant l'interdiction de l'utilisation du benzène. [Complicit film]

Et aujourd'hui?

Aujourd'hui, a priori, les deux produits controversés ne seraient plus utilisés. "Lors de nos récentes enquêtes dans les usines de Foxconn, nous n'avons pas constaté un usage du benzène ou du n-hexane", indique Elaine Lu du China Labour Watch. Toutefois, elle précise n'avoir pas pu vérifier dans d'autres usines d'Apple. En outre, dans son rapport annuel, l'organisation déplore que Foxconn ne fournisse pas d'équipement de protection adéquat. A noter enfin que la Chine n'a pas encore signé la Convention internationale de 1971 sur le benzène.

Parfois je n'avais même pas le temps de me reposer. Je travaillais trois ou quatre jours de suite sans dormir

Documentaire: Les sacrifiés du smartphone. [RTS/Java Films]
Xiao Ya - victime de lésions neurologiques par n-hexane

Concernant le rythme de travail effréné, également dénoncé dans le film, il semblerait que la situation se soit peu améliorée. "L'intensité du travail reste très élevée", confirme Jenny Chan, sociologue  à l'Université de Hong Kong, co-autrice de "Dying for an iPhone". Même son de cloche du côté du China Labour Watch, qui a constaté que lors du pic des commandes, "les travailleurs effectuaient environ 100 heures supplémentaires par mois, certains même plus de 150 heures supplémentaires par mois". Ceci alors que les heures supplémentaires ne peuvent légalement pas dépasser 36 heures par mois, selon Jenny Chan. Apple a reconnu le problème et a assuré en discuter avec Foxconn.

Quant aux revenus, "il y a eu des améliorations au fil des ans", estime encore Elaine Lu, en faisant par exemple état de 2000 yuans (275 francs) en temps normal et de 3500 (475 francs) lors du pic saisonnier à Zhengzhou. Elle pense toutefois que "les salaires ont augmenté seulement parce que le salaire minimum a augmenté".

Les Docs - Caroline Briner

Publié Modifié

Deux ONG suisses luttent contre le benzène et co-financent le film

Pain pour le prochain et Action de Carême ont participé au financement du film "Les sacrifiés du smartphone".

Estimant que la Suisse porte aussi une part de responsabilité dans le non-respect de la convention, les deux ONG ont par ailleurs examiné en 2016 dans quelles mesures les quatre grands opérateurs de téléphonie mobile suisses assument leur responsabilité sociale, notamment en ce qui concerne le benzène.

Les résultats s'étaient avérés assez médiocres chez les quatre revendeurs, surtout pour Salt et Mobilezone.