Modifié

L'OMS mobilise le monde pour un accès universel aux vaccins - Le suivi du Covid-19 dans le monde

La course au vaccin contre le nouveau coronavirus est lancée (photo prétexte).
pressmaster
Depositphotos [pressmaster - Depositphotos]
La course au vaccin contre le nouveau coronavirus est lancée (photo prétexte).pressmasterDepositphotos [pressmaster - Depositphotos]
De nombreux pays et acteurs économiques privés se sont engagés vendredi à se mobiliser aux côtés de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour accélérer la production de vaccins, traitements et tests de diagnostic contre le nouveau coronavirus et en assurer un accès équitable.

La pandémie recense désormais plus de 2,77 millions de cas dans 193 pays à travers le monde. Parmi eux, au moins 737'000 personnes sont aujourd'hui considérées comme guéries.

Les Etats-Unis paient le plus lourd tribut, avec plus de 50'000 morts pour 884'000 cas. Suivent l'Italie avec 25'969 morts pour 193'00 cas, l'Espagne avec 22'524 morts (219'800 cas), la France avec 22'245 morts (159'800 cas), et le Royaume-Uni avec 19'506 morts (143'500 cas). Au total, le bilan humain mondial se monte à près de 194'000 morts.

Statistiques du coronavirus dans le monde:

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé vendredi, avec l'appui des dirigeants de nombreux pays, une initiative visant à accélérer le développement de tests, de traitements et de vaccins pour lutter contre le nouveau coronavirus et à donner un accès généralisé à ces produits.

Cette initiative présentée au cours d'une conférence de presse virtuelle réunit de nombreux pays, des organisations internationales, des entreprises du secteur privé ainsi que la fondation Bill et Melinda Gates, un des premiers bailleurs de l'OMS.

Le président français Emmanuel Macron, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ou encore le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres ont notamment participé à cette visioconférence. Mais ni la Chine, où les premiers cas du nouveau coronavirus ont été annoncés fin décembre, ni les Etats-Unis, aujourd'hui à l'épicentre de la pandémie avec près de 900'000 cas, dont plus de 50'000 ont jusqu'à présent été mortels, n'étaient représentés.

Concrètement, aucune précision n'a été apportée sur le mécanisme de coopération censé être mis en place dans le cadre de cette initiative.

ÉTATS-UNIS - Plus de 50'000 morts

Le bilan de l'épidémie de coronavirus aux Etats-Unis a franchi la barre des 50'000 morts vendredi après avoir doublé en dix jours, selon les données compilées par l'agence Reuters. Quelque 884'000 Américains ont été contaminés par le SARS-CoV-2 et, en moyenne depuis le début du mois, le bilan est de 2000 décès supplémentaires chaque jour.

Le bilan véritable, tant pour le nombre d'infections que de décès, pourrait même être supérieur aux chiffres officiels, les autorités sanitaires de plusieurs Etats ayant des capacités de dépistage limitées et les décès à domicile n'étant le plus souvent pas pris en compte. Malgré ces chiffres, plusieurs Etats américains, comme le Texas, le Vermont ou la Géorgie, ont décidé de se lancer sur la voie du déconfinement, en autorisant certains commerces à rouvrir.

Par ailleurs, l'économie américaine va probablement connaître une contraction de 12% au deuxième trimestre et le déficit de l'Etat fédéral va grimper à 3700 milliards de dollars (environ 3600 francs), tandis que le taux de chômage au Etats-Unis va certainement atteindre un pic à 16% au troisième trimestre, selon des projections publiées vendredi par l'Office du Budget du Congrès (CBO).

ESPAGNE - Cap des 22'000 décès franchi

L'Espagne a annoncé vendredi que 367 personnes étaient décédées en 24 heures de coronavirus, ce qui constitue le bilan quotidien le plus bas en un mois, portant le nombre total de décès à 22'524.

Troisième pays du monde le plus endeuillé par la pandémie, l'Espagne n'avait pas annoncé de bilan quotidien aussi bas depuis les 394 décès du 22 mars, selon le ministère de la Santé.

Les régions les plus endeuillées sont celle de Madrid avec 7765 morts, la Catalogne (4393) et Castille-la-Manche (2259).

Dans tout le pays, 35'295 membres du personnel de santé ont été contaminés.

ITALIE - Un mémorial virtuel pour les victimes

L'épidémie de COVID-19 a fait 420 morts en 24 heures en Italie, soit le bilan le plus faible depuis le 19 mars, mais le nombre de nouveaux cas est remonté à 3021, alors qu'il était de 2646 jeudi, selon le bilan communiqué vendredi par la Protection civile. Le bilan quotidien était jeudi de 464 décès.

Face à cette hécatombe, plusieurs journaux ont décidé de créer un mémorial sur internet afin de rendre hommage aux victimes. Lancé à l'initiative du groupe de presse Gedi (La Repubblica, La Stampa et plusieurs journaux locaux), "Memorie" publie les photos des victimes et les avis nécrologiques publiés dans les pages locales de tous ces quotidiens.

>> Les explications du correspondant de RTSinfo Eric Jozsef:

Le site permet de mettre un nom et un visage sur les milliers de victimes du coronavirus. [La Stampa]La Stampa
Un mémorial sur internet pour les victimes du Covid-19 en Italie / La Matinale / 1 min. / le 23 avril 2020

FRANCE - Flambées de violences urbaines

Les violences urbaines survenues ces derniers jours dans une quinzaine de quartiers ont donné lieu à une cinquantaine d'interpellations, a annoncé vendredi le ministère français de l'Intérieur.

"En ce moment il y a (...) un certain nombre de phénomènes de violences urbaines (...) et non pas d'émeutes ", a déclaré le Secrétaire d'État Laurent Nuñez vendredi, précisant que ces "phénomènes de violences urbaines" faisaient l'objet d'"une réponse de fermeté" de la part des autorités.

Depuis l'entrée en vigueur du confinement en France le 17 mars, près de 16 millions de contrôles et un peu plus de 900'000 verbalisations ont été effectués sur l'ensemble du territoire français, a-t-il dit.

Par ailleurs, la compagnie aérienne Air France va recevoir un total de 7 milliards d'euros de prêts bancaires et de l'Etat français pour faire face à la crise du coronavirus, mais sa nationalisation n'est pas à l'ordre du jour, a annoncé vendredi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE - Déconfinement accéléré

Parmi les premiers pays à avoir pris des mesures drastiques contre le coronavirus, la République tchèque sera également l'un des premiers à relâcher sensiblement ses mesures de confinement. Dès lundi, les grands magasins pourront rouvrir, tout comme les salles de sport ou les librairies.

Ce plan en cinq étape entrera dans sa phase finale le 25 mai, date à laquelle Prague entend pouvoir rouvrir les restaurants, les hôtels, et tout ce qui est lié au domaine de l'hôtellerie.

La République tchèque sera en avance également sur la question des déplacements internes et extérieurs. Les interdictions de mouvement sont désormais abrogées sous certains conditions, rendant possibles les voyages à l'étranger. Les voyageurs devront toutefois présenter un test négatif au covid-19 à leur retour ou observer une quarantaine.

Le pays s'est illustré en début de crise par des mesures drastiques et rapides, comme un dépistage intensif et le port du masque obligatoire dans l'espace public. Cette politique semble aujourd'hui porter ses fruits: ce pays de plus de 10 millions d'habitants ne compte que 7000 cas positifs et 200 décès.

>> Voir le sujet du 12h45:

Des Tchèques font la queue pour se faire tester au Covid-19 le 23 avril à Prague, alors que le pays a annoncé un plan inédit de déconfinement. [Michal Cizek - AFP]
La Tchéquie va accélérer son déconfinement, deux semaines plus tôt que prévu. Un assouplissement qui se fera par étapes. / 12h45 / 1 min. / le 24 avril 2020

CHINE - Deuxième vague redoutée

En Chine, certaines villes du nord du pays déploient de nouvelles mesures de confinement partiel pour éviter une deuxième vague de Covid-19. Elles témoignent de la difficulté du pays à se remettre complètement du virus, au moment où il tente de relancer son économie paralysée pendant de nombreuses semaines.

A Harbin, 10 millions d’habitants, capitale du Heilongjiang au nord-est du pays, plusieurs quartiers sont bouclés ou sous observation. A Pékin, le district de Chaoyang, quartier central qui héberge les ambassades, est labellisée zone à risque. S’y aventurer, c’est voir le code santé de son téléphone virer au rouge et se voir refuser l’accès à divers services ou l’entrée dans les restaurants…

>> Ecouter le reportage du 12h30 de la RTS vendredi:

Deux soldats chinois dans une avenue de Pékin, le 15 avril 2020. [Tingshu Wang - Reuters]Tingshu Wang - Reuters
La Chine se bat pour contrer une deuxième vague d’infection / Le 12h30 / 1 min. / le 24 avril 2020

Selon ses chiffres, la Chine comptait vendredi 82'804 contaminations au SRAS-CoV-2 et 4632 décès, soit le 9ème total mondial.

>> Lire aussi: "Face à un virus inconnu, tout le monde doit apprendre" plaide l'ambassadeur chinois en Suisse

BRÉSIL - Nouveau ministre de la Santé en fonction

Le Brésil a enregistré environ 400 nouveaux décès du Covid-19 en 24 heures, un chiffre record depuis le début de l'épidémie qui porte à plus de 3300 le bilan total des morts dans ce pays, a indiqué jeudi le ministère de la Santé.

Les courbes de morts et de nouveaux cas restent ascendantes dans un pays où le président Jair Bolsonaro manifeste régulièrement son impatience face aux mesures de restriction décidées par les gouverneurs locaux.

Le nouveau ministre de la Santé, Nelson Teich, qui a pris ses fonctions vendredi après le limogeage controversé de son prédécesseur, a jugé prématuré d'attribuer cette hausse du nombre de décès à une recrudescence de la maladie du Covid-19, la raison pouvant être aussi une augmentation des tests.

Mercredi, ce dernier avait affirmé que le gouvernement du Brésil, première économie latino-américaine, travaillait à un plan pour faire redémarrer l'activité, conformément aux souhaits du président.

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié