Modifié le 15 avril 2020 à 20:43

Les femmes cheffes d'Etat s'en sortent-elles mieux que les hommes ?

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern.
Les femmes de pouvoir et la crise du coronavirus Forum / 4 min. / le 15 avril 2020
Durant la pandémie de Covid-19, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, l'Allemagne ou Taïwan partagent le point commun de présenter des taux de mortalité exceptionnellement bas, mais aussi d'être gouvernés par des femmes. Si celles-ci se sont démarquées par une communication originale, il serait toutefois abusif de parler de lien causal.

Cette liste non-exhaustive de pays gouvernés par des femmes a rapidement provoqué un emballement sur les réseaux sociaux, où les discours vantant les mérites de ces femmes dirigeantes se sont multipliés. Pour beaucoup, c'est leur réactivité qui a fait la différence.

À Taïwan, la présidente a mis en place, dès le mois de janvier, plus d'une centaine de mesures pour lutter contre l'épidémie. En Europe, la chancelière allemande Angela Merkel a rapidement averti que le virus pourrait infecter jusqu'à 70% de la population et lancé un plan d'aide économique. La Première ministre islandaise a quant à elle décidé d'offrir à tous ses concitoyens la possibilité d'être testés gratuitement.

Parmi les exemples les plus impressionnants de bonne gestion de crise, la Nouvelle-Zélande déplore seulement neuf décès sur près de 5 millions d'habitants. La Première ministre Jacinda Ardern vient d'annoncer que son gouvernement et elle renonçaient à 20% de leur salaire pendant 6 mois, soit une économie conséquente et, surtout, une leçon de leadership doublée d'une belle opération de communication.

Une communication inspirée

À l'image de Jacinda Ardern, plusieurs dirigeantes ont adopté des mesures de communication plutôt originales. La Première ministre finlandaise Sanna Marin, 34 ans, a décidé de faire appel aux influenceurs pour diffuser des messages de prévention et ainsi mieux toucher les adolescents sur les réseaux sociaux.

Les Premières ministres danoise et norvégienne sont même allées plus loin en donnant des conférences de presse directement à des jeunes enfants, qui pouvaient poser toutes leurs questions sur le virus.

Enfin, en Suisse, la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga s'est démarquée en écrivant une lettre à la population.

Un lien à relativiser, mais...

Mais si les femmes dirigeantes semblent plus innovantes dans leur communication et leur lutte contre la pandémie, cela n'a sans doute pas grand-chose à voir avec leur genre. Le président sud-coréen ou le Premier ministre canadien, pour ne citer qu'eux, parviennent également à endiguer l'épidémie avec succès dans leurs pays respectifs.

De plus, d'autres facteurs sont prépondérants, comme leur orientation politique, les politiques des gouvernements précédents, la situation géographique ou encore la taille du pays.

Si une corrélation peut donc être constatée entre la présence d'une femme aux commandes et une meilleure gestion de l'épidémie, il n'y a donc sans doute pas de lien de causalité.

Mais pour l'économiste et militante féministe Rebecca Amsellem, si les femmes font meilleure figure dans ce contexte de crise sanitaire, ce n'est pas parce qu'elles ont des qualités ou des valeurs différentes, spécifiquement féminines, mais peut-être parce qu'elles ont dû faire preuve de davantage de compétences pour parvenir à ce poste. Et qu'elles ont donc, simplement, les qualités nécessaires pour diriger un pays.

Zoé Decker

Texte web: jop

Publié le 15 avril 2020 à 20:40 - Modifié le 15 avril 2020 à 20:43