Publié le 24 mars 2020 à 22:44

Couvre-feux et confinements en Afrique où le coronavirus progresse

Un marché de rue à Luanda, en Angola. La capitale du pays a vécu le premier jour des mesures restrictives le 24 mars pour éviter la propagation du Covid-19: au moins deux semaines de suspension des écoles, des événements sportifs et culturels, des services religieux, entre autres.
Un marché de rue à Luanda, en Angola. La capitale du pays a vécu le premier jour des mesures restrictives le 24 mars pour éviter la propagation du Covid-19: au moins deux semaines de suspension des écoles, des événements sportifs et culturels, des services religieux, entre autres. [Ampe Rogerio - Keystone/epa]
Le Sénégal, la Côte d'Ivoire et la Sierra Leone sont passés sous le régime de l'état d'urgence sanitaire et du couvre-feu nocturne dans une Afrique gagnée progressivement par la contagion du coronavirus contre laquelle l'Afrique du Sud se prépare au confinement.

L'Afrique a été jusqu'à présent relativement épargnée par la pandémie: quelque 1800 cas, dont près de 60 morts, contre plus de 380'000 cas d'infection et près de 17'000 décès au total sur la planète, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à midi (heure suisse).

Mais la faiblesse des systèmes de santé des pays africains suscite de vives craintes.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a annoncé mardi devant l'Assemblée nationale qu'un "vrai paquet financier" allait être mobilisé pour aider les pays les plus vulnérables, notamment en Afrique.

Sénégal

"Je vous le dis avec solennité, l'heure est grave", a mis en garde lundi soir le président sénégalais Macky Sall, en annonçant avoir ordonné "l'état d'urgence", assorti d'un couvre-feu nocturne.

Pour atténuer l'impact économique et social au Sénégal, un fonds "de riposte et de solidarité" va être doté d'environ 1,5 milliard d'euros, dont 75 millions d'euros destinés à de l'aide alimentaire d'urgence.

Au marché de Sandaga à Dakar, les mêmes mots reviennent dans la bouche des petits boulots qui vivent de la vente de tissus colorés, de souvenirs, de colifichets et de chaussures à bas prix: "C'est très, très dur. Tu as vu ?", dit chaque interlocuteur en désignant la place habituellement grouillante et désertée par les clients et les touristes.

Manar Ndao, employé d'un commerce de tissus, n'a "pas 5000 francs CFA (7,9 francs) d'avance", quatre enfants à nourrir, pas de parents pour le soutenir et tout ce qu'il gagne "ça part" le jour même.

"Les gens ici, avant de mourir du truc là – comment ça s'appelle? – ils vont mourir de faim", dit Sabah Amar, caissière désoeuvrée et abattue dans un magasin de souvenirs: "Je préfère que tout ferme. De toute façon, on ne vend rien. Sinon, on va tous mourir".

Côte d'Ivoire

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a également décrété lundi soir l'état d'urgence, assorti d'un couvre-feu nocturne. L'exécutif se réserve le droit de confiner certaines zones géographiques du pays en fonction de l'évolution de la maladie.

Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, a  annoncé s'être placé en "auto-confinement" après avoir été "récemment en contact" avec une personne atteinte.

"Et maintenant on fait comment ?" s'interroge Nemy Fery, le patron d'un "maquis" du grand quartier populaire de Yopougon, à Abidjan. "On ferme les maquis, les restaurants, mais comment on fait pour nourrir nos familles ? Je vais essayer de faire des plats à emporter, je vais aussi chercher un autre travail", dit-il.

Afrique du Sud

L'épidémie continue de s'étendre rapidement en Afrique du Sud, pays le plus touché sur le continent.

Le nombre de contaminations officiellement recensé a atteint mardi 554, un bond de plus de 150 cas en 24 heures. Le ministre de la Santé Zweli Mkhize dit s'attendre à ce que ces chiffres soient "multipliés par trois ou quatre" au cours des deux prochaines semaines.

Des bénévoles de l"Opération Covid-19" distribuent des papillons d'information ainsi que du savon aux résidents du Township de Diepsloot à Johannesburg. Afrique du Sud, le 21 mars 2020.
Des bénévoles de l"Opération Covid-19" distribuent des papillons d'information ainsi que du savon aux résidents du Township de Diepsloot à Johannesburg. Afrique du Sud, le 21 mars 2020. [Kim Ludbrook - Keystone/epa]

Lundi soir, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a ordonné un confinement national de trois semaines afin de "prévenir une catastrophe humaine aux proportions énormes". L'armée est mobilisée pour le faire respecter.

Nombulelo Tyokolo, 41 ans, employée vivant à Khayelitsha, un township du Cap, envisage le confinement avec anxiété. Elle n'a pas beaucoup de nourriture: "A l'idée de passer 21 jours enfermée, j'ai peur, je me fais du souci, je panique". Et puis comment faire quand on vit dans une seule pièce avec un fils de quatre ans et qu'il "chercher l'eau dehors et sortir pour aller aux toilettes".

Le reste du continent africain

Des couvre-feux ont également été décidés ailleurs, notamment en Mauritanie, en Egypte et au Gabon.

Dans l'Est, les cas ont doublé au Rwanda (36) et le Soudan du Sud a annoncé la fermeture des ses frontières, sauf pour le ravitaillement en vivres et en carburant.

Au Burkina Faso, le nombre de cas confirmé est passé à 114 (+15), et quatre décès.

Le petit archipel du Cap-Vert, a annoncé mardi un premier décès, celui d'un britannique de 62 ans sur l'île touristique de Boavista.

Un premier mort avait été enregistré lundi au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, et au Zimbabwe.

En Afrique subsaharienne, le confinement concerne aussi le Rwanda, l'île Maurice, les deux plus grandes villes de Madagascar et Lubumbashi, la capitale économique de République démocratique du Congo.

En Afrique du Nord, il est en vigueur en Tunisie et en Algérie – "confinement total" dans la région de Blida, nocturne dans celle d'Alger.

L'état d'urgence est activé en Namibie depuis une semaine. Depuis mardi, tous les salariés du privé et du public doivent travailler de chez eux, à l'exception des fonctions essentielles.

Le président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio, a décrété mardi l'état d'urgence "pour une période de 12 mois".

afp/sjaq

Publié le 24 mars 2020 à 22:44