Modifié

La barre des 1000 décès dus au Covid-19 a été franchie jeudi en Italie

Un hôpital d'urgence à Brescia, en Italie. [Claudio Furlan - LaPresse/AP/Keystone]
Un hôpital d'urgence à Brescia, en Italie. [Claudio Furlan - LaPresse/AP/Keystone]
Pays d'Europe le plus touché par la pandémie de Covid-19, l'Italie a dépassé jeudi le cap des 1000 morts. Le nombre "probable" de cas explose par ailleurs au Royaume-Uni, qui annonce de nouvelles mesures, et la France ferme ses écoles et universités.

La protection civile italienne a fait état, jeudi en fin de journée, d'un total de 1016 décès pour plus de 15'000 cas enregistrés. Le nombre de décès supplémentaires (189) est sensiblement le même que celui annoncé mercredi (196).

La région la plus touchée reste la Lombardie (nord), avec 744 morts et 8725 cas détectés, suivie par l'Emilie-Romagne (centre-nord), 146 morts et 1947 cas. Seules cinq régions italiennes n'ont pas enregistré de décès.

>> Les hôpitaux italiens débordés par les victimes du coronavirus:

Les hôpitaux italiens sont débordés par les victimes du coronavirus. [RTS]
Les hôpitaux italiens sont débordés par les victimes du coronavirus. / 19h30 / 2 min. / le 12 mars 2020

Milliers de cas estimés au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, le nombre de personnes infectées par le nouveau coronavirus se situe "probablement" entre 5000 et 10'000 personnes, selon l'estimation d'un conseiller du gouvernement et alors que le nombre officiel de cas recensés n'est que de 590.

"Nous sommes sur une trajectoire qui nous montre que nous sommes quatre semaines derrière l'Italie et d'autres pays européens" a précisé ce conseiller, Patrick Vallance.

Retarder le pic de la crise

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé jeudi le passage à une nouvelle phase de son plan d'action, destinée à retarder le pic de la crise jusqu'aux beaux jours dans le but de soulager la pression sur les services de santé.

Concrètement, le gouvernement recommande désormais que quiconque présente des symptômes, même légers, s'isole pour sept jours. Mais le Royaume-Uni n'envisage pas à ce stade d'interdire les rassemblements de masse ou de fermer les écoles.

Plus de 131'000 cas dans le monde

Dans le monde, plus de 131'000 cas de contamination ont été recensés dans plus de cent pays et territoires, causant la mort de 4923 personnes, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 18h00.

>> La carte de la pandémie par pays (actualisée le 12.03):

Espagne: le pays a vu le nombre de cas confirmés bondir à près de 3000 jeudi et le nombre de morts quasiment doubler à 84. Une ministre fait partie des personnes atteintes. La région de Madrid, la plus touchée du pays et qui a fermé toutes ses écoles depuis mercredi, représente près de la moitié des cas avec 1388 personnes contaminées.

Le gouvernement a convoqué jeudi un Conseil des ministres extraordinaire pour adopter un "plan d'urgence" face aux conséquences économiques de l'épidémie. Quatre localités de Catalogne ont été placées sous confinement. Les quelque 66'000 habitants de quatre municipalités (Igualada, Odena, Santa Margarida de Montbui et Vilanova del Cami) peuvent sortir de chez eux mais "ne peuvent pas quitter leur agglomération" depuis 21h00 jeudi, a annoncé le service de protection civile de la région.

France: alors que le dernier bilan fait état de 61 morts et 2876 cas, le gouvernement a demandé la "déprogrammation immédiate des interventions chirurgicales non urgentes" afin de libérer des lits de réanimation.

Dans une intervention télévisée à 20h00, le président Emmanuel Macron a annoncé que les crèches, établissements scolaires et universités seraient fermés à partir de lundi prochain et "jusqu'à nouvel ordre". Il a également appelé les Français à limiter "au strict nécessaire" leurs déplacements. Il a en revanche confirmé le maintien du premier tour des élections municipales dimanche.

>> Les précisions de La Matinale:

Emmanuel Macron.
Toutes les écoles fermées en France à cause du coronavirus / La Matinale / 2 min. / le 13 mars 2020

Portugal: toutes les écoles seront fermées à partir de lundi et le resteront au moins jusqu'à Pâques, a décidé le gouvernement jeudi soir. Les principales universités portugaises avaient déjà suspendu les cours à quelque 370'000 étudiants.

Belgique: écoles, cafés, restaurants et discothèques vont être fermés et tous les rassemblements annulés "peu importe leur taille", a annoncé jeudi soir la Première ministre Sophie Wilmès. La fermeture des écoles, au niveau national, sera effective à compter du week-end et "jusqu'au vendredi 3 avril inclus".

République tchèque: elle a décrété un état d'urgence de 30 jours, tout en fermant ses frontières aux voyageurs des "zones à risque", soit quinze pays dont l'Allemagne, la France, la Suisse et le Royaume-Uni.

"Nous avons aussi interdit aux citoyens tchèques d'entrer dans ces zones à risque", a précisé le Premier ministre Andrej Babis, qui a annoncé également l'interdiction des événements culturels ou autres rassemblant plus de 30 personnes et la fermeture des restaurants entre 20h00 et 06h00.

Pologne: elle a enregistré le premier décès lié au coronavirus, à Poznan dans l'ouest du pays, alors que le nombre de cas est monté à 47. La patiente de 57 ans avait été hospitalisée récemment dans un état critique dû à une pneumonie. La Pologne a interdit les rassemblements de masse et étendu les contrôles sanitaires déjà en place aux frontières allemande et tchèque à celles avec l'Ukraine, la Biélorussie, la Lituanie et la région russe de Kaliningrad.

Slovaquie: elle a annoncé la fermeture de ses frontières à tous les étrangers à l'exception des Polonais, afin de combattre le coronavirus. La fermeture de tous les aéroports internationaux, écoles, établissements culturels et de loisirs est également décidée.

Grèce: elle a annoncé elle aussi son premier mort, un sexagénaire ayant voyagé fin février en Israël. Le pays totalise 117 cas confirmés.

Allemagne: la CDU de la chancelière Angela Merkel a annoncé le report de son congrès extraordinaire prévu le 25 avril à Berlin pour désigner son nouveau chef de file.

Irlande: le Premier ministre Leo Varadkar a annoncé la fermeture jusqu'au 29 mars des crèches, des établissements scolaires et des universités. Il a également recommandé l'annulation des rassemblements pour enrayer la propagation du coronavirus.

USA: les Etats-Unis ont dépassé mercredi la barre des 1300 cas d'infection et une trentaine de personnes sont décédées, selon l'université américaine Johns Hopkins.

Iran: Téhéran a annoncé jeudi 75 morts supplémentaires, soit le plus lourd bilan journalier depuis le début de l'épidémie dans le pays, qui a désormais dépassé officiellement la barre des 10'000 personnes contaminées.

Les autorités ont appelé à la responsabilité du Fonds monétaire international, à qui elles disent avoir demandé de l'aide - fait très exceptionnel.

Mais ces chiffres sont de plus en plus contestés. Près de 70 médecins et membres du personnel de santé iraniens exilés, dont un en Suisse, demandent au directeur général de l'OMS une action face au régime iranien.

S'appuyant sur les témoignages de leurs collègues restés au pays, ils accusent le gouvernement de cacher la situation du Covid-19 en Iran. Selon eux, environ 100 collègues sont décédés. Comme d'autres avant eux, ils ciblent les autorités pour ne pas avoir confiné la ville de Qom, épicentre du virus dans le pays.

Philippines: le président Rodrigo Duterte a annoncé la mise en quarantaine de la capitale, Manille, où les grands rassemblements sont désormais interdits et les écoles fermées pendant un mois pour endiguer la propagation du coronavirus.

>> Lire aussi: La propagation du coronavirus est particulièrement rapide en Suisse

agences/ebz

Publié Modifié

Pandémie "maîtrisable" selon l'OMS

La pandémie est "maîtrisable", a affirmé jeudi le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au cours d'une réunion avec les Etats membres au siège de cette agence spécialisée de l'ONU à Genève.

"Pour sauver des vies, nous devons réduire la transmission. Cela signifie qu'il faut trouver et isoler le plus grand nombre de cas possibles, et mettre en quarantaine leurs contacts les plus proches", a expliqué Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"Même si vous ne pouvez pas arrêter la transmission, vous pouvez la ralentir et protéger les établissements de santé, les maisons de retraite et d'autres espaces vitaux - mais seulement si vous testez tous les cas suspects", a-t-il averti.