Modifié

Le coronavirus a fait plus de 3000 morts dans le monde

Des Coréens du Sud regardent les nouvelles à la télévision, le 2 mars 2020. [Jeon Heon-Kyun - Keystone/epa]
Des Coréens du Sud regardent les nouvelles à la télévision, le 2 mars 2020. [Jeon Heon-Kyun - Keystone/epa]
Le bilan de l'épidémie de nouveau coronavirus a dépassé lundi les 3000 morts dans le monde et continue d'avoir de sérieuses conséquences partout à travers la planète. Le nombre de cas a notamment explosé en Italie et en Corée du Sud.

Le niveau de risque lié au nouveau coronavirus au sein de l'Union européenne est passé de "modéré" à "élevé", a annoncé lundi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) "a annoncé aujourd'hui (lundi) que le niveau de risque a été porté de modéré à élevé pour les habitants dans l'Union européenne", a déclaré Ursula  von der Leyen lors d'un point presse.

"En d'autres termes, le virus continue de se propager", a-t-elle précisé.

Selon la commissaire à la Santé Stella Kyriakides, le dernier bilan pour l'UE fait état de 2100 cas confirmés dans 18 pays membres, et 38 décès. La plupart des décès ont été enregistrés en Italie selon l'ECDC (35), qui en compte également deux en France et un à San Marin.

>> Ecouter les précisions d'Alain Franco depuis Bruxelles:

Les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen Ursula von der Leyen et Charles Michel, en compagnie du négociateur européen Charles Michel. [Ursula von der Leyen sur Twitter]Ursula von der Leyen sur Twitter
La Commission européenne se réunit et coordonne une équipe spéciale contre le coronavirus / Le 12h30 / 2 min. / le 2 mars 2020

Recul des nouveaux cas quotidiens en Chine

En Chine, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès, portant le bilan de la maladie dans le pays à 2912 morts et celui dans le monde à plus de 3000. Les 202 nouveaux cas signalés lundi en Chine continentale constituent toutefois le plus faible chiffre quotidien depuis fin janvier.

En dehors de la province du Hubei, à l'épicentre de l'épidémie, une reprise de l'activité, paralysée depuis fin janvier, est perceptible dans le pays, avec la réapparition de quelques embouteillages à Pékin aux heures de pointe. L'épidémie de Covid-19 semble faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes ont visé plus de 50 millions de personnes. Mais elle continue de s'aggraver dans plusieurs autres pays du monde.

>> Lire aussi: La Confédération renforce les mesures contre le coronavirus

Intense campagne de dépistage en Corée du Sud

La Corée du Sud, le deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé lundi près de 600 cas supplémentaires, portant le bilan à plus de 4300 personnes contaminées. Huit nouveaux décès ont été annoncés, ce qui porte le total à 26 morts en Corée du Sud.

Le nombre de cas monte en flèche depuis quelques jours en Corée du Sud en raison notamment d'une intense campagne de dépistage.

Le Louvre fermé

La France, nouveau foyer aigu de la contamination en Europe, recense 130 cas et deux morts.

Le Musée du Louvre, lieu emblématique du tourisme dans la capitale française qui a accueilli 9,6 millions de visiteurs en 2019, est resté fermé dimanche. Le personnel a invoqué son droit à cesser le travail en cas de danger, a annoncé la direction, sans préciser si l'établissement rouvrirait lundi.

>> Lire: Face au coronavirus, les employés du Louvre évoquent un "droit de retrait"

L'écrivain Luis Sepúlveda infecté

Le salon Livre Paris, grand rendez-vous de l'édition francophone qui devait se tenir du 20 au 23 mars, a été annulé. Et le célèbre écrivain chilien Luis Sepúlveda, qui réside dans le nord de l'Espagne, a contracté le coronavirus, selon les autorités sanitaires du Portugal où il s'est rendu récemment.

En Italie, quelque 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, un bond spectaculaire qui porte le nombre de contagions à près de 1700 dans le pays. Cinq nouveaux décès ont par ailleurs été rapportés, portant le bilan à 34 morts dans la péninsule, toujours dans trois régions du nord du pays: Lombardie, Emilie-Romagne et Vénétie.

L'Allemagne enregistre pour sa part 129 cas. Plus de de la moitié des malades allemands viennent de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), là où un couple infecté avait participé fin février au carnaval de Heinsberg.

L'Iran a fait état dimanche de 11 nouveaux décès, portant le bilan officiel à 54 morts. Le service en farsi de la BBC évoque cependant un bilan beaucoup plus lourd – au moins 210 morts – un chiffre démenti par les autorités.

Mortalité de 2 à 5%

Un deuxième décès, également dans l'Etat de Washington (nord-ouest), a été annoncé aux Etats-Unis, où 21 cas ont été recensés, auxquels s'ajoutent 47 malades rapatriés dans le pays. Plusieurs patients diagnostiqués ces derniers jours n'avaient aucun lien connu avec un foyer de l'épidémie, ce qui laisse penser que la maladie commence à se propager sur le sol américain, encore très épargné.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a porté en fin de semaine à "très élevé", son niveau de menace le plus élevé. Elle a averti que se croire à l'abri du Covid-19 serait une "erreur fatale".

L'agence des Nations unies a rappelé que les symptômes sont bénins pour la plupart des malades, sérieux (pneumonies) pour 14% d'entre eux, et que 5% des personnes atteintes se trouvent dans un état critique. Le taux de mortalité semble être de 2 à 5%, selon l'OMS, qui a pressé dimanche les pays à travers le monde à s'approvisionner en dispositifs médicaux d'assistance respiratoire, indispensables pour traiter les patients atteints de la forme sévère de la maladie.

L'épidémie est particulièrement inquiétante en ce qui concerne les pays pauvres, mal équipés pour la détecter et la combattre.

La République Dominicaine – qui partage l'île d'Hispaniola avec Haïti, le pays le plus pauvre des Amériques – est devenue le quatrième pays d'Amérique latine touché par le coronavirus, avec l'annonce d'un premier cas dimanche, un voyageur italien.

ats/sjaq

Publié Modifié

La croissance mondiale pour 2020 revue en forte baisse par l'OCDE

Le coronavirus va freiner très fortement l'économie mondiale en 2020, selon l'OCDE, qui a ramené lundi sa prévision de croissance planétaire de 2,9% à 2,4%, et mis en garde contre un scénario encore plus noir si l'épidémie devait s'aggraver.

Une perte d'un demi-point de pourcentage pour la croissance mondiale repose sur "l'hypothèse que le pic épidémique sera atteint en Chine au premier trimestre 2020 et que dans les autres pays, l'épidémie se révélera plus modérée et circonscrite", précise l'OCDE.

Une épidémie plus durable, qui s'étendrait largement en Asie-Pacifique, en Europe et en Amérique du Nord, pourrait même diviser par deux la croissance mondiale cette année, avertit l'organisation.

afp/sjaq