Modifié

Les nouveaux cas de coronavirus à l'étranger ont dépassé ceux en Chine

Les nouveaux cas de coronavirus à l'étranger ont dépassé ceux en Chine. [Aly Song - Reuters]
Les nouveaux cas de coronavirus à l'étranger ont dépassé ceux en Chine. [Aly Song - Reuters]
Le nombre de nouveaux cas de coronavirus à l'étranger a dépassé mardi pour la première fois celui de ceux qui ont été diagnostiqués le même jour en Chine, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'Organisation Mondiale de la Santé a communiqué un bilan officiel mercredi soir: le Covid-19 a provoqué plus de 81'000 contaminations – dont plus de 2900 confirmées hors de Chine – et 2761 morts dans le monde.

Selon les indications de l'OMS, 411 nouveaux cas ont été observés mardi en Chine et 427 dans les autres pays. "Nous ne devrions pas être trop impatients" d'utiliser l'appellation de pandémie, a toutefois expliqué mercredi Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, dans un discours devant les Etats membres de l'institution. Selon lui, aucun avantage ne peut être attendu d'un recours imprudent à une telle annonce qui pourrait en revanche provoquer craintes et stigmatisation.

>> Lire aussi: Interdiction de sortie pour des recrues au Tessin en raison du coronavirus, cas suspects à Neuchâtel  et En Suisse, les entreprises prennent des mesures contre le coronavirus

"Nous n'hésiterons pas" à parler de pandémie si la situation la reflète, a-t-il toutefois ajouté. Mais l'OMS n'observe pas de propagation "durable" et "intensive" dans les communautés, ni d'un nombre "grave" de décès dans une grande proportion.

Italie: le pays européen le plus touché

L'Italie a annoncé mercredi soir son douzième décès dû au nouveau coronavirus, qui a désormais contaminé 400 personnes dans le pays. L'Italie est le pays le plus touché d'Europe et est devenu une plateforme de diffusion sur le continent où plusieurs cas enregistrés dans d'autres pays concernent des personnes s'étant rendues dans les zones du Nord touchées par le virus.

La dernière victime en date est un homme de 69 ans mort en Emilie-Romagne. Toutes les personnes décédées en Italie à cause de ce coronavirus apparu en Chine étaient âgées et la plupart souffraient déjà de problèmes de santé.

Les pays voisins se sont engagés à garder leurs frontières ouvertes lors d'une réunion ministérielle mardi à Rome. Mais la France "invite" ses ressortissants à éviter les régions d'Italie les plus touchées.

La Russie également déconseille à ses ressortissants de se rendre en Italie, de même qu'en Iran ou en Corée du Sud.

>> L'interview de Bertrand Kiefer, directeur et rédacteur en chef de la Revue médicale suisse, dans La Matinale:

La Suisse désormais touchée par le coronavirus: interview de Bertrand Kiefer (vidéo) [RTS]
La Suisse désormais touchée par le coronavirus: interview de Bertrand Kiefer (vidéo) / La Matinale / 8 min. / le 26 février 2020

France: deuxième décès

La France a quant à elle enregistré mercredi sa deuxième victime. Il s'agit d'un homme de nationalité française de 60 ans hospitalisé la veille à Paris.

"L'homme a été testé en urgence mardi à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière dans un état gravissime et (il) est malheureusement décédé dans la nuit", ont annoncé les services de santé français.

L'entrée de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. [Kenzo Tribouillard - AFP]L'entrée de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. [Kenzo Tribouillard - AFP]

Cet enseignant de 60 ans pourrait ne pas avoir voyagé dans une zone touchée par le coronavirus, a précisé le ministère.

En comptant ce patient décédé, cinq nouveaux cas ont été confirmés en France entre mardi soir et mercredi matin.

Pour l'heure, le bilan de la maladie Covid-19 en France est de deux morts – le Français de 60 ans et un touriste chinois de 80 ans – pour 18 cas d'infection enregistrés.

Grèce: un premier cas

Le ministère grec de la Santé a annoncé mercredi un premier cas de contamination au coronavirus, une femme de 38 ans, qui avait récemment voyagé en Italie du Nord.

Cette femme se trouve actuellement dans un hôpital de Thessalonique, deuxième ville grecque dans le nord du pays, et est "en bon état de santé", précisent les autorités.

Le gouvernement a adopté mardi un décret prévoyant des interdictions temporaires de déplacement vers et depuis les pays touchés mais aussi la fermeture des écoles ou des salles de spectacle si l'épidémie devenait massive.

Brésil: premier cas en Amérique latine

Le coronavirus est arrivé en Amérique latine, vaste continent jusqu'ici épargné par l'épidémie, en y entrant par le Brésil, où un premier cas de contamination a été confirmé mercredi sur un patient de Sao Paulo (Sud-Est) ayant séjourné en Italie.

Ce Brésilien de 61 ans a séjourné du 9 au 20 février en Lombardie, dans le Nord de l'Italie, devenue un important foyer de propagation: "Il est arrivé (au Brésil) sans aucun symptôme de type fébrile et il a eu une réunion familiale" le lendemain, a expliqué le ministre brésilien de la Santé.

La nouvelle a immédiatement provoqué la chute de la Bourse de Sao Paulo, qui perdait mercredi 6,87% vers la fin de séance.

Corée du Sud: un millier de cas

En Corée du Sud, le nombre de contaminations a bondi pour dépasser le millier de cas (1261 au total). Un chiffre annoncé mercredi, en hausse de 284 par rapport à la veille. Ce pays déplore 12 décès: c'est le premier foyer mondial de contamination après la Chine.

L'armée américaine, qui compte actuellement 28'500 soldats dans le pays, a annoncé que l'un d'entre eux avait contracté le virus près de Daegu.

La Corée du Nord a déployé de son côté toute une série de mesures "extraordinaires" pour faire face au coronavirus. Les consignes d'hygiène sont martelées par des haut-parleurs, les diplomates sont confinés dans leurs ambassades et les médias officiels exigent une "obéissance absolue".

Iran: quatre nouveaux décès

En Iran, le dernier bilan de la flambée épidémique liée au nouveau coronavirus s'établit désormais à 139 cas de contamination et 19 décès, a annoncé mercredi le porte-parole du ministère de la Santé iranien lors d'une allocution retransmise sur la télévision publique.

Hormis la Chine continentale, l'Iran est le pays dans lequel le nombre de décès imputé à ce virus est le plus élevé. Les autorités ont annoncé des restrictions à la libre circulation à l'intérieur du pays pour les personnes infectées ou soupçonnées de l'être.

Signe de tension, 24 personnes accusées d'avoir répandu en ligne des "rumeurs alarmistes" sur la propagation du coronavirus ont été arrêtées.

L'ONG Reporters sans Frontières a reproché à l'Iran "de refuser de publier le nombre exact des personnes infectées et décédées, et d'empêcher les journalistes de faire leur travail". Dans un contexte de vives tensions entre Washington et Téhéran, le président Hassan Rohani a accusé mercredi les Etats-Unis "d'ajouter un virus, appelé la peur extrême (...), au coronavirus".

Tentant de contenir l'expansion, plusieurs pays du Golfe ont annoncé des mesures pour limiter les déplacements avec l'Iran.

Pakistan: deux cas

Pays frontalier à la fois de la Chine et de l'Iran – où les décès sont les plus nombreux – le Pakistan a également annoncé mercredi ses deux premiers cas. "Pas besoin de paniquer, les choses sont sous contrôle", a voulu rassurer le conseiller en santé du Premier ministre, Zafar Mirza.

Chine: le bilan des décès au plus bas depuis trois semaines

La Chine a communiqué mercredi le décès dû au coronavirus de 52 personnes au cours des dernières 24 heures, portant à 2715 le total cumulé depuis l'apparition de la pneumonie virale en décembre dans la province de Hubei.

Cinquante-deux décès, contre 71 annoncés la veille, mardi. C'est le chiffre de victimes quotidiennes le plus bas depuis trois semaines.

La Commission nationale de la santé précise encore avoir recensé 406 nouveaux cas confirmés de contamination en Chine continentale, contre 508 mardi. Et en excluant les cas enregistrés dans la province de Hubei, épicentre de l'épidémie, seuls cinq nouveaux cas de contamination ont été confirmés en Chine continentale, soit le chiffre le plus bas depuis le 20 janvier, quand les autorités sanitaires chinoises ont commencé à publier des statistiques nationales.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime de son côté que l'épidémie en Chine a atteint un pic entre le 23 janvier et le 2 février et qu'elle décline depuis.

afp/ddup/sjaq

Publié Modifié

Discours attendu aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, jusqu'ici relativement épargnés, le président Trump a prévu de s'exprimer sur le coronavirus à minuit (heure suisse).

Il a déjà accusé ses opposants démocrates et certains médias de noircir le tableau et d'affoler les marchés, alors que les autorités sanitaires américaines ont pourtant dit s'attendre à une propagation aux Etats-Unis.

Un traitement contre le paludisme pourrait aider à combattre le Covid-19

Un traitement contre le paludisme, la chloroquine, a montré des signes d'efficacité contre le nouveau coronavirus, selon une étude préliminaire menée en Chine, mais plusieurs experts appellent à la prudence en l'absence d'études plus poussées et en raison de ses effets indésirables qui peuvent être graves.

La chloroquine est un anti-paludique peu cher utilisé depuis plusieurs décennies et commercialisé notamment sous le nom de Nivaquine.

Cette étude – très succincte – a été publiée dans la revue BioScience Trends de façon préliminaire, c'est-à-dire sans avoir été validée par un comité d'experts scientifiques.

Plusieurs pays testent de nombreuses molécules pour trouver un traitement ou un vaccin.

afp