Modifié le 14 février 2020 à 17:02

Swiss prolonge la suspension de ses vols vers Shanghai et Pékin

Swiss étend la suspension de ses vols vers Shanghai et Pékin.
Swiss étend la suspension de ses vols vers Shanghai et Pékin Le Journal horaire / 16 sec. / le 14 février 2020
Swiss, à l'instar de son propriétaire Lufthansa, prolonge d'un mois, soit jusqu'au 28 mars, la suspension de l'ensemble de ses liaisons vers Pékin et Shanghai. Adoptée fin janvier en raison de l'épidémie de coronavirus en Chine, la mesure devait être levée fin février.

Les passagers concernés peuvent modifier leur réservation sans frais ou obtenir un remboursement du prix de leur billet. L'ancienne compagnie aérienne nationale assure dans un communiqué succinct vendredi suivre la situation de près.

L'érosion de la demande pour les liaisons avec Hong Kong génère également de légers ajustements. La métropole sera en mars desservie par des Airbus A340 d'une capacité de 223 sièges, en lieu et place de Boeing 777-300ER, disposant de 340 sièges.

54 liaisons par semaine

En temps normal, Lufthansa et ses filiales proposent un total de 54 liaisons hebdomadaires depuis l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche vers la Chine.

La nouvelle épidémie de coronavirus pourrait entraîner une baisse de 4 à 5 milliards de dollars des recettes des compagnies aériennes mondiales, a déclaré jeudi l'Organisation internationale de l'aviation civile.

Selon l'agence dans le giron des Nations unies, 70 compagnies aériennes ont annulé tous les vols internationaux à destination et en provenance de Chine et 50 autres ont réduit leurs opérations.

agences/gma

Publié le 14 février 2020 à 13:03 - Modifié le 14 février 2020 à 17:02

Les Suisses en quarantaine dans le monde vont bien

Les huit Suisses, actuellement en quarantaine dans le monde, vont bien, ont indiqué vendredi les autorités. Ils ne montrent aucun signe d'infection au coronavirus.

En Suisse, un seul cas est actuellement suspect. Il s'agit d'un enfant neuchâtelois. Mis en quarantaine la semaine passée, ce dernier devrait toutefois sortir de son isolement mercredi, a précisé Virginie Masserey, cheffe de la section Contrôle des infections à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) devant la presse à Berne.

Au total, quelque 250 personnes ont été testées depuis le début de l'épidémie en Suisse. Aucune n'était positive. Le risque d'une propagation incontrôlée du virus sur sol helvétique est très faible, a souligné Patrick Mathys, chef de la section Gestion des crises et collaboration internationale de l'OFSP.